• Pâques

     
     

     

     

    Pâques

    Pâques



    Pâques célèbre la résurrection du Christ.

    Pâques vient de "Pessah" en hébreu, qui signifie passage. C'est ce dimanche que les disciples de Jésus découvrirent qu'il était ressuscité. Une vie nouvelle s'offrait à tous ceux qui auraient foi en lui.

    Les récits de l'Évangile 

    L'évangile nous raconte que le dimanche matin qui a suivi la mort de Jésus, les disciples de Jésus (les apôtres et les saintes femmes) ont trouvé son tombeau vide.

    Il nous dit aussi que Jésus leur est apparu à nombreuses reprises dans des circonstances diverses pendant 40 jours jusqu'a une dernière apparition ou ils l'ont vu monter au ciel. 

    Dans les différents évangiles, il y a plusieurs récits concernant la découverte du tombeau vide et les apparitions de Jésus : Marc 16 / 1 - 20, Matthieu 28 / 1 - 20, Luc 24 - 52.

    Voici le texte de Jean 20 / 1 - 29 

    Les disciples au tombeau

    Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala vient de bonne heure au tombeau, comme il faisait encore sombre, et elle aperçoit la pierre enlevée du tombeau. Elle court alors et vint trouver Simon-Pierre, ainsi que l'autre disciple, celui que Jésus aimait, et elle leur dit : " On a enlevé le Seigneur du tombeau et nous ne savons pas où on l'a mis. "

    Pierre sortit donc, ainsi que l'autre disciple, et ils se rendirent au tombeau. Ils couraient tous les deux ensemble. L'autre disciple, plus rapide que Pierre, le devança à la course et arriva le premier au tombeau. Se penchant, il aperçoit les linges, gisant à terre ; pourtant il n'entra pas. Alors arrive aussi Simon-Pierre, qui le suivait ; il entra dans le tombeau ; et il voit les linges, gisant à terre, ainsi que le suaire qui avait recouvert sa tête ; non pas avec les linges, mais roulé à part dans un endroit. Alors entra aussi l'autre disciple, arrivé le premier au tombeau. Il vit et il crut. En effet, ils ne savaient pas encore que, d'après l'Écriture, il devait ressusciter d'entre les morts. Les disciples s'en retournèrent alors chez eux.

    L'apparition à Marie de Magdala

    Marie se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Or, tout en pleurant, elle se pencha vers l'intérieur du tombeau et elle voit deux anges, en vêtements blancs, assis là où avait reposé le corps de Jésus, l'un à la tête et l'autre aux pieds. Ceux-ci lui disent : " Femme, pourquoi pleures-tu ? " Elle leur dit : " Parce qu'on a enlevé mon Seigneur, et je ne sais pas où on l'a mis. " Ayant dit cela, elle se retourna, et elle voit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c'était Jésus. Jésus lui dit : " Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? " Le prenant pour le jardinier, elle lui dit : " Seigneur, si c'est toi qui l'as emporté, dis-moi où tu l'as mis, et je l'enlèverai. " Jésus lui dit : " Marie ! " Se retournant, elle lui dit en hébreu : " Rabbouni ! " - ce qui veut dire : " Maître ". Jésus lui dit : " Ne me touche pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Mais va trouver mes frères et dis-leur : je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. " Marie de Magdala vient annoncer aux disciples qu'elle a vu le Seigneur et qu'il lui a dit cela.

    L'apparition aux disciples

    Le soir, ce même jour, le premier de la semaine, et les portes étant closes, là où se trouvaient les disciples, par peur des Juifs, Jésus vint et se tint au milieu et il leur dit : " Paix à vous ! " Ayant dit cela, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie à la vue du Seigneur. Il leur dit alors, de nouveau : " Paix à vous ! Comme le Père m'a envoyé, moi aussi je vous envoie. " Ayant dit cela, il souffla sur eux et leur dit : " Recevez l'Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus. "

    Or Thomas, l'un des Douze, appelé Didyme, n'était pas avec eux, lorsque vint Jésus. Les autres disciples lui dirent donc : " Nous avons vu le Seigneur ! " Mais il leur dit : " Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, et si je ne mets pas ma main dans son côté, je ne croirai pas. " Huit jours après, ses disciples étaient de nouveau à l'intérieur et Thomas avec eux. Jésus vient, les portes étant closes, et il se tint au milieu et dit : " Paix à vous. " Puis il dit à Thomas : " Porte ton doigt ici : voici mes mains ; avance ta main et mets-la dans mon côté, et ne deviens pas incrédule, mais croyant. " Thomas lui répondit : " Mon Seigneur et mon Dieu ! " Jésus lui dit : " Parce que tu me vois, tu crois. Heureux ceux qui n'ont pas vu et qui ont cru. "

     

    La date de Pâques

    Pâques est une fête mobile. La date de la fête de Pâques n'est pas fixée par le calendrier civil.

    Selon des règles établies au IV ème siècle, par le concile de Nicée en 325,  on célèbre Pâques le dimanche qui suit la pleine lune de printemps. L'équinoxe de printemps étant le 21 mars, Pâques est au plus tôt le 22 mars et au plus tard le 25 avril

    La messe de Pâques

    Le jour de Pâques, beaucoup de chrétiens occasionnels viennent "faire leur Pâques" comme on disait autre fois, c'est-à-dire "communier".

    L'eucharistie du jour de Pâques est célébrée dans la joie : "Christ est ressuscité".

    Elle poursuit la célébration de la nuit : la veillée pascale.

    On fait souvent la procession d'entrée avec le cierge pascal et la vasque d'eau bénite, on encense le cierge pascal et on asperge l'assemblée avec l'eau qui a été bénite à la veillée pascale.

    Au gloria, les cloches sonnent.

    En première lecture (Ac 10/34...43), on entend Pierre annoncer la grande nouvelle : Jésus s'est manifesté à ses amis et il les a envoyés comme témoins. L'évangile (Jn 20/1-9) raconte que Marie madeleine, Pierre et Jean ont trouvé le tombeau vide au matin de Pâques.

    Le temps pascal

     

    Pâques

     

    Le temps pascal,  commence le jour de Pâques et se termine le dimanche de Pentecôte.

    Le temps pascal, c'est cinquante jours de réjouissances pour la Pâques.

    Dès le second siècle chrétien, on accorde à chaque jour du temps pascal l’importance même du jour de Pâques. Durant toute cette période, la résurrection était célébrée et méditée dans toutes ses implications.

    Au Ve siècle, la période de la "cinquantaine pascale" est fixée. A la vérité, cette période du temps liturgique épouse la chronologie du livre des Actes en incluant les deux solennités majeures du temps pascal : l’Ascension et la Pentecôte.

    La semaine pascale

    En savoir plus : http://lalumierededieu.eklablog.com/le-careme-p35456

    Les cloches de Pâques

     

    Pâques

    La tradition du silence des cloches prit naissance lorsque, vers le VIIe siècle, l'église interdit de faire sonner les cloches en signer de deuil entre le jeudi Saint et le Dimanche de Pâques pour commémorer le temps qui s'écoula entre la mort du Christ et sa résurrection.

    Les cloches ne sonnent donc pas du vendredi Saint au dimanche de Pâques, elles restent muettes pendant la mort du Christ.

    A l'église, on remplace la clochette par une crécelle.

    La légende, dans les pays catholiques et particulièrement en France, affirme qu'elles partent à Rome où le Pape les bénit.

    Le matin de Pâques, les cloches reviennent pour annoncer la joie de la résurrection du Christ, et elles se chargent d'œufs de Pâques qu'elles répandent dans les jardins. Les enfants vont alors les chercher.

    Mais dans d'autres pays d'Europe, les messagers de pâques, ne sont pas les cloches. Au Tyrol : c’est la poule. En Suisse : un coucou. En Allemagne : un lapin blanc. Dans les pays anglo-saxons : un lièvre.

    En Italie, le prêtre bénit les œufs de Pâques. Lors du repas du dimanche de Pâques, les maîtresses de maison les placent au centre de la table où tout le monde se réunit. Le repas de fête peut alors commencer !

    En Australie, le jour de Pâques, ce ne sont pas les cloches qui apportent les œufs, mais le lapin de Pâques ! Il les cache dans le jardin et les enfants s’amusent à les chercher.

    En Bulgarie, un ou deux jours avant Pâques, la coutume veut que les familles chrétiennes envoient une miche de pain et 10 à 15 œufs teints en rouge à leurs amis turcs. Honorés par ces présents, ceux-ci remettent en général un peu de monnaie au messager qui vient porter ces œufs.

    La tradition des œufs de Pâques

     

    Pâques

     

    Selon la légende, c'est à Septime-Sévère que l'on doit la transformation des œufs en cadeau. Septime-Sévère, empereur romain trouva, le jour de la naissance de son fils un œuf rouge pondu par l'une des poules de son poulailler. Ce fut l'élément déclencheur de la tradition d'offrir des œufs décorés.

    L'église interdisait la consommation des œufs durant 40 jours de jeûne avant Pâques. Mais les poules continuant de pondre des œufs, les familles se retrouvaient au matin de Pâques avec une grande quantité d'œufs. Les familles décidèrent de les donner aux enfants en les colorant. Dès le jeudi Saint, les enfants commençaient leur collecte aux "œufs". Ils allaient en bande, et faisaient du porte à porte pour récolter des œufs ou des offrandes. Dans le Béarn, cette quête se faisait la veille de Pâques, appelée alors "le samedi des œufs". Et le jour de Pâques, tous ces œufs étaient dégustés en omelette.

    Depuis, les œufs deviennent cadeaux, et au matin de Pâques, on offre ces œufs de couleurs ou en chocolat.

    Ce n'est qu'au XVIIe siècle en France, qu'on décide de vider un œuf frais et de le remplir de chocolat. Puis vinrent les moules, ainsi les œufs de Pâques en chocolat sont devenus une tradition dans le monde entier.

    Le jour de Pâques, l'Eglise bénissait autrefois les œufs de Pâques qui rappellent qu'autrefois l'usage de cet aliment était interdit pendant le Carême et repris à partir de la fête de la Résurrection. On aimait à voir les œufs, qui sont l'origine de la vie, un symbole de la résurrection des corps (Source : Livre "Liturgia")

    L'agneau pascal

     

    Pâques

    L'agneau est le symbole du Christ ressuscité pour les Chrétiens. Dans la Bible, l'agneau pascal fait référence au Christ, donnant sa vie en sacrifice. Jésus est le Messie, l'agneau attendu qui conduit le troupeau, les brebis de Dieu. Saint Jean-Baptiste présente Jésus comme " l'agneau de Dieu".

    L'agneau et la brebis représentent la pureté, l'innocence. Autrefois porteurs de chance, on racontait même que le diable pouvait prendre la forme de n'importe quel animal à l'exception de la brebis.

    Pâques

    Aujourd'hui, manger de l'agneau de Pâques est une tradition qui se perpétue dans de nombreux pays.

     

     

    Dans certains endroits, on bénit pendant la messe du samedi saint, un agneau pascal en demandant à Dieu "de sanctifier cette créature de chair que nous allons prendre en nourriture en souvenir de la Résurrection de Jésus-Christ. (Source : Livre "Liturgia")

     

    En savoir plus :

    http://92.catholique.fr/faq/fetes_paques_fete.htm#MESSE

     

     

    ← Retour (Vie religieuse)