• Six fours les plages : La chapelle de Pépiole

     
     

     

     


    Six fours les plages

    La chapelle de Pépiole




     

    La chapelle « Sancta Donna Maria de Piopelos », a été construite au VIème siècle. 


    Le portail, la voute à doubleaux de la nef nord et les deux grands arceaux de pierre bleue, composant la partie la plus moderne, dateraient du XIème siècle.

    C’est en 1956 que le père Célestin Charlier, moine bénédictin de l’abbaye de Maredsous, vient s’installer près de la chapelle et entreprend alors de la restaurer.

    Six fours les plages : La chapelle de Pépiole


    Il consolide les murs et les fondations et rétablit à l’intérieur les autels de pierre.
    En dégageant les absides de leur revêtement de crépis, il retrouve les ouvertures obstruées par le ciment.

    Six fours les plages : La chapelle de Pépiole


    Ayant simplement voulu fermer une ouverture avec des bouteilles, il constate l’heureux effet des différents verres dans la lumière du soleil. Il perfectionne sa technique de « maître verrier » et donne à chaque vitrail un sens biblique.

    Six fours les plages : La chapelle de Pépiole



    Jusque là la chapelle n’était ouverte que le 8 septembre pour la fête de la nativité de la Vierge, grâce au Père Charlier la cloche résonne joyeusement chaque semaine pour la liturgie dominicale.

    Devant chaque abside se trouve un autel de pierre, deux ont été découverts et reconstitués par le Père Charlier, celui de l’abside sud ayant été trouvé dans son état actuel.

    Six fours les plages : La chapelle de Pépiole


    Derrière l’autel de la nef nord on remarque une statue de la Vierge avec l’Enfant en bois de sorbier, considérée du milieu du XVIème siècle par les services du Louvre.

    Cette statue porte des traces d’incendie, stigmates de la Révolution.
    Elle est sauvée de la destruction par la famille Jourdan, qui la cache et transmet de génération en génération la consigne de garder le secret jusqu’à ce que la chapelle soit rendue au culte.

    Deux ans après l’arrivée du Père Charlier elle est restituée à la chapelle.
     
    En 1967, la chapelle de Pépiole est inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

    En 1976, le Père Charlier est enterré au chevet de « sa » chapelle, sa tombe tournée vers le levant au pied d’un amandier, nous livre son dernier message reçu des premiers chrétiens : Vivas in Spiritus, Vis dans l’Esprit.

    Aujourd’hui ce n’est pas seulement un monument que l’on vient visiter mais aussi un lieu où la prière du matin, de midi et du soir rythme la vie de la petite communauté qui maintient l’office de chaque jour, sous l’égide du Père Hubert.
    Diaporama de la chapelle Notre-Dame de Pépiole



    Le clocher et le campanile attire de nombreux touristes, amateurs de photos ou peintres séduits par la beauté du cadre et la couleur de la pierre.

    La bénédiction de la pastèque et du vin rosé.

    Six fours les plages : La chapelle de Pépiole

    Chaque année, le dernier dimanche du mois d’août, une procession a lieu depuis la gare d’Ollioules jusqu’à la chapelle de Pépiole.
    Après la bénédiction du Père Hubert, on partage la traditionnelle pastèque et le vin rosé en signe d’amitié.
     
    (Le texte ci-dessus provient de : http://www.fetedepepiole.fr/description/chapelle.php)

    Messe tous les dimanches de 9h30 à 10h30.


    Ouverte de 15h à 18h.

     

    Diaporama de la bénédiction de la pastèque (28 août 2009)

     

     

     

    ← Retour (Les lieux saints)