• Saint Pantaléon, martyr († 303)

     
     

    Saint Pantaléon († 303)

    martyr

     

    Saint Pantaléon, martyr († 303)

     

    Pantaléon de Nicomédie († 303 ou 305), ou saint Pantaléon ou Pantaleimon ou Pantéleimon, médecin à la cour de l'empereur Maximien, anargyre et martyr à Nicomédie ; figure dans les plus anciens martyrologes.

    C'est un saint chrétien, fêté localement le 27 juillet.

    Hagiographie

    Il était médecin à la cour de l'empereur Maximien, et fort apprécié pour ses connaissances et ses talents.

    Converti au christianisme, il s'opposa aux prêtres d'Esculape, et soigna les malades au nom du Christ.

    Malgré sa popularité auprès des populations, il fut dénoncé.

     

    Saint Pantaléon, martyr († 303)

     

    Il échappa à 6 tentatives d'exécution, mais comme il refusait de renier sa foi, il fut torturé longuement et finit décapité.

    Le synaxaire des églises d'Orient témoigne de la vénération dont il fut l'objet dès les premiers temps.

    Il fut canonisé plus tard à Rome avec le nom de italien de Pantaleone. Il fut alors déclaré patron des médecins.

    Étymologie

    Ce nom provient du grec ancien :

    • Pan, "tout" et éléïmon, "miséricordieux".
    • Une autre étymologie, fantaisiste, provient de la déformation en latin du nom grec : "Tout Lion", en reconnaissance de son courage de lion.

    Popularité

    Saint Pantaléon était très populaire à Venise.

    "Pantalon" devint un personnage de la commedia dell’arte, homme mûr, avare, libidineux et beau parleur qui portait une culotte longue qui a pris le nom du personnage.

    En France, ce nom est peu répandu, les villes et villages qui lui ont été dédiés sont peu nombreux.

    Voir la liste à Saint-Pantaléon, ainsi que les déclinaisons Saint-Pandelon qu'on retrouve dans les Landes ou Saint-Pantaly sur deux communes de la Dordogne : Saint-Pantaly-d'Ans et Saint-Pantaly-d'Excideuil.

    Représentations

    On le représente avec des attributs de médecin, ou en train de soigner des malades.

    Un tableau de Veronese, XVIIe siècle, dans l'église éponyme, le représente, guérissant un petit garçon.

    Invocations et patronages

    On l'invoque contre le strabisme, et il est patron des médecins, des assistantes maternelles et des nourrices.

    Fête le 27 juillet.

    Source

    Saint Pantaléon vivait à Nicomédie. Son père était païen et sa mère chrétienne; celle-ci mourut malheureusement bien trop tôt pour son enfant.

    Pantaléon, élevé dans la religion de Jésus-Christ, quoique non encore baptisé, subit l'influence de son père et finit par oublier les principes que sa mère lui avait inculqués dans son enfance.

    Il s'attacha à l'étude de la médecine et y devint si célèbre, que l'empereur Maximien-Galère le choisit pour son médecin et voulut l'avoir à sa cour.

    Un prêtre chrétien, nommé Hermolaüs, résolut de ramener à la foi chrétienne un homme qui avait de si brillantes qualités ; il s'introduisit dans sa confiance et en vint à lui rappeler les vérités de la religion : 
    "A quoi, lui dit-il, vous serviront vos connaissances, si vous ignorez la science du salut ?"

    Hermolaüs, voyant que ses paroles faisaient impression sur Pantaléon, le pressa davantage, et celui-ci lui déclara qu'il y penserait sérieusement.

    Ces heureuses dispositions s'affermirent par un miracle qu'il opéra en invoquant le nom de Jésus-Christ.

    Un jour qu'il se promenait dans la campagne, il rencontra un enfant mort, et, tout près de lui une vipère.

    Il ne douta point que l'enfant n'eût été la victime de ce reptile venimeux.

    Inspiré par la grâce, il s'adressa, plein de confiance, à Jésus-Christ, et dit: "Enfant, lève-toi, au nom de Jésus-Christ !"

    Puis, se tournant vers la vipère : "Et toi, méchante bête, reçois le mal que tu as fait."

    A l'instant l'enfant se relève vivant, et la vipère demeure inerte sur le sol. Pantaléon n'hésita plus à se faire baptiser.

    Le salut de son père fut sa première pensée, et il employa tout pour y réussir, la raison, le sentiment, la piété filiale et surtout la prière ; il acheva sa conquête par un miracle.

    Un jour, un aveugle vint le trouver et lui dit : "J'ai depuis longtemps employé sans effet tous les remèdes ; on m'a dit que vous êtes très habile médecin; pourriez-vous me secourir ? – Je vous guérirai, dit le médecin, si vous vous engagez à devenir chrétien."

    L'aveugle promit avec joie et fut aussitôt guéri par l'invocation de Jésus-Christ. Son père, témoin de ce miracle, reçut le baptême avec l'aveugle guéri.

    Pantaléon devint de plus en plus un apôtre de la foi ; à la mort de son père il vendit tous ses biens, les employa en bonnes oeuvres et ne se réserva que le produit de l'exercice de sa profession.

    Des médecins jaloux le dénoncèrent comme chrétien à l'empereur.

    Pantaléon fut condamné à divers supplices et fut enfin décapité.

    Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

    Source

    En savoir plus :

    http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2007/08/27/27-juillet-saint-pantaleon-medecin-martyr-a-nicomedie-303.html

    http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsjuillet/juillet27.html

     

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)