• Saint Vincent, Diacre de Saragosse, martyr à Valence (+ 304)

     
     

    Saint Vincent († 304)

    Diacre de Saragosse, martyr à Valence

     

    Saint Vincent, Diacre de Saragosse, martyr à Valence (+ 304)

     

    Vincent est un saint célèbre, diacre et martyr du IVe siècle.

    En tant que diacre, il est le pendant hispanique de saint Laurent et de saint Étienne.

    C'est un des saints patrons des vignerons, bien que selon les bollandistes l'origine de ce patronage ne serait qu'un mauvais jeu de mots.

    Il est représenté, comme saint Laurent, en costume de diacre, ayant pour attribut un lit de fer à pointes aiguës, des ongles de fer, une meule.

    Il est représenté aussi portant un bateau, ceci rappelant qu'il fut embarqué pour être jeté au large ; il est également souvent présenté avec une serpette, un seau et des grappes de raisin, en sa qualité de patron des vignerons et viticulteurs.

    Vie et martyre

     

    Saint Vincent de Saragosse en prison.

    Peinture à l'huile. Auteur anonyme, école de Francisco Ribalta

     

    La vie de saint Vincent est connu notamment par le biais du poète Prudence (348-env. 415), auteur du Peristephanon.

    Son histoire est aussi racontée dans la Légende dorée, de Jacques de Voragine.

    Saint Vincent est né à Saragosse, en Espagne, où il fut diacre de l'évêque Valère.

    Ce dernier souffrant d'un défaut d'élocution, Vincent était devenu son représentant.

     

     

    Saint Vincent meurt de ses blessures, Guillaume Perrier

     

    Lorsque vinrent les persécutions sous Dioclétien et Maximien, l'évêque et le diacre furent arrêtés et emprisonnés.

    Le procurateur Dacien les fit comparaitre, et Vincent prit la parole pour confesser leur foi commune.

    Dacien condamna alors Valère à l'exil et Vincent à la torture, en exemple.

    Ce dernier conserva un calme inaltérable, se réjouissant même selon la Légende dorée, avant de mourir le 22 janvier 304 (ce jour étant devenu celui de sa fête).

    Vincent a été torturé sur une maie de pressoir, ce qui explique le fait qu'il soit saint patron des vignerons (symbolique du sang ayant coulé dans le pressoir à la place du vin, etc...)

    N'ayant pu le vaincre de son vivant, Dacien chercha à triompher de lui mort en exposant son corps en pleine campagne et en le livrant aux bêtes, mais un corbeau protégea sa dépouille.

    Dacien ordonna alors de lester le corps d'une pierre et de le jeter à la mer, mais il regagna le rivage plus vite que les marins qui avaient été chargés de cette tâche.

    Vincent apparut alors en vision à une dame, à qui il indiqua la position de sa dépouille.


    Ses restes auraient pu, selon certaines sources, être transportés à l'abbaye Saint-Benoît de Castres en 855 et à la Sé de Lisbonne en 1173.

    On raconte que durant ce dernier trajet, le navire les emportant aurait été escorté par deux corbeaux.

    Selon d'autres, ils auraient été transportés en 779 au cap Saint-Vincent en Algarve (Portugal).

    Culte et renommée

     

    Statuette de Saint Vincent

     

    Saint Vincent est nommé dans le canon romain de la messe et son culte est universel.

    Il est fêté le 22 janvier.

    Une « passion » en prose raconte le martyre de saint Vincent ; elle est mentionnée par saint Augustin. On a plusieurs sermons anciens en l'honneur de ce martyr.

    Saint Vincent est notamment célébré pour la première fois par une hymne de Prudence dans son Peristephanon.

    Il est également mentionné par saint Paulin de Nole et des poèmes lui ont été consacrés par Pierre Damien, Hildebert de Lavardin, Adam de Saint-Victornotamment.

    Une relique (peut-être une étole) de saint Vincent fut rapportée d'Espagne en France, vers 543, par le roi mérovingien Childebert Ier à la suite d'une campagne au-delà des Pyrénées contre les Wisigoths.

    Il fit édifier une église, aux portes du Paris de l'époque, près de la voie romaine de Sèvres, pour l'honorer ainsi qu'une abbaye à proximité.

    Initialement dédiée à saint Vincent, l'abbaye prendra le nom d'un évêque qui l'administra, saint Germain, pour devenir l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés.

     

     

    Fête de la Saint-Vincent tournante à Saint-Romain en Bourgogne

     

    Chaque année, en Côte-d'Or, la Confrérie des Chevaliers du Tastevin intronise de nouveaux membres, à l'occasion d'une fête viticole nommée La Saint-Vincent Tournante. Cette fête a lieu à chaque premier week-end suite au 22 janvier (voire à partir du 22 janvier même, s'il s'agit d'un samedi), et dont la responsabilité est chaque année donnée à une ville ou un village différent de Côte-d'Or.
    Cette tradition est également perpétuée en Champagne mais à la différence que chaque confrérie se rassemble le week-end précédant dans une ville donnée : un an sur deux à Épernay et en alternance un an sur deux à Reims, Château-Thierry ou à Troyes. Ensuite les vignerons organisent cette manifestation pour chaque village viticole le 22 janvier.
    Une tradition similaire se perpétue dans le terroir des vins de l'Orléanais. Ainsi, la culture de la vigne et l'élevage du vin ayant depuis longtemps marqué les communes de Bou, de Mardié et de Chécy, on y célèbre vers le 22 janvier, la Saint-Vincent, fête religieuse, et la Fête des vignerons, fête laïque.

    Source 

    Patron des taverniers, des vignerons et des vinaigriers.

    Source

    En savoir plus :

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/028.htm

    http://alexandrina.balasar.free.fr/vincent_de_saragosse.htm

    http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2008/01/21/22-janvier-saint-vincent-de-sarragosse-diacre-et-maryr-304.html

    http://mafeuilledechou.fr/2011/09/

     

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

     

     

     

    ← Retour (Le calendrier des saints)