• Paray le monial : apparition de Jésus

     
     
    Paray le Monial
     Sainte Marguerite-Marie Alacoque

    Les apparitions de Jésus
     

    Paray le monial : apparition de Jésus

    Carte postale de l'apparition

     

    Paray le monial : apparition de Jésus



    C’est à Paray-le-Monial que Jésus apparaît à sainte Marguerite-Marie Alacoque (1647-1690), lui dévoilant Son Cœur « brûlant d’amour pour tous les hommes ».

    Jeune fille de la région, sainte Marguerite-Marie Alacoque entra au monastère de la Visitation de Paray-le-Monial en 1671. Elle avait une dévotion au Sacré-Cœur dans la ligne tracée par saint François de Sales et sainte Jeanne de Chantal, les fondateurs de l’ordre.

    Elle a de nombreuses apparitions, authentifiées par son confesseur jésuite, saint Claude La Colombière, qui la destinèrent par la suite à exercer un nouvel et véritable apostolat du Sacré-Cœur. Les historiens comptent généralement quatre "grandes apparitions" en dépit de quelques incertitudes sur les dates exactes.

    Dans la première apparition, très probablement à la fin de 1673, elle repose comme saint Jean sur la poitrine du Sauveur et reçoit le nom de disciple bien-aimée du Sacré-Cœur.

    L’année suivante, elle voit le Sacré-Cœur "comme dans un trône de flammes, plus rayonnant qu’un soleil et transparent comme un cristal" ; il était entouré d’une couronne d’épines et surmonté d’une croix. Notons qu’il s’agit bien là de l’authentique représentation du Sacré-Cœur, et non pas celle que nous a imposée le siècle dernier. Dans cette apparition, sa mission est précisée : honorer le cœur de chair du Sauveur et répandre la dévotion au Sacré-Cœur afin de participer à la rédemption d’amour de tout le genre humain.

    Dans une troisième apparition, probablement en 1674, elle voit un cœur flamboyant qui lui demande des actes d’amour réparateur : la communion fréquente, spécialement celle du premier vendredi du mois, et "l’heure sainte" entre onze heures et minuit en participation à l’agonie de Jésus au jardin des Oliviers. Il s’agit là de réparer les outrages que le Sauveur reçoit des hommes ingrats oublieux de sa mission rédemptrice.

    Enfin, dans ce qu’il est convenu d’appeler "la grande apparition" de 1675, le Sacré-Cœur se plaint à nouveau de l’ingratitude des hommes et demande une fête officielle de réparation chaque année, le vendredi suivant l’octave du Saint-Sacrement.

    Par la suite, entre 1675 et 1678, viendront ce qu’on appelle "les promesses du Sacré-Cœur" en faveur de ceux qui le vénèrent, ainsi que des précisions sur les pratiques de la dévotion.

    Jésus demande l’instauration de la fête du Sacré-Cœur, qui a lieu chaque année en juin. À la suite de ces apparitions, la spiritualité du Sacré-Cœur se répand dans le monde entier. Sainte Marguerite-Marie a été canonisée le 13 mai 1920 et saint Claude La Colombière le 12 mai 1992.

     
     

    Paray le monial : apparition de Jésus

     

    Paray le monial : apparition de Jésus

    Carte postale de l'apparition

     

    LES GRANDES RÉVÉLATIONS (Source : Livre "Amour et réparation")

    Première grande révélation

    (27 décembre, très probablement 1673)

    Résumé : Le sacré-Cœur se découvre et se montre passionné d'amour pour les hommes. Il veut se manifester à eux pour les enrichir de ses grâces. Marguerite-Marie est l'instrument choisi pour ses desseins.

    "Une fois donc, étant devant le Saint Sacrement... il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine, où il me découvrit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son Sacré-Cœur... Il me dit : "Mon divin Cœur est si passionné d'amour pour les hommes, et pour toi en particulier que, ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu'il les répande par ton moyen et qu'il se manifeste à eux pour les enrichir de ses précieux trésors que je te découvre, et qui contiennent les grâces sanctifiantes et salutaires, nécessaires pour les retirer de l'abîme de perdition ; et je t'ai choisie... pour l'accomplissement de ce grand dessein." (Vie et œuvres, II, 69)

     

    Deuxième grande révélation

    (Probablement un 1er vendredi de 1674)

    Résumé : Les desseins du Cœur de Jésus se précisent. Dans la nouvelles dévotion, il faudra vénérer le Cœur divin sous la figure d'un cœur de chair, la plaie de la lance y sera visible, les flammes l'entoureront ; ceint d'une couronne d'épines, il sera surmonté d'une croix. Des grâces sont promises à ceux qui honoreront la sainte image exposée en public, la sœur Marguerite-Marie la devra porter sur son cœur. Dernier effort de l'amour. Rédemption amoureuse par le Sacré-Cœur qui veut retirer les hommes de l'abîme de perdition où satan les précipite en foule.

    "Ce divin Cœur me fut présenté dans un trône de flammes, plus rayonnant qu'un soleil et transparent comme un cristal, avec cette plaie adorable ;

    et il était environné d'une couronne d'épines qui signifiait les piqûres de nos péchés, et une croix au-dessus qui signifiait que dès les premiers instants de son Incarnation, c'est-à-dire dès lors que ce Sacré-Cœur fut formé, la croix y fut plantée, et il fut rempli, dès les premiers instants, de toutes les amertumes que lui devaient causer les humiliations, pauvreté, douleur et mépris que sa sacré Humanité devait souffrir pendant tout le cours de sa vie et en sa sainte Passion.

    Et il me fit voir que l'ardent désir qu'il avait d'être aimé des hommes et de les retirer de la voie de perdition où satan les précipite en foule, lui avait fait former ce dessein de leur manifester son Cœur avec tous les trésors d'amour, de miséricorde, de grâces, de sanctifications et de salut qu'il contenait ;

    afin que tous ceux qui voudraient lui rendre et procurer tout l'amour, l'honneur et la gloire qui seraient en leur pouvoir, il les enrichit avec abondance et profusion de ces divins trésors du Cœur de Dieu qu en était la source, lequel il fallait honorer sous la figure de ce cœur de chair dont il voulait l'image être exposée, et portée sur moi, sur mon cœur pour y imprimer son amour et le remplir de tous les dons dont il était plein et pour y détruire tous les mouvements déréglés ;

    et que partout où cette sainte image serait exposée pour y être honorée, il y répandrait ses grâces et bénédictions ;

    et que cette dévotion était comme un dernier effort de son amour qui voulait favoriser les hommes en ces derniers siècles, de cette rédemption amoureuse pour les retirer de l'empire de satan, lequel il prétendait ruiner, pour nous mettre sous la douce liberté de son amour, lequel il voulait rétablir dans le cœur de tous ceux qui voudraient embrasser cette dévotion." (Vie et œuvres, II, 567)

     

    Troisième grande révélation

    (Probablement un 1er vendredi de 1674)

    Résumé : Le Sacré-Cœur fournaise d'amour. Culte d'amour réparateur envers l'amour méconnu. Communion fréquente, communion des 1er vendredis. Heure sainte.

    "Une fois entre autres, écrit Marguerite-Marie, que le Saint Sacrement était exposé, mon doux Maître se présenta à moi tout éclatant de gloire avec ses cinq plaies brillantes comme cinq soleils, et de cette sacrée humanité sortaient des flammes de toutes parts, mais surtout de son adorable poitrine qui ressemblait à une fournaise ; et s'étant ouverte, me découvrit son tout aimant et tout aimable Cœur, qui était la vie de ces flammes.

    Ce fut alors qu'il me découvrit les merveilles inexplicables de son pur amour et jusqu'à quel excès il l'avait porté d'aimer les hommes, dont il ne recevait que des ingratitudes et méconnaissances :

    Ce qui m'est beaucoup plus sensible, me dit-il que tout ce que j'ai souffert en ma Passion ; d'autant que s'il s me rendaient quelque retour d'amour, j'estimerais peu tout ce que j'ai fait pour eux et voudrais, s'il se pouvait, en faire davantage, mais ils n'ont que des froideurs et du rebut pour tous mes empressements àleur faire du bien. Toi du moins, donne-moi ce plaisir de suppléer à leur ingratitude autant que tu pourras en être capable.

    Sois attentive à ma voix et à ce que je demande :

    Premièrement, tu me recevras dans le Saint Sacrement autant que l'obéissance te le voudra permettre, quelques mortifications et humiliations qui t'en doivent arriver, lesquelles tu dois recevoir comme des gages de mon amour.

    Tu communieras, de plus, tous les premiers vendredis de chaque mois ;

    et toutes les nuits du jeudi au vendredi je te ferai participer à cette mortelle tristesse que j'ai bien voulu sentir au jardin des Oliviers... Pour m'accompagner dans cette humble prière que je présentai alors à mon Père parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre 11 heures et minuit, pour te prosterner pendant une heure avec moi, la face contre terre, tant pour apaiser la divine colère en demandant miséricorde pour les pécheurs, que pour adoucir en quelque façon l'amertume que je sentais de l'abandon de mes apôtres." (Vie et œuvres, II, 71)

     

    La dernière grande révélation

    (En 1675 dans l'octave du Saint Sacrement)

    Résumé : Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes. Ingratitudes, outrages envers le Sacrement d'Amour. Une fête annuelle de réparation.

    "Etant une fois devant le Saint Sacrement, un jour de son octave..., me découvrant son Cœur, il me dit : "Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu'il n'a rien épargné jusqu'à s'épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes paru leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par les froideurs et les mépris qu'ils ont pour moi dans ce Sacrement d'Amour.

    C'est pour cela que je te demande que le premier vendredi d'après l'octave du Saint Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Cœur, en communiant ce jour-là, et ne lui faisant réparation d'honneur par une amende honorable, pour réparer  les indignités qu'il a reçues pendant le temps qu'il a été exposé sur les autels.

    Je te promets que mon Cœur se dilatera pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui Lui rendront cet honneur" et qui procureront qu'il lui sont rendu..." (Vie et œuvres, II, 102)

     

     

    Sainte Faustine (La Divine Miséricorde)

     

    Sainte Marguerite-Marie Alacoque

    Notre Seigneur lui découvrit son divin Cœur et lui en révéla tous les secrets. Il lui donna lui-même le nom privilégié entre tous de "disciple bien-aimée de son  Sacré-Cœur". Bien plus, il la constitua héritière de son divin Cœur et de tous ses trésors de miséricorde, de grâces et de bénédictions, par une donation en ces termes :

    "Je te constitue héritière de mon Cœur et de tous ses trésors, pour le temps et l'éternité, te permettant d'en user selon les désirs ; je te promets que tu ne manqueras de secours que lorsque mon Cœur manquera de puissance."

     

     

     Sainte Marguerite-Marie Alacoque

     

    Sainte Marguerite-Marie Alacoque

     

     

    Le Sacré-Cœur de Jésus

     

    Le Sacré-Cœur de Jésus

     

     

    Paray le monial : apparition de Jésus

    Carte postale de l'apparition

    Les divines apparitions

    Languet, en tête de la Vie de la Bienheureuse Marguerite-Marie, a mis un long et beau discours préliminaire pour préparer les esprits aux choses merveilleuses qu’il va rapporter.

    Aujourd’hui, le laps du temps et les événements du monde chrétien, surtout le développement et l’empire universel de la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus, malgré les obstacles humains de toutes sortes, me dispensent de toute précaution oratoire.

    D’ailleurs ce livre ne s’adresse qu’aux âmes de foi et de piété. Je puis donc commencer, sans autre préambule, le chapitre grandiose et simple à la fois des apparitions de Notre Seigneur à l‘âme fervente qu’il y a si bien préparée.

    En parcourant la vie et les écrits de la Bienheureuse, on peut en compter jusqu’à soixante-dix.

    Il faudrait un livre spécial pour les recueillir toutes avec des commentaires et des réflexions.

    Je ne puis donner ici que les principales ; celles qui ont en plus de portée pour la sanctification de la Bienheureuse et du monde : et j’en emprunte le texte à sa Vie écrite par elle-même, tel qu’on le trouve au tome II de sa Vie et de ses œuvres.

     

    « Une fois étant devant le Saint Sacrement, me trouvant un peu plus de loisir, je me trouvai tout investie de cette divine présence, mais si fortement que je m’oubliai moi-même et du lieu où j’étais ; et je m’abandonnai à ce divin Esprit, livrant mon cœur à la force de son amour.

    « Il me fit reposer fort longtemps sur sa divine poitrine, où il me découvrit les merveilles de son amour et les secrets inexplicables de son sacré Cœur, qu’il m’avait toujours tenus cachés jusqu’alors qu'il me l’ouvrit pour la première fois, mais d’une manière si effective et sensible qu’il ne me laissa aucun lien d’en douter, pour les effets que cette grâce produisit sur moi, qui crains pourtant toujours de me tromper en tout ce que je dis se passer en moi. Et voici comme, il me semble, la chose s‘est passée. Il me dit :

    "Mon divin Cœur est si passionné d'amour pour les hommes et pour toi, en particulier, que ne pouvant plus contenir en lui-même les flammes de son ardente charité, il faut qu’il les répande par ton moyen, et qu‘il se manifeste à eux pour les enrichir de ses précieux trésors que je te dé couvre, et qui contiennent les grâces sanctifiantes et salutaires, nécessaires pour les retirer de l’abîme de perdition ; et je t’ai choisie comme un abîme d’indignité et d’ignorance, pour l’accomplissement de ce grand dessein, afin que tout soit fait par moi. »  

    « Après, il me demanda mon cœur, lequel je le suppliai de prendre ; ce qu’il fit, et le mit dans le sien adorable, dans lequel il me le fit voir comme un petit atome qui se consommait dans cette ardente fournaise ; d’où le retirant comme une flamme ardente en forme de cœur, il le remit dans le lieu où il l’avait pris, en me disant :

    « Voilà, ma bien aimée, un précieux gage de mon amour, qui renferme, dans ton côté, une petite étincelle de ses plus vives flammes, pour te servir de cœur et te consommer jusqu’au dernier moment, et dont l’ardeur ne s’éteindra ni ne pourra trouver de rafraîchissement que quelque peu dans la saignée, dont je marquerai tellement le sang de ma croix, qu’elle t’apportera plus d’humiliation et de souffrance que de soulagement. C’est pourquoi je veux que tu la demandes simplement, tant pour pratiquer ce qui vous est ordonné, que pour te donner la consolation de répandre ton sang sur la croix des humiliations. Et pour marque que la grande grâce que je te viens de faire n’est point une imagination et qu’elle est le fondement de toutes celles que j’ai encore à. te faire, quoique j’aie refermé la plaie de ton côté, la douleur t’en restera pour toujours ; et si jusqu’à présent tu n’as pris que le nom de mon esclave, je te donne ici celui de la disciple bien-aimée de mon Sacré-Cœur.

     

    « Après une faveur si grande, et qui dura un si long espace de temps, pendant lequel je ne savais si j’étais au ciel ou en terre, je demeurais plusieurs jours comme tout embrasée et enivrée, et tellement hors de moi que je ne pouvais en revenir pour dire une parole qu’avec violence, et il m’en fallait faire une si grande pour me récréer et pour manger, que je me trouvais au bout de mes forces pour surmonter ma peine. Ce qui me causait une extrême humiliation, et je ne pouvais dormir ; car cette plaie dont la douleur m’est si précieuse, me cause de si vives ardeurs, qu’elle me consomme et me fait brûler toute vive. Et je me sentais une si grande plénitude de Dieu que je ne pouvais m’exprimer à ma supérieure comme je l’aurais souhaité et fait, quelque peine et confusion que ces grâces me fassent ressentir en les disant, pour ma grande indignité, laquelle m’aurait fait choisir mille fois plutôt de dire mes péchés à tout le monde, et ce m’eût été une grande consolation, si l’on m’avait permis de le faire et de dire tout haut ma confession générale au réfectoire, pour faire voir le grand fond de corruption qui est en moi, afin que l’on ne m’attribuât rien des grâces que je recevais.»

    Le passage que j’ai surtout à cœur de faire remarquer dans cette admirable exposition de choses si divines, est le paragraphe commençant par ces mots : "Mon divin Cœur est si passionné d’amour pour les hommes, etc...."

    Vous avez dès le premier mot toute la raison de ce qui va se produire, l’amour du Cœur de Jésus. Cet amour s’étend à tous les hommes sans exception. Et tous vont avoir grand besoin qu‘il se multiplie !

    On est encore au dix-septième siècle, il est vrai, l’un des plus beaux siècles chrétiens. Mais le misérable, l’ignoble Voltaire va paraître, et déjà le sage et vertueux Fénelon pouvait du haut de la chaire de vérité lancer ce formidable avertissement : « Un bruit sourd d’impiété vient frapper nos oreilles, et nous en avons le cœur déchiré... 0 Dieu, que vois-je ? « Où sommes-nous ? Le jour de la ruine est proche, et les temps se hâtent d’arriver. Mais adorons en silence l’impénétrable secret de Dieu. »

    Le secret qu’adore en silence le grand évêque, c’est une humble fille de la campagne qui est appelée à le révéler au monde.

    Le remède à cette plaie hideuse de l’infidélité qui fait gémir un illustre docteur, c’est une pauvre ignorante qui viendra le faire connaître partout.

    A la vue de ce qui se prépare et des mauvais jours qui approchent, le Cœur de Jésus ne peut plus contenir les flammes de son ardente charité ; il faut qu’il les répande par le moyen de l’humble Marguerite. Il lui découvre ses trésors de grâces, pour en enrichir les hommes.

    Ces grâces ne sont pas seulement sanctifiantes et salutaires, elles sont nécessaires pour les retirer de l’abîme de perdition qui les menace ; et il a choisi pour instrument de son grand dessein un abîme d’iniquité et d’ignorance, afin, dit-il, que tout soit fait par moi.

    Pour quiconque sait réfléchir et apprécier les choses, il me semble que ce passage suffirait seul à prouver la sincérité de Marguerite et la vérité de ses diverses apparitions.

     

     

    XV

    Obligé de me restreindre, je choisirai encore trois apparitions dans lesquelles Notre Seigneur organise lui-même le culte de son Sacré-Cœur. On y trouvera le germe de tout ce qui se fait aujourd’hui à la gloire de ce divin Cœur : Communion réparatrice, apostolat de la prière, garde d’honneur, heure sainte, dévotion des premiers vendredis, fête annuelle, confréries.

    Dans la première de ces trois apparitions, le Cœur de Jésus témoigne combien il est sensible à l’ingratitude des chrétiens envers lui. Il demande réparation, et il indique les actes les plus propres à le consoler.

    << Une fois, dit-elle, que le Saint Sacrement était exposé, après-m’être senti retirer tout au dedans de moi-même par un recueillement extraordinaire de tous mes sens et puissance, Jésus-Christ, mon doux Maître, se présenta à moi, tout éclatant de gloire avec ses cinq plaies brillantes comme cinq soleils ; et de cette sacrée humanité sortaient des flammes de toutes parts, mais surtout de son adorable poitrine qui ressemblait à une fournaise ; et s’étant ouverte, elle me découvrit son tout aimant et tout aimable Cœur qui était la vive source de ces flammes.

    « Ce fut alors qu’il me découvrit les merveilles inexplicables de son pur amour, et jusqu’à quel excès il l’avait porté, d’aimer les hommes dont il ne recevait que des ingratitudes et des méconnaissances.

     

    « Ce qui m’est beaucoup plus sensible, me dit-il, que tout ce que j’ai souffert en ma passion, d’autant que s’ils me rendaient quelque retour d’amour, j’estimerais peu tout ce que j’ai fait pour eux et voudrais, s’il se pouvait, en faire davantage. « Mais ils n‘ont que du rebut pour tous mes empressements à leur faire du bien. Du moins, donne-moi ce plaisir de suppléer à leur ingratitude autant que tu en pourras être capable.

    Et lui remontrant mon impuissance, il me répondit :

    « Tiens, voilà de quoi suppléer à tout ce qui te manque. »

    Et en même temps, ce divin Cœur s‘étant ouvert, il en sortit une flamme si ardente que je pensai en être consumée ; car j’en fus toute pénétrée, et ne pouvais plus la soutenir, lorsque je lui demandai d’avoir pitié de ma faiblesse.

    << Je serai ta force, me dit-il ; ne crains rien, mais sois attentive à ma voix et à ce que je te demande pour te disposer à l’accomplissement de mes desseins.

    Premièrement, tu me recevras dans le Saint Sacrement autant que l’obéissance te le voudra permettre, quelques mortifications et humiliations qui t’en doivent arriver, lesquelles tu dois recevoir comme des gages de mon amour. « Tu communieras, de plus, tous les premiers vendredis de chaque mois ; « Et toutes les nuits du jeudi au vendredi, je te ferai participer à cette mortelle tristesse que j’ai a bien voulu sentir au jardin des Olives ; laquelle tristesse te réduira, sans que tu la puisses comprendre, à une espèce d’agonie plus rude à sup porter que la mort. Pour m'accompagner dans cette humble prière que je présentai alors à mon Père, parmi toutes mes angoisses, tu te lèveras entre onze heures et minuit, pour te prosterner pendant une heure avec moi, la face contre terre, tant pour apaiser la divine colère en demandant miséricorde pour les pécheurs, que pour adoucir en quelque façon l’amertume que je sentais de l’abandon de mes apôtres, qui m’obligea à leur reprocher qu’ils n’avaient pu veiller une heure avec moi ; et pendant cette heure, tu feras ce que je t’enseignerai.

     

    « Mais écoute, ma fille, ne crois pas légèrement à tout esprit et ne t’y fies pas ; car Satan enrage de te décevoir ; c’est pourquoi ne fais rien sans l'approbation de ceux qui te conduisent, afin qu’ayant l’autorité de l’obéissance, il ne te puisse tromper ; car il n’a point de pouvoir sur les obéissants. »

    Et pendant tout ce temps, je ne me sentais pas, ni ne savais plus où j’en étais. Lorsqu'on vint me retirer de là, voyant que je ne pouvais répondre, ni même me soutenir qu’avec grande peine, l’on me mena à la mère, laquelle me trouva comme tout hors de moi-même, toute brûlante et tremblante. Je me jetai par terre à genoux, où elle me mortifia et m’humilia de toutes ses forces ; ce qui me faisait plaisir et me donnait une joie incroyable. Car je me sentais tellement criminelle et remplie de confusion que quelque rigoureux traitement qu’on m’eût pu faire, il m’aurait semblé trop doux. Après lui avoir dit, quoique avec une extrême confusion, ce qui s'était passé, elle se prit encore à m’humilier davantage, sans,me rien accorder pour cette fois de tout ce que je croyais que Notre Seigneur me demandait de faire et ne traitant qu’avec mépris tout ce que je lui avais dit. Cela me consola beaucoup, et je me retirai avec grande paix.»

      

    XVI

    Voilà l’héroïsme chrétien ! Voilà la parfaite imitation de Jésus-Christ ! De pareils traits ne s’inventent point ; de pareils sentiments ne sont point simulés. La vérité seule peut inspirer ce langage tout à fait conforme à celui des divines Écritures. »

    Ce n’est pas d’une seule fois, mais c’est progressivement que Notre-Seigneur a voulu nous apprendre les pratiques les plus propres à honorer son Sacré-Cœur, à le toucher et à obtenir miséricorde et salut.

    Voici une des plus mémorables apparitions, celle où ce Cœur divin demande l’institution d‘une fête spéciale en son honneur. Le Très-Saint Sacrement était solennellement exposé au grand autel de la chapelle extérieure. La Bienheureuse était à genoux dans le chœur des sœurs, un peu en arrière de la grille. Rien n’étant changé à ces lieux de bénédiction, il vous sera doux et facile, pieux pèlerin, de suivre par la pensée et par le cœur le récit que vous allez lire. Dans le rayon céleste qui va partir du Cœur de Jésus et s’abaisser jusqu’au cœur de sa servante, vous pourrez, par la foi, jouir de ce que vous êtes venu chercher, aspirer un air de vérité, d‘amour et de componction.

    « Étant une fois devant le Saint Sacrement, un jour de son octave, je reçus de mon Dieu des grâces excessives de son amour, et me sentis touchée du désir de quelque retour, et de lui rendre amour pour amour. Il me dit : «Tu ne m’en peux rendre un plus grand qu’en faisant ce que je t’ai déjà tant de fois demandé. »

    « Alors me découvrant son divin Cœur :

    « Voilà ce Cœur qui a tant aimé les hommes, qu’il n’a rien épargné, jusqu’à s’épuiser et se consommer pour leur témoigner son amour. Et pour reconnaissance, je ne reçois de la plupart que des ingratitudes, par leurs irrévérences et leurs sacrilèges, et par leurs froideurs et les mépris et qu’ils ont pour moi dans ce Sacrement d’amour. « Mais ce qui m’est encore le plus sensible, c’est que ce sont des cœurs qui me sont consacrés qui en usent ainsi.

    « C’est pour cela que je te demande que le premier vendredi d’après l’octave du Saint Sacrement soit dédié à une fête particulière pour honorer mon Cœur, en communiant ce jour-là, et en lui faisant réparation d’honneur par une amende honorable, pour réparer les indignités qu’il a reçues pendant le temps qu’il a été exposé sur les autels. Je te promets aussi que mon Cœur se dilatera pour répandre avec abondance les influences de son divin amour sur ceux qui lui rendront cet honneur, et qui procureront qu’il lui soit rendu. »

    « Et répondant à cela que je ne savais comment pouvoir accomplir ce qu’il désirait de moi depuis tant de temps, il me dit de m’adresser à son serviteur qu’il m’avait envoyé pour l’accomplissement de ce dessein. Et l’ayant fait, il (le serviteur de Dieu) m’ordonna de mettre par écrit ce que je lui avais dit touchant le Sacré-Cœur de Jésus-Christ, et plusieurs autres choses qui le regardaient pour la gloire de Dieu, lequel me fit trouver beaucoup de consolation dans ce saint homme, tant pour m’apprendre à correspondre à ses desseins, que pour me rassurer dans les grandes craintes d’être trompée, qui me faisaient gémir sans cesse. Le Seigneur l’ayant retiré de cette ville pour l’employer à la conversion des infidèles, je reçus ce coup avec une entière soumission à la volonté de Dieu, qui me l’avait rendu si utile dans le peu de temps qu‘il avait été ici. Et lorsque seulement j’y voulus réfléchir, il me fit d’abord ce reproche : Eh quoi ! ne te suffis-je pas, moi qui suis "ton principe et ta fin ?" Il ne m’en fallut pas davantage pour lui tout abandonner, puisque j’étais assurée qu'il aurait soin de me pourvoir de tout ce qui me serait nécessaire. »

     

    XVII

    Dans une autre vision, Marguerite-Marie se vit associée aux chœurs des anges rendant ensemble hommage au Cœur de Jésus. C‘est là le modèle et la plus haute recommandation des associations et confréries sans nombre qui se sont formées depuis, dans l’univers catholique. Recueillons encore ici ses propres paroles :

     

    Une autre fois, comme l’on travaillait à l‘ouvrage commun du chanvre, je me retirai dans une petite cour, proche du Saint Sacrement, où faisant mon ouvrage à genoux, je me sentis d’abord toute recueillie intérieurement et extérieurement, et l’aimable Cœur de mon Jésus me fut en même temps représenté plus brillant qu’un soleil. Il était au milieu des flammes de son pur amour, environné de séraphins qui chantaient d’un concert admirable :

    L’amour triomphe, l‘amour jouit,
    L’amour du saint Cœur réjouit.

    «Et comme ces Esprits bienheureux m’invitèrent de m’unir avec eux dans les louanges de ce divin Cœur, je n’osais pas le faire. Mais ils m’en reprirent et me dirent : « Qu’ils étaient venus afin de s‘associer avec moi pour lui rendre un continuel hommage d’amour, d’adoration et de louanges ; et que pour cela ils tiendraient ma place devant le Saint Sacrement, afin que je le pusse aimer sans discontinuation par leur entremise ; et que même ils participeraient à mon amour, souffrant en ma personne comme je jouirais en la leur. »

    « Et ils écrivirent en même temps cette association dans ce Sacré Cœur, en lettres d’or et du caractère ineffable de l’amour.

    « Et après environ deux ou trois heures que cela dura, j’en ai ressenti les effets toute ma vie, tant par les secours que j’en ai reçus, que par les suavités que cela avait produites et produisait en moi, qui en restai tout abîmée de confusion. Je ne les nommais plus, en les priant, que mes divins associés.

     

    Cette grâce me donna tant de désir de la pureté d’intention, et une si haute idée de celle qu'il faut avoir pour converser avec Dieu, que toute autre chose me paraissait impure pour ce sujet."

    XVIII

    C’est une grande gloire pour le R. P. de la Colombière d'avoir été choisi de Dieu pour être associé à. ces choses de l’ordre divin. Quand Notre-Seigneur l’appelle son serviteur, quand il le promet à la Bienheureuse Marguerite-Marie, il rend témoignage de ses vertus parfaites ; et ce témoignage est celui de la vérité même : Christus est veritas.

    Les directeurs qui avaient précédé ce saint homme n’étaient pas forts dans la doctrine du discernement des esprits. De prime abord ils avaient absolument méconnu l’action divine dans l’âme de Marguerite-Marie. Elle n’était à leurs yeux qu’une hallucinée qu’il fallait simplement distraire de ses folles imaginations par un travail assidu, et dont il fallait fortifier le cerveau par la nourriture corporelle.

    Fortes de cette décision, et très justement attachées à l’esprit de leur Institut qui aime la simplicité et les voies communes, la plupart des religieuses se prononcèrent hautement contre leur humble et jeune compagne. Longtemps elles persévérèrent dans cette voie, avec des procédés qui, plus d’une fois, purent ressembler à une véritable persécution.

     

    Dieu voulait, comme toujours, que son œuvre fût mise à l’épreuve. Mais comme toujours aussi, à côté du mauvais vent qui soufflait, il daigne placer son esprit et susciter de dignes instruments, capables d‘assurer le succès de ses desseins sans en usurper la gloire.

    Ces instruments, dans la circonstance présente, furent d’abord trois Supérieures d‘un mérite exceptionnel, qui se succédèrent dans le monastère de Paray. Il suffit de nommer les révérendes mères de Saumaise, Greyfie et Melin. Mais le principal instrument de Dieu fut celui que Notre-Seigneur a désigné nommément son serviteur, le R. P. de la Colombière.

    Il l’envoya juste à l‘heure opportune. Il s’agissait de discerner la nature des opérations divines en Marguerite-Marie, relativement au Sacré-Cœur. Or les quatre apparitions dont on vient de lire le récit authentique, ont toutes eu lieu, soit immédiatement avant l’arrivée du R. Père à Paray, soit pendant les dix-huit mois de son premier séjour en cette ville ; et c’est presque avec la dernière que finit la vie de la Bienheureuse écrite par elle-même.

    « La première fois qu’il vit la communauté, disent les Contemporaines, sœur Marguerite-Marie entendit intérieurement ces paroles : « Voilà celui que je t’envoie. » De son côté le R. Père, qui ne la connaissait nullement, la première fois qu’il la vit, fut frappé de son air de sainteté ; et en la signalant à la Supérieure après la visite, il dit "que c’était un ange. »

    Peu de temps après, la révérende Mère le prie de revenir et ordonne à Marguerite-Marie de s’ouvrir à lui sur ce qui se passait en elle.

    Source : Livre "Album-guide des saints pèlerinages de Paray-le-Monial et de Verosvres" par François Cucherat

     

     

    Paray le monial : apparition de Jésus

    Carte postale de l'apparition

     

    Paray le monial : apparition de Jésus

    Carte postale de l'apparition

     

    Paray le monial : apparition de Jésus

    Carte postale du Bosquet de Noisetiers

     

     Sainte Marguerite-Marie Alacoque

    Paray Le Monial

     

     - L'apparition de Jésus à Sainte Marguerite-Marie Alacoque

     - La basilique du Sacré Cœur

     - La chapelle de la Visitation

     - La chapelle Saint Jean

     - La chapelle La Colombière

     - Le parc des chapelains (chemin de croix, diorama)

     

     

     

     

     - L'heure Sainte

     - Garde d'honneur du Sacré Cœur de Jésus

     Sainte Marguerite-Marie Alacoque

     - Sainte Marguerite-Marie Alacoque

     

    Verosvres : Maison natale de Marguerite-Marie Alacoque

    Verosvres

    - Maison natale

    - Château de Corcheval

    - Église

     

    Charolles : Couvent des Clarisses

    Charolles

    - Couvent des religieuses de Sainte Claire

     

     

     - Claude La Colombière

     

    Bienheureuse Maria Droste ou Marie du Divin Cœur de Jésus, sœur de la Charité du Bon Pasteur à Porto au Portugal († 1899)

     

     

    Bienheureuse Maria Droste

    ou Marie du Divin Cœur de Jésus

     

     

    - L'ordre de la Visitation

    - Sainte Jeanne-Françoise de Chantal

    - Saint François de Sales

    Le Sacré-Cœur de Jésus

     

     - Le Sacré Cœur de Jésus

     - Fête du Sacré-Cœur

    - Les prières

     - Règlement des familles consacrées au Sacré Cœur

     - Les 12 promesses de Notre Seigneur aux dévots de son Sacré Cœur

     - Livre "Cœur à cœur avec Jésus"

     - Livre "De la dévotion au Sacré-Cœur de Jésus"

     

     

    ← Retour (Les appartions de Jésus)

    ← Les miracles eucharistiques