• San Giovani Rotondo : Padre Pio

     
     

     

     

    San Giovani Rotondo 

    Padre Pio

    (Saint Pio de Pietrelcina)

     

    Saint Padre Pio

     

     

    Enfance  

    Saint Padre Pio (Francesco Forgione) est né le mercredi 25 mai 1887 à 17 heures à Pietrelcina, qui pourrait se traduire par «petite pierre».

    Ses parents sont Grazio Forgione (1860–1946), agriculteur et  Maria Giuseppa Di Nunzio Forgione (1859–1929). Ils se sont mariés en 1881.

    Francesco Forgione est baptisé le lendemain à l'église Santa Maria degli Angeli (Sainte-Marie-des-Anges) de Pietrelcina près de Bénévent.

    Sa mère, fervente catholique, lui donne le nom de Francesco en hommage à François d'Assise.

    Il a un frère aîné, Michele (1882), et trois sœurs, Felicita (1889), Pellegrina (1892) et Grazia (1894).

    Francesco était le quatrième enfant d’une famille de sept enfants, dont deux enfants étaient morts avant sa naissance :

    - Un premier Francesco, mort à 19 jours

    - Amélia, morte un mois avant la naissance du deuxième Francesco (Padre Pio).

    L'une de ses petites sœurs deviendra religieuse Brigittine à Rome.

    Il mène une jeunesse pieuse, se rendant souvent à l'église.

    Dès l'âge de 5 ans, il aurait eu des apparitions et des extases. Il avait déjà des apparitions diaboliques dont il se défendait par la prière et la pénitence.

    Son jeu préféré était de ramasser des morceaux de bois pour en faire des croix.

    Il aimait aussi organiser des processions avec ses camarades bergers : Mercurio, Ubaldo et Michele.

    À Noël, il fabriquait des crèches avec de l'argile.

    Il ne voulait pas jouer avec les enfants de son âge, car il ne supportait pas les blasphèmes et mots grossiers.

    Son meilleur compagnon de jeu, il le confiera plus tard, n’était autre que son Ange Gardien.

    Il avait 12 ans quand l'évêque de Benevento lui administra le sacrement de la Confirmation à Pietrelcina.

    Le 27 septembre 1899, Padre Pio fut confirmé et fit sa première communion. Il écrira plus tard : «Au souvenir de cette journée, je me sens tout entier dévoré par une flamme très vive qui brûle et ne fait pas mal» Ce qui laisse entendre qu’il reçut pleinement les Dons du Saint-Esprit.

    Pensant très jeune à sa vocation religieuse, cela incita son père à lui donner de l'instruction.

    Ses maîtres furent un paysan de la famille qui était considéré comme instruit parce qu'il avait obtenu le certificat d'études, et un peigneur de chanvre qui savait enseigner l'alphabet.

    Un prêtre, Don Domenico Tizzani, fut chargé de lui enseigner le latin.

    Don Tizzani était un prêtre défroqué qui vivait retiré à Pietrelcina avec une de ses anciennes pénitentes.

    Francisco semblait fermé, Don Tizzani n'obtenant aucun résultat alla voir la maman de Francesco et lui dit que Francesco ferait mieux d'aller travailler aux champs car il n'était pas doué pour l'étude.

    Lorsque Maria Giuseppa répéta ces propos à Francesco qui n'avait que 7 ans, il répondit : "Ma tête incapable ! Sa tête ne vaut rien, il vit dans le péché".

    On se rend compte que Francesco n'étant pas au courant des relations illicites de Don Tizzani, possédait déjà le don de lire dans les consciences.

    En 1901, il suit le programme d'enseignement du collège avec le professeur Angelo Caccavo.

    Trois ans plus tard, Angelo Caccavo reconduisit Francesco à sa mère en lui disant : "Je n'ai plus rien à lui apprendre, il en sait autant que moi. Bientôt c'est lui que me donnera des leçons".

    Francesco put se présenter chez les Pères Capucins. Il réussit brillamment l'examen d'admission et fut admis comme postulant le 6 juillet 1902.

    En 1919, Francesco écrivit à son ancien maître, Don Tizzani : "Je me souviens constamment de vous dans mon humble prière auprès du Seigneur, et Dieu sait combien je l'importune pour votre complète conversion".

    Padre Pio n'avait aucune rancune contre son ancien maître. Au cours de son service militaire, étant en congé de convalescence à Pietrelcina, il passa devant la maison de Don Tizzaini qui était malade. Il mourut dans les bras de Padre Pio.

    C'est en observant frère Camillo, un jeune quêteur capucin qui passait de temps en temps à Pietrelcina, qu'il pensa à se faire Franciscain.

    Francesco était fasciné par ce moine à la longue barbe qui se rafraîchissait à la fontaine du village et racontait des histoires de saint François d'Assise aux enfants puis faisait le tour des maisons pour demander l'aumône et un peu de pain.

    Padre Pio dira plus tard : "Je m'étais mis dans la tête la barbe du frère Camillo et personne ne put me démonter".

    Son oncle Pellegrino voulut l'envoyer chez les Capucins mais malheureusement leur noviciat qui se trouvait à Morcone était complet.

    Dès qu'une place se libéra, l'Archiprêtre Pannullo commença à rassembler tous les documents nécessaires pour Francesco, mais il reçut une lettre anonyme disant que Francesco courtisait la fille du chef de gare de Pietrelcina.

    L'Archiprêtre, furieux, radio Francesco du groupe des enfants de chœur. On découvrit par la suite que l'auteur de la lettre anonyme était un autre enfant de chœur, qui enviait la place de Francesco et le jalousait.

    Le 6 janvier 1903, Francesco ayant reçu toutes les autorisations, put partir.

    Des tentations qui se présentaient sous une forme monstrueuse essayèrent de lui faire changer d'avis. Mais juste avant son départ, il fut rassuré par une apparition de Jésus et de la Sainte Vierge.

    Sa mère lui dit : "Mon fils, cet adieu fait saigner mon cœur. Ne prêtes pas attention aux larmes de ta mère. Dieu et Saint François t'appellent, tu dois aller. Que le Seigneur et sa Sainte Mère te bénissent !"

    Il fut accompagné par le professeur Caccavo et don Nicola Caruso.

    Son père Grazio Forgione devra s’expatrier par deux fois en Amérique, à Buenos Aires, tout d’abord, puis à New York et dans la baie de la Jamaïque, pour payer les études de son fils et, plus tard, les dépenses médicales occasionnées par la piètre santé du jeune religieux. Ce dernier devra, en effet, passer sept longues années hors du couvent, dans sa famille, tant sa santé était délabrée. Quant à la mère, Maria-Giuseppa di Nunzio, c’était une femme pieuse, douce et ferme tout à la fois, très travailleuse car elle devait remplacer son époux dans le travail des champs. Elle était pleine d’attention pour son fils Francesco.

    Vie religieuse  

     

    San Giovani Rotondo : Padre Pio

     

    En arrivant au couvent, il a la joie d'être accueilli par le frère Don Camillo, le jeune quêteur qui lui avait inspiré sa vocation.

    Suite à un examen, il fut considéré apte à poursuivre ses études secondaires. Le professeur Caccavo partit satisfait.

    Le novice se prépara alors à la cérémonie de la prise d'habit franciscain qui eut lieu le 22 janvier 1903 au couvent de Morcone.

    Francesco Forgione devint alors Frère Pio de Pietrelcina.

    L'austérité de vie à laquelle il était soumis favorisa en lui l'identification aux souffrances du Christ qui lui faisaient verser des larmes et du sang.

    Il se dispensait parfois de récréation ou de souper pour poursuivre ses méditations.

    Son année de noviciat se termina le 22 janvier 1904.

    Une cérémonie solennelle marqua la profession simple des vœux religieux de Padre Pio.

    Il fut transféré au couvent de Sant'Elia a Pianisi où il reprit ses études secondaires jusqu'en novembre 1906.

    A partir de ce moment, survinrent de mystérieuses maladies qui obligeaient ses supérieurs à le transférer dans divers couvents.

    Parfois on le renvoyait dans son village car l'air de Pietrelcina lui faisait du bien.

    Pendant cette période, les extases et les persécutions démoniaques se répétaient.

    Par suite de travaux au couvent de Sant'Elia a Pianisi, le Frère Pio fut envoyé à San Marco La Catola (1906-1907). C'est là qu'il fit sa 1ère année de philosophie.

    Puis il reprit ses études théologiques sous la direction du Père Agostino à Montefusco où il résida de décembre 1908 à novembre 1909.

    Au mois de décembre 1908, Frère Pio reçut l'ordination mineure en la cathédrale de Benevento, la cérémonie était présidée par Mgr Bonazzi.

    Quelques jours plus tard, il reçut le sous-diaconat dans la cathédrale de Bénévent des mains de Mgr Schinozi.

    Le 18 juillet 1909, il est ordonné diacre dans le couvent de Morcone par Mgr Benedetto dalle Camere, évêque de Fermapoli.

    Le premier miracle aurait eu lieu à Montefusco, une de ses parentes (sa tante Daria) fut guérie d'une grave brûlure en appliquant sur son visage un sachet qu'il lui avait envoyé avec des châtaignes.

    Il est ordonné prêtre à la Cathédrale de Bénévento le 10 août 1910 par Mgr Schinosi et nommé à Santa Maria degli Angeli de Pietrelcina.

    Sa mère assista à la cérémonie. Son père ne put y assister, étant en Amérique.

    Quatre jours plus tard, il célébra sa première messe dans son village natal.

    Padre Pio resta à Pietrelcina, sa mère s'occupait de lui et il célébrait la messe à l'église paroissiale.

    Les habitants du village furent les premiers à bénéficier de quelques interventions miraculeuses.

    Par exemple, il anéantit par une bénédiction, les poux qui envahissaient les plantations de fèves.

    Le 7  septembre 1910, il reçoit les stigmates à Pietrelcina. Les stigmates disparaissent, le Seigneur ayant exaucé sa demande de les rendre invisibles sans cesser cependant de lui en infliger la souffrance.

     

    Saint Padre Pio

    Saint Padre Pio

     

    Ses Supérieurs lui ordonnèrent de retourner au couvent et l'envoyèrent à Venafro où ses confrères assistèrent à des manifestations surnaturelles :

    - Il entrait en extase quand il priait,

    - Il engageait des luttes furieuses contre les forces démoniaques,

    - Il lisait dans les pensées et sondait les cœurs.

    Les frères, inquiets par son physique éprouvé, demandèrent le renvoi de Padre Pio à Pietrelcina où ses maux disparaissaient.

    Il rentra dans sa famille et Rome lui permit de garder son statut de frère hors du couvent jusqu'à sa guérison.

    Son Supérieur provincial ne se résignait pas à cette solution et réussit à ramener Padre Pio au couvent, à Fiogga. Son état de santé s'aggrava immédiatement.

    Le 24 mai 1915, l'Italie entrait dans le conflit international.

    En novembre 1915, il est appelé sous les drapeaux (Matricule 2094/25) et il quitte Pietrelcina mais il fut rapidement envoyé en convalescence à cause de sa mauvaise santé. Il revint à Pietrelcina où il séjourna jusqu'en février 1916.

    Les couvents étant vides à cause de la mobilisation, la présence de Padre Pio était précieuse. Le Père Agostino vint le chercher pour le conduire au couvent Sainte Anne à Foggia.

    Un jour d'été 1916, le père Paolino de Casacalenda, supérieur du couvent de San Giovanni Rotondo passe à Foggia et obtient l'autorisation d'emmener avec lui Padre Pio qui souffrait de la canicule.

    Après un court séjour, il revint à Foggia.

    En août 1916, il demande son transfert définitif au couvent de San Giovanni. Sa demande est acceptée et le 4 septembre 1916 Padre Pio se rendit au couvent de San Giovanni Rotondo où il restera jusqu'à sa mort.

    Il ne quitta le couvent que pour faire le service militaire.

    En septembre 1916, le Père Paolino le chargea de la direction spirituelle du collège des Franciscains.

    Ils étaient alors 3 au couvent :

    - Le supérieur, le Père Paolino,

    - Le Père Pio,

    - Le Frère Nicolas.

    Le Père Pio fit un pèlerinage avec ses élèves à la grotte de l'Archange Saint Michel au Monte Sant'Angelo.

    En décembre 1916, il doit se rendre à Naples pour un nouvel examen médical. Il a un nouveau congé de convalescence de 6 mois, le document indiquait : "Ensuite, attendre les ordres".

    Le Padre Pio revint à San Giovanni Rotondo le 30 décembre 1916.

    En avril 1917, il obtient la permission de rentrer à Pietrelcina et d'accompagner sa sœur Grazia à Rome où elle entra au couvent sous le nom de Sœur Maria-Pia.

    Au bout de 6 mois (juin 1917), Padre Pio attendait les ordres mais ne recevait rien.

    Son commandant remarquant qu'il ne revenait pas, le fit rechercher.

    Le gradé chargé de cette mission, chercha Franscesco Forgione, personne ne le connaissait.

    L'officier se rendit enfin au couvent, il trouva Francesco Forgione qu'on ne connaissait que sous le nom de Padre Pio.

    Il fut alors conduit au commandant territorial qui le mit aux arrêts pour désertion.

    Padre Pio présenta le document mentionnant qu'après 6 mois, il devait attendre les instructions.

    Le commandant reconnut alors l'innocence de Padre Pio et son dossier de désertion fut classé sans suite.

    Après deux dérogations, il est jugé apte au service et est affecté deux mois à la caserne de Naples.

    Le Padre Pio vit mal cette période à la caserne où il entend des histoires grossières, des brochures de mauvais goût circulent...

    Le 4 novembre 1917, son commandant lui donne un nouveau congé de convalescence de 4 mois.

    Le 5 novembre, il rentre à San Giovanni Rotondo.

    En mars 1918, il est réformé définitivement suite à une visite médicale au cours de laquelle on constata l'état désastreux de sa santé.

    Finalement, le service militaire de Padre Pio a duré 4 mois et 11 jours. Il reçut environ 24 mois de de congé pour convalescence. La plupart du temps, on le trouvait à l'infirmerie de l'hôpital militaire.

    C'est pendant la guerre que se situe un événement raconté par le bénéficiaire lui-même. Le 24 octobre 1917, une attaque surprise des Autrichiens et des Allemands ayant percé les lignes italiennes et causé le désastre de Caporetto (Kobarid), le général Luigi Cadorna, commandant en chef et soldat valeureux, fut limogé. Retiré au palais de Zara, à Trévise, très marqué par sa défaite, il décida d'en finir et, s'apprêtait à tirer le coup de revolver fatal, lorsqu'il vit soudain entrer dans son bureau un moine capucin qui le convainquit de ne pas attenter à sa vie. Une fois le religieux reparti aussi soudainement qu'il était apparu, Cadorna tança les gardes en faction, leur reprochant d'avoir laissé passer sans l'annoncer un moine inconnu de tous. Les soldats jurèrent leurs grands dieux qu'ils n'avaient vu personne entrer ou sortir ! Plusieurs années plus tard, le général voyant une photo de Padre Pio dans un journal, reconnut le capucin qui lui avait sauvé la vie par des paroles de réconfort, un soir de novembre 1917.

    Transverbération et stigmates

    Padre Pio, la transverbération

     

    Les stigmates invisibles

    Le 7  septembre 1910, il reçoit les stigmates à Pietrelcina. Les stigmates disparaissent, le Seigneur ayant exaucé sa demande de les rendre invisibles sans cesser cependant de lui en infliger la souffrance.

    La stigmatisation invisible de Padre Pio fut connue à Pietrelcina en septembre 1915.

    En souvenir de cet évènement, Mercurio Scocca érigea une chapelle autour du tronc de l'orme où il s'était produit.

    Cette "Capellina" se trouve à l'endroit appelé "Piana Romana", où les parents de Padre Pio possédaient un lopin de terre qui est à présent la propriété de la nièce de Padre Pio.

    La transverbération

    Padre Pio vivait depuis 8 ans avec la douleur des stigmates invisibles.

    Le 5 août 1918 puis le 20 septembre 1918, il manifeste des symptômes ou des signes faisant référence à la transverbération (transpercement du cœur par un dard spirituel avec saignement réel) et des stigmates (plaies du Christ sanguinolentes aux mains, aux pieds et au thorax), qu'il cherche à cacher avec des mitaines.

    Le 5 août 1918, alors qu'il confessait au séminaire lorsque "apparut un personnage céleste qui brandissait "une sorte d'instrument qui ressemblait à une très longue lame de fer à la pointe bien aiguisée", de laquelle semblait "sortir du feu" et il "la lança de toutes ses forces" sur son "âme". Il se sentit mourir et aussitôt congédia le jeune garçon qu'il était en train de confesser.

    "Le mystérieux personnage lui transperça le cœur avec une lance ardente". Il venait de subir la "Transverbération" du cœur comme Sainte Thérèse d'Avila.

    Padre Pio écrit à son confesseur : "C'était comme un glaive de feu qui transperça mon âme et fit brûler mon cœur d'un amour ardent pour Jésus".

    Il souffrit atrocement pendant deux jours.

    Par la suite, il ressentit au plus profond de l'âme une blessure toujours ouverte qui le torturait continuellement. Douleurs de l'âme et souffrances du corps.

    Les stigmates

    San Giovani Rotondo : Padre Pio

    Les faits restèrent secrets jusqu'au vendredi 20 septembre 1918 quand le mystérieux personnage lui apparut à nouveau alors qu'il était seul dans l'église et qu'il priait agenouillé devant un crucifix de bois.

    Il se retrouva avec des plaies sanglantes aux mains, aux pieds et au côté.

    Ces plaies ne purent être cachées.

    Le père Paolino, supérieur du couvent, écrivait au supérieur général qu'il ne s'agissait pas de taches ou d'empreintes mais de plaies perforant ses mains et ses pieds. Celle du côté est une véritable déchirure qui libère continuellement du sang ou des humeurs sanguines.

    On donna l'ordre de garder le secret mais les plaies saignaient lorsque Padre Pio célébrait la messe.

    La nouvelle se répandit et les gens commencèrent à affluer.

    Des médecins l'examinèrent et rédigèrent des rapports.

    Condamnation du Saint-Office 

    Un autre calvaire commença pour Padre Pio, celui des très nombreuses visites médicales auxquelles il fut soumis pour vérifier la nature des blessures.

    Le docteur Luigi Romanelli examina Padre Pio pendant 2 jours et produisit l'attestation suivante :

    "J'ai la conviction, voire la certitude, que les blessures ne sont pas superficielles, parce qu'en appliquant le pouce sur la paume de la main et l'index sur le dos, et en exerçant une pression, on a la sensation précise d'un vide. À la poitrine, j'ai observé une coupure nette, parallèle aux côtes, de 7 ou 8 cm de long avec résection dans les parties molles".

    En avril 1920, le Père Agostino Gemelli, médecin et psychologue, se rendit à San Giovanni Rotondo.

    Il arriva au couvent le 18 avril 1920 pour examiner les plaies de Padre Pio, mais entre-temps le Saint-Siège, par l'entremise de la congrégation qu'on appelait le Saint-Office, avait décidé que personne ne pouvait examiner les blessures sans autorisation écrite.

    Le Père Gemelli insista pour qu'on lui montre les plaies mais Padre Pio, obéissant à l'ordre du Vatican, lui répondit fermement qu'il n'était pas autorisé à le faire.

    Quelques années plus tard, dans un article de la revue "Vita e Pensiero", le Père Gemelli jugeait tous les stigmatisés (sauf saint François d'Assise) comme de "possibles hystériques, dotés d'une spiritualité très pauvre".

    L'opinion du Père Gemelli faisant autorité, a pu avoir influencé tous ceux qui se liguèrent contre Padre Pio à cause de ses stigmates, comme si celles-ci étaient le résultat de la mystification d'un névrotique ou l'œuvre d'un escroc.

    De nombreux fidèles par lesquels il y avait des savants, des théologiens et des prélats, s'est opposé à ceux là.

    Il y eut même des discordances entre les Papes.

    Le Pape Benoît XV (1914-1922) estimait Padre Pio qu'il appelait "homme de Dieu", "un de ceux que Dieu envoie sur la terre de temps en temps pour convertir les hommes". Benoît XV avait bien accueilli les rapports enthousiastes de ses hommes de confiance, dont le premier fut l'archiatre pontifical.

    Mais les ennemis ne lâchaient pas prise, notamment l'archevêque de Manfredonia, Monseigneur Pasquale Gagliardi.

    Après le décès du pape, cet évêque et ceux qui le soutenaient ne laissèrent pas le temps à Pie IV (1922-1939), son successeur, de mener sa propre enquête et présentèrent au Saint Office des mémoriaux remplis d'accusations.

    La première mesure disciplinaire prise par le Saint Office arriva.

    Le 2 juin 1922 une lettre adressée au Supérieur général des Capucins interdisait à Padre Pio de se montrer en public et le sommait de changer de directeur spirituel. Ses supérieurs devaient songer à son transfert.

    Ceux-ci l'avaient déjà envisagé 2 ans auparavant dans le but de freiner l'enthousiasme des foules pour Padre Pio.

    Le 31 mai 1923, le Saint-Office intervint avec un décret dans lequel on niait le "caractère naturel des faits" concernant Padre Pio, et les fidèles devaient s'y conformer.

    Le décret fut publié dans "L'Osservatore Romano".

    Padre Pio n'ayant jamais été interrogé, voulut connaître les raisons de l'acharnement dont il était victime et demanda l'aide d'un ami, Giuseppe Orlando, prêtre, qui se rendit à Rome et fut reçu par le Saint-Office.

    Don Giuseppe s'aperçut que la majorité des accusations mentionnaient un état de mystification et désobéissance, et sur son honneur, il les déclara fausses.

    Le 24 juillet 1924, le Saint-Office émit un nouveau décret qui confirmait le précédent décret et exhortait les fidèles "à s'abstenir d'entretenir tout type de relation à caractère de dévotion, même épistolaire avec Padre Pio.

    Padre Pio devint alors comme un prisonnier dans son couvent. Il ne descendait pas au parloir, n'écrivait pas de lettre, ne se montrait pas à la fenêtre, et célébrait la messe en privé.

    Les frères durent repousser la foule, seuls certains médecins avaient un droit de visite.

    En 1925, Padre Pio se fit opérer d'une hernie.

    En 1927, on lui enleva un kyste au cou.

    Après avoir déjà pleuré sa sœur Felicita morte en 1918 à l'âge de 29 ans, Padre Pio allait perdre sa mère dans cette période de détresse.

    Sa mère vint à San Giovanni Rotondo pour le Noël 1928 et tomba malade. Padre Pio put rester à ses côtés et lui administrer les derniers sacrements.

    Elle meurt le 3 janvier 1929 au matin.

    Des comités se formèrent pour défendre Padre Pio.

    Emmanuele Brunato, un ami fidèle de Padre Pio, épaulé par M. Morcaldi, le maire de San Giovanni Rotondo, utilisa tous les moyens possibles pour découvrir la vérité ce qu'il fit avec succès.

    La vérité : tout partait de l'archevêque de Manfredonia, Monseigneur Pasquale Gagliardi, et de 3 prêtres de San Giovanni Rotondo : le chanoine Domenico Palladino, le chanoine Giovanni Miscio et l'archiprêtre Giuseppe Prencipe. Ceux-ci ayant une vie dissolue, Padre Pio représentait pour eux un reproche vivant et le jalousaient car il était vénéré comme un saint.

    En menant son enquête, Emanuele Brunato découvrit des machinations et réussit à prouver la mauvaise foi de ces 3 prêtres, documents à l'appui.

    Il eut un procès avec le chanoine Miscio et obtint sa condamnation à 20 mois de réclusion.

    Il découvrit aussi que l'archevêque Gagliardi poussait les 3 prêtres et les protégeait.

    Il partit ensuite pour Rome en juin 1925 avec une valise remplie de documents pour demander conseil à Don Orione. Celui-ci lui conseilla de faire des copies des documents et de les donner aux cardinaux les plus influents.

    Il attendit en vain les nouvelles dispositions.

    En 1926, il publia un livre explosif sous le pseudonyme de Giuseppe De Rossi. Le Saint-Office séquestra les exemplaires et les mit à l'index.

    La situation commença à se débloquer.

    Monseigneur Felice Bevilacqua du Vicariat de Rome, se rendit à San Giovanni Rotondo et certifia que les accusations retenues contre le clergé local étaient bien fondées et fit coalition avec Emanuele Brunatto.

    Les amis de Padre Pio dirigés par Emanuele Brunatto passèrent aux menaces, on décida alors de destituer l'archevêque Gagliardi qui dut quitter le diocèse en septembre 1929.

    Le maire de San Giovanni Rotondo, Francesco Morcaldi, écrivit un livre intitulé "Lettre ouverte à l'Église" qui inquiétait fortement le Vatican.

    Cela fut défavorable à Padre Pio car le 23 mai 1931, un décret du Saint-Office priva Padre Pio de la faculté d'exercer son ministère sacerdotal excepté la sainte messe qu'il devait célébrer dans la chapelle interne du couvent sans la participation d'autrui.

    M Morcaldi accepta alors de remettre au Saint Siège tous les exemplaires de son livre et toutes les pièces du dossier en échange d'engagements précis de la part d'un cardinal qui ne tint pas parole.

    1) Emanuele Brunatto étant en colère, prépara un volume intitulé "Les antéchrists dans l'Église du Christ" qu'il publia à l'étranger en 3 langues au début de l'année 1933.

    Le livre fut lu par des milliers de catholiques qui envoyèrent des lettres d'indignation à Rome.

    2) Le livre du médecin Giorgio Festa, qui avait étudié les stigmates de Padre Pio sortit en Italie.

    3) Un évêque capucin présenta au Pape un dossier contenant des témoignages de frères sur la vie sainte de Padre Pio.

    Ces 3 évènements amenèrent Pie XI à restituer à Padre Pio le libre exercice de son ministère le 16 juillet 1933.

    Levée de l'interdiction du Saint-Office 

    Le 16 juillet 1933 le Saint-Office l'autorise à nouveau à célébrer des messes et à entendre des confessions.

    Les permissions lui furent accordées au fur et à mesure. Il put rapidement recommencer à célébrer la messe à l'église devant les fidèles, mais il dut attendre 8 mois avant de pouvoir confesser les hommes et encore 2 mois avant de pouvoir confesser les femmes.

    La Casa Sollievo della Sofferenza

    Saint Padre Pio

     

    Padre Pio voulait créer une structure pour accueillir et guérir les malades.

    Il aménagea un petit hôpital dans l'ancien couvent des clarisses au centre de San Giovanni Rotondo, qui comportait 2 couloirs, 20 lits et une salle d'opérations équipée.

    On le nomma "Hôpital de Saint François" et il fut inauguré en janvier 1925.

    Il ne fut en service que quelques temps car les médecins étaient bénévoles.

    Après cet échec, Padre Pio songeait à un hôpital beaucoup plus grand, qui fonctionnerait grâce à des bases économiques solides.

    La donation de la comtesse Bajocchi (miraculée par Padre Pio en 1929) fut une aide précieuse.

    La comtesse mit à sa disposition les bénéfices qu'elle tirait d'une série de brevets pour des inventions qui devaient révolutionner le système ferroviaire dans le monde entier.

    Padre Pio put être membre de la société constituée à cet effet, il se fit représenter par Emanuele Brunatto.

    Il fut chargé de faire connaître les brevets à l'étranger au vu des bons résultats des premières expériences effectuées en Italie.

    Il fonde une société française à Paris, consœur de la société italienne.

    Il séjourne à Berlin et à Bruxelles pour placer les actions.

    En 1932, il revient en Italie après avoir réglé des conflits avec des actionnaires qui l'accusaient d'escroquerie et après avoir renforcé la représentation parisienne de la société.

    En 1935, il tente une affaire colossale avec l'Union Soviétique.

    Padre Pio lui donnait ses instructions par écrit, ou de vive voix par l'intermédiaire d'amis dévoués.

    Quand il eut l'interdiction du Saint Office d'avoir des contacts avec les personnes étrangères au couvent, Emanuele Brunatto continua seul.

    Padre Pio réapparaît en 1937 comme l'atteste une lettre à Emanuele Brunatto dans laquelle il lui fait part de son estime et l'encourage à négocier un des brevets avec les États-Unis.

    Le moment de recueillir les bénéfices arriva. C'est dans ce but que Padre Pio fit appel, fin 1939, à 3 de ses amis installés à San Giovanni Rotondo : un médecin, un pharmacien de Zara, un vétérinaire.

    Ils se réunirent le 9 janvier 1940 afin de constituer un comité pour la fondation d'une clinique selon la volonté de Padre Pio.

    Padre Pio déclara qu'il voulait appeler son œuvre "Casa Sollievo della Sofferenza ", Maison du soulagement de la souffrance.

    La période de la seconde guerre mondiale bloqua toutes les opérations.

    La construction put commencer en 1946 après que Padre Pio eut choisi le meilleur projet d'un architecte du nom d'Angiolino Lupi.

    En réalité, Angelino Lupi n'était pas architecte ni même géomètre mais il fut capable d'organiser un chantier qui tenait du prodige.

    Il ressortit indemne d'une dénonciation pour exercice illégal de la profession.

    Padre Pio n'acceptait que les dons des fidèles.

    Le papa de Padre Pio, Grazzio Forgione meurt le 7 octobre 1947.

    L'inauguration de la grande clinique eut lieu le 5 mai 1956. Elle fut bénie par le cardinal Giacomo Lercaro, archevêque de Bologne.

    La Casa Sollievo della Sofferenza fut agrandie après la mort de Padre Pio. Elle deviendra un des plus grands hôpitaux d'Italie.

     

     

    Les groupes de prières

    À la même époque, le Padre Pio fonde des Groupes de prière afin de guérir et soulager les âmes.

    Nouvelle mesure disciplinaire

    À partir des années 1950 un immense scandale financier secoue le monde catholique italien. Des fonds ont été détournés pour des profits personnels et d'autres ont été placés à perte dans les magouilles du banquier Giuffré : les Capucins, comme beaucoup d'autres, sont en faillite.

    Padre Pio n'est pas mis en cause dans cette affaire et il est ainsi relevé de ses vœux de pauvreté afin d'avoir toute liberté de gérer les fonds de ses fidèles pour la Casa Sollievo della Sofferenza.

    Il devait alors subir maintes persécutions de ses pairs qui tentaient de s'approprier ses fonds destinés à la Casa Sollievo della Sofferenza.

    Padre Pio dit que cet argent n'était pas le sien, qu'il ne pouvait le donner.

    Ce refus engendra des hostilités et il subit de nouvelles calomnies.

    Le Pape Jean XXIII voulant y voir plus clair, ordonna au Saint-Office de préparer une visite apostolique.

    Cette tâche fut confiée à Mgr Carlo Maccari, du Vicariat de Rome, qui commença sa mission le 29 juillet 1960 par un acte sévère : il fit suspendre les préparatifs des festivités pour le 50ème anniversaire du sacerdoce de Padre Pio.

    Il termina sa mission le 10 octobre 1960 avec une mesure : Padre Pio fut considérablement limité dans l'exercice de son ministère (confessions brèves et pas pour tout le monde, pas de baptêmes, pas de mariages, durée de la messe ne pouvant dépasser 30 mn) et dans l'administration des biens de son œuvre dont les actions furent déposées auprès de la banque vaticane. Son couvent dépendit directement du Saint Office et on transféra certains de ses amis Frères.

    Un nouveau supérieur arriva à San Giovanni Rotondo qui avait pour mission de faire régner la plus rigoureuse discipline. Il provaqua la révolte des fidèles et entra en conflit avec le maire du village.

    C'est en 1960 qu'on découvrit des magnétophones placés dans la cellule et dans le confessionnal de Padre Pio.

    La réhabilitation définitive

    Fin 1961, Padre Pio fit appel à Emanuele Brunatto qui vivait en France. Celui-ci régla ses affaires à Paris et à la mi-janvier 1962 il était en Italie.

    Emanuele Brunatto s'arrêta à Rome où il fut reçu par le Cardinal Alfredo Ottaviani, secrétaire du Saint Office.

    Le cardinal l'avait invité à la modération et lui avait fait comprendre que les mesures pouvaient être modifiées si les graves accusations contre Padre Pio étaient démantelées.

    Tout le monde convoitait le patrimoine de l'œuvre de Padre Pio.

    Emanuele Brunatto prit contact avec ses amis les plus proches et il fonda l'AID le 30 mai 1962 à Genève -Association Internationale pour la Défense (de Padre Pio)-.

    Il est définitivement réhabilité par le pape Paul VI le 30 janvier 1964.

    Padre Pio est contraint de signer une déclaration spécifiant que personne ne lui voulait de mal.

    Le magistrat Giovan-Guadalberto Alessandri raconte que Padre Pio lui aurait révélé : "Que veux-tu, ils sont venus ici, ils m'ont remis une déclaration déjà écrite et ils m'ont dit de la recopier".

    Ceci est confirmé par le docteur Giovanni Gigliozzi, directeur du bulletin de la Casa di Sollievo qui a vu les larmes de Padre Pio qui lui disait que la déclaration lui a été extorquée.

    Ses derniers jours

    Padre Pio avait dit : "Je mourrai lorsque ma tombe sera terminée."

    A la messe du matin du 22 septembre 1968, le Père Clemente di Santa Maria, a béni à la crypte la tombe terminée du Père.

    Quand Padre Pio reçut les stigmates le 20 septembre 1918, il lui fut révélé qu'il les porterait pendant 50 ans.

    À San Giovanni Rotondo, on préparait la célébration de cet anniversaire.

    On avait fait appel au groupe de prières.

    Afin d'avoir une plus grande participation, la célébration du 50ème anniversaire des stigmates avait été différée du vendredi 20 septembre 1968 au dimanche 22 septembre.

    Dès le samedi, les pèlerins occupaient toutes les chambres des hôtels du village.

    Certains pèlerins durent dormir dans leur voiture.

     

    Saint Padre Pio

     

    Padre Pio était épuisé mais célébra la messe le dimanche à 5 heures du matin.

    Il fit une syncope et fut reconduit à la sacristie.

    Il se montra plusieurs fois dans la journée pour ne pas décevoir les fidèles.

    Le soir, il se coucha plus tôt que d'habitude mais resta éveillé.

    Padre Pio avait demandé au Père Pellegrino de Sant'Elia à Pianisi de rester près de lui.

    Vers 1 heure il demanda au Père Pellegrino s'il avait dit la messe qui lui répondit : "C'est trop tôt pour dire la messe". Padre Pio ajouta : "Ce matin, tu la diras pour moi".

    Il voulut se confesser et renouvela ses vœux de profession religieuse, comme cela est d'usage quand un frère meurt.

    Padre Pio expira le lundi 23 septembre 1968 à 2 h 30 du matin. Ses derniers mots sont : "Jésus, Marie".

     

    Enterrement 

    Saint Padre Pio

     

    Ses funérailles furent célébrées le jeudi 26 septembre 1968 dans l'après-midi en présence de plus de 100 000 personnes.

    Avant la célébration solennelle à l'église en présence de 24 prêtres, la foule s'étendait sur un parcours de 8 km pour voir défiler le cercueil avec son cortège.

     

    Saint Padre Pio

     

    Saint Padre Pio

     

    On pouvait voir le corps à travers le couvercle de cristal.

    La dépouille est conduite à San Giovanni Rotondo avant de revenir au couvent.

    Sur le couvercle, se trouvent un crucifix et une plaque : "Francesco Forgione - nato a Pietrelcina, 25.5.1887. Morto a San Giovanni Rotondo 23.9.1968.

    Au moment où l'on descendait la dépouille de Padre Pio dans la crypte de l'église Notre-Dame des Grâces, l'image de Padre Pio apparut à la fenêtre sur la vitre de la cellule N°5 devant une foule en délire.

    Pour calmer la foule, on mit un drap devant la fenêtre de la cellule N°5, l'image de Padre Pio apparut alors sur toutes les fenêtres du couvent.

    Source : @La lumière de Dieu

     

    Procès en béatification  

    Saint Padre Pio

     

    Le Padre Pio a fait l'objet de deux investigations officielles conduites par les autorités du Saint-Siège dès le 20 mars 1983, qui conclurent à l'authenticité de certains miracles en 1990, après avoir rassemblé 73 témoignages en 104 volumes.

    Suite à l'avis favorable donné le 13 juin 1997 par la Congrégation pour la cause des saints, le Padre Pio est déclaré bienheureux le 2 mai 1999 au Vatican, en présence de plus de 200 000 personnes par le pape Jean-Paul II.

     

    San Giovani Rotondo : Padre Pio

     

    Le 16 juin 2002, Jean-Paul II le canonise sous le nom de sanctus Pius de Pietrelcina tout en ouvrant une procédure de reconnaissance officielle des stigmates par l'Église. Sa tombe est ainsi devenue un haut lieu de pèlerinage.

    Le 3 mars 2008, le Vatican a fait procéder à l'exhumation du corps de Padre Pio. Celui-ci a été déclaré en bon état de conservation générale, ses mains étant notamment incorrompues. Il est exposé sous verre à la vénération publique jusqu'en septembre 2009.

    Le 21 juin 2010, ayant ouvert l'année du sacerdoce deux jours auparavant auprès des reliques du curé d'Ars, le pape Benoît XVI se rend en pèlerinage à San Giovanni Rotondo pour rendre également hommage au Padre Pio. Il dresse alors un parallèle entre ces deux figures de sainteté, dont la vie fut centrée sur la prière, l'eucharistie et la confession et qu'il donne comme modèles aux prêtres catholiques. Il insiste fortement pour que le sacrement de Pénitence soit remis en honneur.

    Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Padre_Pio

     

    Le sanctuaire Sainte Marie des Grâces

     

    San Giovani Rotondo : Padre Pio

     

    La dépouille du Saint a été exhumée et exposée à la vénération des fidèles dans la crypte du sancturaire Sainte Marie des Grâces à San Giovani Rotondo, la petite ville où le saint capucin a vécu.

    Le corps du saint le plus populaire d'Italie est exposé à la foule, quarante ans après sa mort.

    Le corps de Francesco Forgione, moine capucin mort en 1968 après avoir porté les stigmates du Christ crucifié, a été placé dans un cercueil de verre à l'issue d'une messe en plein air à laquelle 15.000 fidèles ont assisté.

     

    San Giovani Rotondo : Padre Pio

     

    Les miracles

    Beaucoup de malades recouraient donc à Padre Pio pour obtenir de Dieu leur guérison. De nombreux malades se recommandaient à ses prières, même à distance.

    Guérison d'une brûlure (Tante Daria)

    Le premier miracle aurait eu lieu à Montefusco, une des parentes de Padre Pio fut guérie d'une grave brûlure en appliquant sur son visage un sachet qu'il lui avait envoyé avec des châtaignes. 

    À Montefusco, Padre Pio se promenant dans un bois de châtaigniers, il remplit un petit sac de châtaignes et l'envoya à sa Tante Daria à Pietrelcina.

    Tante Daria mangea les châtaignes et conserva précieusement le petit sachet dans un tiroir.

    Le jour du mariage de sa fille, éclairée d'une lampe à huile, alla dans l'armoire où se trouvait le feu d'artifice qui devait servir pour la fête.

    Incidemment, une étincelle mit le feu à toute la provision de fusées et Tante Daria fut entourée de flammes qui lui brûlèrent le visage et roussirent ses cheveux.

    Hurlant de douleur, elle courut vers le tiroir et prit le sachet qui avait contenu les châtaignes de son neveu le Frère Pio, et sans réfléchir le mit sur sa tête.

    Les douleurs cessèrent immédiatement. Elle était guérie.

    Les poux de la plantation de fèves

    Les habitants du village de Pietrelcina furent les premiers à bénéficier de quelques interventions miraculeuses.

    Par exemple, il anéantit par une bénédiction, les poux qui envahissaient les plantations de fèves.

    Emma Di Giorgi, née sans pupilles

    Emma Di Giorgi, née à Ribera en Sicile, est née avec des yeux sans pupilles.

    Le 18 juin 1947, elle se rend à San Giovanni Rotondo pour recevoir l'hostie de sa 1ère communion de la main de Padre Pio.

    Elle reçoit en même temps la vue, ses yeux restant sans pupilles.

    La presse publia ce cas exceptionnel car Emma Di Giorgi toujours sans pupilles, voyait normalement.

    ©La lumière de Dieu

     

    Clairvoyance et introspection des âmes

    Grâce à ce don, Padre Pio lisait dans les consciences comme dans un livre ouvert.

    Padre Pio lisait dans les âmes. Il savait d'avance ce qu'on allait lui dire ou ce qu'on lui cachait.

    Padre Pio avait la faculté de connaître totalement les personnes qu'il voyait pour la 1ère fois.

    Les pécheurs qui ne s'étaient jamais confessés et ne savaient comment faire, étaient stupéfaits quand Padre Pio qui se trouvait derrière la grille du confessionnal leur racontait tous leurs faits personnels.

    Certaines fois, Padre Pio laissait d'abord parler le pénitent et lui disait à la fin :

    - "N'avez-vous plus rien à dire ?"

    - "Non, mon Père !"

    - "Et ce péché là !"

    - "Je ne m'en suis pas souvenu".

    Il disait alors au pénitent la faute oubliée.

    D'autres fois, avant même que le pénitent dise ses péchés, il dit "Ne te confesse pas ! Va d'abord te marier régulièrement avec la femme qui vit chez toi et tu viendras ensuite te confesser !"

    A un autre pénitent, il disait : "Allons, enlève tout de suite ton insigne de communiste que tu gardes dans ta poche !"

    A une pénitente, il dit : "Inutile d'attendre, je ne vous confesserai pas !"

    - "Et pourquoi ?"

    - "Depuis tant d'années que vous vivez avec cet homme qui n'est pas votre mari ! Ou bien vous l'abandonnez, ou bien vous l'épousez ; alors je vous confesserai !"

    Dans le film "Padre Pio", il demande à son père mourant de se confesser, et dit  tous les péchés que son père a commis.

    Cesare Festa

    Cesare Feste, le cousin du docteur Giorgio Festa, était un avocat franc-maçon. Cesare se rendit à San Giovanni Rotondo. Lorsqu'il arriva au couvent, Padre Pio qui était entouré d'un groupe de personnes, quitta le groupe pour aller à sa rencontre et lui dit "N'êtes-vous pas franc-maçon ?".

    - "Oui, Père" répondit l'avocat

    - "Et quelles sont vos fonctions dans la franc-maçonnerie ?" demanda Padre Pio

    - "De combattre l'Église sur le plan politique"

    Après quelques minutes de silence, Padre Pio le prit par la main comme un petit garçon et lui raconta la parabole de l'Enfant prodigue.

    Une heure plus tard, Cesare s'était confessé et avait reçu le pardon de Dieu. Il fut par la suite persécuté par la franc-maçonnerie et devint religieux du tiers ordre franciscain.

    ©La lumière de Dieu

     

    La bilocation

    La bilocation consiste en la capacité de se trouver simultanément à deux endroits différents : dans un lieux avec le corps, dans un autre avec l'esprit revêtu d'une image corporelle.

    Le don de bilocation de Padre Pio se manifestait aussi parfois en rêve ou par sa voix. Beaucoup de ses fils spirituels et aussi des personnes qui ne connaissaient pas le Padre Pio ont pu s'en rendre compte. Des personnes entendaient distinctement sa voix qui donnait un conseil, faisait un reproche...

    Témoignage de Padre Pio sur la bilocation

    La veille de la fête de Saint Antoine de Padoue, Padre Pio entendit les capucins, du couvent Sainte Marie des Grâces de San Giovanni, discuter sur la bilocation de Saint Antoine qui étant à Padoue, se serait trouvé en même temps à Lisbonne pour y défendre son père devant la tribunal.

    Un capucin disait : "Peut-être ces privilégiés du Seigneur ne se rendent-ils pas compte quand se produit la bilocation".

    Padre Pio lui répondit : "Bien sûr qu'ils s'en aperçoivent ! Ils savent où ils vont et ce qu'ils vont faire ; ils ne savent pas s'ils se déplacent avec le corps ou seulement ou en esprit, mais ils sont conscients de ce qui se produit."

    Naissance de la marquise Giovanna Rizzani

    La marquise Giovanna Rizzani naissait à Udine le 18 janviers 1905.

    Sa mère avait accouché à l'improviste : elle se trouvait dans la cour du palais tandis que son mari mourait dans une chambre.

    La dame a toujours dit qu'elle avait vu un jeune capucin inconnu pendant qu'elle accouchait.

    A l'époque  Padre Pio n'était pas encore Padre, il se préparait à le devenir au couvent de Sant'Elia à Pianisi.

    En février 1905, il écrivit à son confesseur :

    "Il m'est arrivé il y a quelques jours un fait insolite. Tandis que j'étais dans le chœur avec frère Anastasio -c'était le 18 du mois dernier à 23 heures environ- je me suis soudainement retrouvé dans une noble demeure où un père mourait pendant la naissance de sa fille. La très Sainte Vierge m'apparut alors et me dit : "Je te confie cette créature. C'est une pierre précieuse à l'état brut : travaille-la, polis-la, rends-la la plus brillante possible car un jour je m'en ornerai. Ne doute pas, c'est elle qui viendra vers toi mais avant tu la rencontreras à Saint Pierre". Ensuite je me suis de nouveau retrouvé dans le chœur".

    Sa mère étant veuve, la petite Giovanna partit pour Rome où elle grandit et fit ses études.

    Un après-midi de l'été 1922, Giovanna alla visiter la basilique Saint Pierre avec une amie. Elle doutait de sa foi et souhaitait se confier à un prêtre.

    Elle n'en trouva pas, la basilique allant fermer ses portes une demi-heure après.

    Pendant qu'elle regardait un monument, elle vit un frère capucin qui était prêt à l'écouter.

    L'entretien eut lieu dans le confessionnal. Giovanna était tellement stupéfaite qu'elle attendit avec son amie que le frère sorte du confessionnal pour lui demander une nouvelle entrevue mais le frère avait disparu.

    L'été suivant, Giovanna entendit parler de Padre Pio, le frère aux stigmates pour la première fois. Elle se rendit à San Giovanni Rotondo pour le connaître.

    Quand ils furent face à face, Padre Pio la regarda et lui dit en souriant :

    "Giovanna, je te connais. Tu es née le jour de la mort de ton père".

    Padre Pio la confessa le jour suivant et elle découvrit que c'était lui le capucin de la basilique Saint Pierre.

    Quelques années plus tard, Giovanna devint tertiaire franciscaine et Padre Pio désirait qu'elle s'appela Jacopa, du nom de la noble matrone romaine qui eut le privilège d'assister à la mort de saint François d'Assise.

    Il lui dit : "Rappelle-toi, tu assisteras à ma mort".

    En septembre 1968, elle vint à San Giovanni Rotondo et vit Padre Pio qui la confessa et lui fit une nouvelle prédiction.

    Dans la nuit du 22 au 23, Giovanna se trouvait dans une chambre d'hôtel avec une amie, elle assista à la mort de Padre Pio.

    Par la suite, elle put décrire sa cellule, les personnes qui l'entouraient et ses derniers instants. Padre Pio lui avait transmis ses dons de bilocation et sa dernière prédiction s'est ainsi réalisée.

    ©La lumière de Dieu

     

    Les parfums de Padre Pio

    L'osmogénésie est un charisme dont quelques saint ont été gratifiés.

    Selon les théologiens, les odeurs que les mystiques exhalent sont "les parfums du ciel" ou "l'odeur de sainteté".

    Un parfum caractéristique signalait la présence physique ou spirituelle de Padre Pio.

    Le docteur  Giorgio Festa, médecin, a découvert que ce parfum émanait des stigmates dont le sang n'était pas soumis à la même décomposition que le sang provenant de blessures ordinaires. Le Docteur Festa indiquait que ce parfum agréable était comme un mélange de violettes et de roses.

    Quand les médecins enlevèrent les bandages qui enveloppaient les plaies de Padre Pio pour faire un contrôle, au plus grand étonnement des médecins les plaies répandirent immédiatement des parfums.

    On sent le parfum en approchant de Padre Pio, ou à son passage parmi la foule, ou en baisant sa main ; mais aussi en se recommandant à ses prières, même à distance.

    À propos des parfums du Père Pio, -la bonne odeur qui s'exhalait de lui, des objets qu'il avait bénits ou simplement touchés, des endroits où il séjournait ou passait-, il est à noter qu'on les percevait à des milliers de kilomètres de San Giovanni, comme un signe, comme une faveur ou un avertissement......

    Dans un document d'Elza Bertuetti, on découvre la signification des différents parfums. On peut dire que :

    - L'odeur de violettes est une stimulation à l'humilité.

    - Les roses, à la pratique de l'amour ;

    - L'encens, à la prière et au sacrifice ;

    - La lavande ou savon, à la purification et au repentir ;

    - Le pain frais, invitation à communier ;

    - Le sang, rappel de la Passion du Christ ;

    - Le caoutchouc brûlé ou encens brûlé, signifie la protection du Père ;

    - Le phénol ou camphre, la purification  et réparation et aussi l'acceptation des souffrances ;

    - Les fleurs en général, la présence du Père ;

    - Le café signifie la bienvenue du Père, qu'il est avec nous (lors d'une réunion d'un groupe de prière, par exemple) ;

    - Le tabac oriental, union avec le Père Pio.

    Le parfum de Padre Pio signalait une grâce : une guérison, une conversion, une prière exaucée, une protection, un avertissement d'un danger, etc...

    Le professeur Luigi Romanelli

    Dans un rapport, il dit : "En juin 1919, lorsque je me rendis pour la 1ère fois à San Giovanni Rotondo, dès que je fus présenté à Padre Pio, je remarquai qu'une certaine odeur se dégageait de son corps, même que je pensai qu'il n'était pas très convenable qu'un moine, et un moine tenu en si haute estime, utilisât des parfums. Je n'étais pas sous l'effet d'une auto-suggestion, puisque personne ne m'avait jamais parlé de ce phénomène".

    Le chef de gare Ulisse Santini

    En septembre 1951, Ulisse Santini, le chef de gare de Rome souffrait d'un cancer de la gorge.

    Il était à l'agonie et avait reçu les derniers sacrements. On lui donna une photo de Padre Pio à baiser et soudain toute la famille et les amis présents perçurent une odeur merveilleuse.

    Ulisse, qui n'avait pas parlé depuis longtemps, s'écria : "Enlevez ces pansements, je suis guéri !"

     ©La lumière de Dieu

     

    La lévitation

    La lévitation est le fait de rester en suspension au-dessus du sol. Quelques saints ont bénéficié de cette faveur accordée par Dieu, par exemple, saint Joseph de Copertino.

    L'Abbé Ascanio a raconté qu'attendant que Padre Pio se présentât pour confesser,  la sacristie était pleine et tous les regards fixaient la porte.  Mais que sans que la porte s’ouvrît, il a vu Padre Pio qui marchait au-dessus des fidèles, se rendre au confessionnal, s’y asseoir et commencer d’entendre les confessions.  Croyant avoir rêvé, il ne dit rien, mais plus tard, il demanda à Padre Pio : «Padre Pio, comment fait-on pour marcher dans les airs ?»  Non sans humour, il me répondit :  «Je t’assure, mon fils, de la même façon qu’on marche sur le sol.»

    Le don des larmes

    Padre Pio avait reçu le don des larmes dès son enfance.

    Un de ses condisciples racontait que durant ses études au scolasticat, de 1903 à 1908, Padre Pio pleurait constamment, en silence, et si abondamment que ses larmes laissaient des traces sur les dalles du chœur. Suite aux plaisanteries des jeunes, Padre Pio avait pris l'habitude d'étendre un grand mouchoir par terre, en face de lui, quand il s'agenouillait pour prier.

    ©La lumière de Dieu

     

    Les assauts du démon

     

    San Giovani Rotondo : Padre Pio

     

    Le démon s'attaque à tous invisiblement mais il s'acharne de préférence aux âmes disposées au bien, en espérant les détacher de Dieu.

    Par permission de Dieu, le démon a un pouvoir particulier sur les mystiques, il se présente à eux visiblement et peut les frapper, les brûler, etc...

    Padre Pio était entraîné à ce genre de combat et savait comment se comporter avec le démon.

    Luigi Peroni, biographe de Padre Pio raconte :

    "Il voit le démon qui se jette sur le petit d'à peine cinq ans avec toute sa rage infernale. Il lui apparaît en forme d'homme ou de bête sous des aspects très obscènes, se présentant souvent même sous l'apparence de personnes chères à l'enfant"

     

    Parfois, en rentrant de l'école, il voyait devant sa porte un prêtre qui disparaissait à l'arrivée de son ange gardien.

     

    Francesco (Padre Pio) a 15 ans en 1902, il voit une vision bouleversante :

    Il voit deux groupes d'hommes, les uns au "visage splendide" et vêtus de blanc, les autres "d'un aspect effroyable" et habillés en noir.

    L'âme de Francesco est appelée à se battre contre un géant d'une hauteur démesurée dont le front touchait les nuages. Un personnage resplendissant qui est à ses côtés l'encourage à le faire lui disant qu'il l'aiderai et ne permettrai pas qu'il l'abatte.

    L'affrontement est violent mais Francesco gagne.

    Le personnage resplendissait voulait lui offrir une couronne, mais il la retire en disant : "Je t'en réserve une encore plus belle, si tu sais lutter contre ce personnage avec lequel tu t'es battu. Il reviendra toujours à l'assaut. Lutte valeureusement et ne doute pas de mon aide."

    La bataille avec le démon se répétera de nombreuses fois durant sa vie.

     

    Le démon, par permission divine, l'incommodait particulièrement la nuit.

    Quand Padre Pio rentrait dans sa cellule, il trouvait : des livres sur le sol, un encrier brisé, le lit en désordre, etc...

    Quand il essayait de dormir, il voyait des monstres épouvantables et entendait des bruits insolites.

    Le matin, Padre Pio portait des signes visibles des violences subies la nuit, sur son corps, sur ses vêtements, son visage.

    Un jour, Padre Pio rentrant dans sa cellule, vit un frère tout à fait inconnu.

    Il lui dit : "Qui es-tu ? Que fais-tu là ? Qu'est-ce que tu veux ?"

    - "Je suis venu vous dire que vos pénitences sont exagérées et donc qu'elles ne plaisent pas du tout à Dieu".

    Un flot de flammes couvrit alors la face du frère inconnu.

    Padre Pio comprit alors que le frère était un démon et lui cria très fort : "Vive Jésus !"

    Le frère (démon) disparut en laissant une forte odeur de soufre derrière lui.

     

    Les démons prennent tantôt des formes affreuses : en chat noir, en chien, tantôt des formes célestes : anges ou même la Vierge Marie, mais aussi le Pape Pie X ; ou une jeune femme nue dansant lascivement.

    Padre Pio disait alors "Je vous salue Marie", et l'apparition disparaissait.

    Padre Pio se plaint de ces attaques à son ange gardien qui lui dit que Jésus permet ces assauts pour qu'il lui ressemble dans angoisses de son agonie.

    ©La lumière de Dieu

     

    Les apparitions

     

    San Giovani Rotondo : Padre Pio

     

    Le petit Francesco eut des apparitions dès l’enfance.

    Des anges, des saints et même Jésus et la Vierge Marie lui sont apparus. 

     

    San Giovani Rotondo : Padre Pio

     

    Padre Pio aurait eu des apparitions de la Vierge dès l’âge de cinq ans et jusqu’à la fin de sa vie.

    On avait demandé à Padre Pio si la Vierge Marie était avec lui pendant la Messe : « La Bienheureuse Mère m'accompagne à l'autel et demeure à mes côtés pendant que je dis la Messe. »

    On s'accorde à penser que Padre Pio a eu des apparitions de la Sainte Vierge, mais le saint prêtre a toujours conservé le silence.

    Un prêtre avait demandé à  Padre Pio : « Est-ce que la Bienheureuse Mère vient dans votre chambre ? » Il a répondu : « Pourquoi ne pas me demander plutôt   Est-ce qu'elle quitte parfois votre chambre ? » 

    Plus précisément  Padre Eusebio, lui avait demandé : “Est-ce que la Bienheureuse Vierge Marie vous est apparue ? et pouvez-vous la voir ? »  Padre  Pio a répondu : ” La Bienheureuse Vierge Marie vient vers moi quand j'ai besoin d'elle. »

    Jésus

    Jésus lui dit : "Je te ferai souffrir, mais je t'en donnerai aussi la force."

    "Sous la croix, on apprend à aimer, et je ne la donne pas à tous, mais seulement aux âmes qui me sont les plus chères !"

    ©La lumière de Dieu

     

     

     

     

     

     

    ← Retour (Les apparitions de la Vierge)