• Saints Crépin et Crépinien. Martyrs à Soissons († 285)

     
     

    Saints Crépin et Crépinien († 285)

    Martyrs à Soissons

     

    Saints Crépin et Crépinien. Martyrs à Soissons († 285)

     

    Saint Crépin et son frère Saint Crépinien sont deux martyrs du IIIe siècle qui sont célébrés par les Églises chrétiennes (catholiques et orthodoxes) le 25 octobre.

     

    Hagiographie

     

    Image illustrative de l’article Crépin et Crépinien

    Groupe sculpté : Arrestation de Crépin et Créspinien (Église Saint-Pantaléon de Troyes)

     

    Leur vie est uniquement connue par la tradition.

    Crépin et Crépinien, venus de Rome, étaient chrétiens et cordonniers à Soissons.

    Ils fabriquaient des chaussures pour les pauvres, qu'ils ne faisaient pas payer, et pour les riches qui appréciaient leur production.

    En 285 ou 286, ils furent dénoncés et conduits devant l'empereur Maximien de passage dans le nord de la Gaule.

    L'empereur leur ordonna d'abjurer leur foi, ce qu'ils refusèrent vivement.

     

     

     Le martyr de Saint Crépin et Saint Crépinien, par Aert van den Bossche (1490)

     

     

    Maximien les fit alors torturer par Rictiovarus, un de ses plus cruels exécuteurs.

    Celui-ci leur fit enfoncer des roseaux pointus sous les ongles, mais les roseaux jaillirent des mains des saints et vinrent blesser les bourreaux.

    Puis il les fit jeter dans une citerne remplie de plomb fondu, mais une goutte de plomb rejaillit dans l'œil de l'exécuteur qui fut éborgné, tandis que Crépin et Crépinien en sortaient indemnes.

    Finalement, après qu'ils eurent résisté à plusieurs autres supplices, Rictiovarus les fit jeter dans de l'huile bouillante d'où deux anges vinrent les sortir, tandis que lui-même s'y jetait de rage.

    Crépin et Crépinien furent finalement décapités le lendemain.

    Leurs tombes se trouvent dans l'église San Lorenzo in Panisperna à Rome.

    Ils sont célébrés le 25 octobre, jour de la Bataille d'Azincourt gagnée par Henri V d'Angleterre.

     

     

    Crépin et Crépinien par Kerstgen van Ringenberch (1510 env.), Église Saint-Nicolas de Kalkar

     

    Soissons ou comté de Kent ?

    Si les Français les font vivre à Soissons, les Anglais, eux, les font vivre dans le comté de Kent.

    Cette « délocalisation » est fréquente dans les vies des saints.

    Shakespeare y fait allusion dans Jules César et dans Henry V.

     

    Extrait d'Henri V de Shakespeare (IV,3)

    Tirade du Roi Henry (50/60)

    Texte originalTraduction Française

    This story shall the good man teach is son:
    And Crispin Crispian shall ne'er go by,
    From this day to the ending of the world,
    But we in it shall be rememberéd;
    We few, we happy few, we band of brothers:
    For he to-day that sheds his blood with me
    Shall be my brother: be he ne'er so vile,
    This day shall gentle his condition.
    And gentlemen in England, now a-bed,
    Shall think themselves accursed they were not here;
    And hold their manhoods cheap, whiles any speaks
    That fought with us upon Saint Crispin's day.

     Cette histoire, le bonhomme l'apprendra à son fils:
    Le jour de Crépin Crépinien ne passera jamais,
    À compter d'aujourd'hui jusqu'à la fin du monde,
    Sans qu'on se souvienne de nous;
    De nous cette poignée, cette heureuse poignée d'hommes, cette bande de frères.
    Car quiconque aujourd'hui verse avec moi son sang,
    Sera mon frère: si roturier qu'il soit,
    Cette journée l'anoblira.
    Quant aux gentilshommes anglais qui sont dans leur lit à cette heure,
    Ils se tiendront pour maudits de n'avoir pas été ici,
    Et compteront pour rien leur valeur quand parlera
    Quiconque aura combattu avec nous le jour de la Saint Crépin.

     

    Dédicaces

     

    Église Saint-Crépin à Château-Thierry

     

     

    • De nombreuses églises sont dédiées à ces deux saints :
      • l'église Saint-Crépin à Soissons ;
      • l'église Saint-Crépin-et-Saint-Crépinien à Gommecourt (Yvelines) ;
      • l'église Saint-Crépin-et-Saint-Crépinien à Bréançon (Val-d'Oise) ;
      • l'église Saint Crépin-et-Saint Crépinien à Saint-Crépin-Ibouvillers (Oise) ;
      • l'église Saint-Crépin à Château-Thierry (Aisne) ;
      • l'église Saint-Crépin-et-Saint-Crépinien d'Écueil (Marne);
      • l'église Saint-Crépin-et-Saint-Crépinien à Azay-sur-Indre (Indre-et-Loire);
      • l'église Saint-Crépin-et-Saint-Crépinien à Laon.
    • Plusieurs communes françaises ont une rue saint-Crépin :
      • Château-Thierry (Aisne) ;
      • Rannée (Ille-et-Vilaine) ;
      • Cholet (Maine-et-Loire) ;
      • Possesse (Marne) ;
      • La Madeleine (Nord) ;
      • Saint-Souplet (Nord) ;
      • Lassigny (Oise) .
    • Il existe aussi une rue saint-Crépin à Québec.
    • De plus Soissons a donné le nom de Saint-Crépin au plus grand parc de la ville.

    Dans les arts

     

    Crépin et Crépinien - Vitrail de l'église de l'hôpital des Quinze-Vingts)

     

     

    Crépin et Crépinien patrons des cordonniers

     

    • On représente Crépin et Crépinien sous l'aspect de cordonniers à leur établi, comme dans le tableau de 1523 d'un auteur anonyme, au Musée Carnavalet.
    • Un tableau les représentant se trouve dans la Chapelle Notre-Dame de Châteaulin à Châteaulin, Finistère.
    • Saint Crépin et Saint Crépinien recevant les palmes du martyre - Tableau de P.Cugeul Vendome 1663 - Église Saint-Martin de Chaudes-Aigues.
    • Vitrail du XVe siècle représentant leur martyre en l'église de l'hôpital des Quinze-Vingts à Paris.
    • Tableau (anonyme) de la confrérie des cordonniers (1757), dans l'église Saint-Pierre-Julien Eymard à La Mure (Isère).
    • En sculpture, du XVIe siècle, en l'église Saint-Pantaléon de Troyes.

    Patronage

    Ces deux saints sont, de par leur métier, patrons des cordonniers, mais aussi des gantiers, des bourreliers et des tanneurs.

     

    Représentation

    Ils sont souvent représentés soit dans leur atelier, réparant des chaussures ou les distribuant aux pauvres, soit durant leur supplice, alors qu'on leur enfonce des alènes sous les ongles ou encore avec leur épée de martyre.

    Dictons

    • À la saint Crépin, les mouches voient leur fin.
    • À la saint Crépin, la pie monte au pin. (ou au sapin)

    Usage commercial

    Le nom Saint Crépin, en tant que saint patron des tailleurs et des cordonniers, a inspiré les noms de marque de chaussures CRESPIN en France, Holy Crispins en Angleterre et la marque autrichienne Saint Crispin's ainsi que la marque de chaussettes Saint-Crespin en France.

    Source

    En savoir plus :

    http://cantalpatrimoine.free.fr/Arttrois.pdf

    http://www.magnificat.ca/cal/fran/10-25.htm#crepin

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

     

    ← Retour (Le calendrier des saints)