• Saint Nizier de Lyon († 573)

     

     

     

    Saint Nizier de Lyon († 573)

    Évêque de Lyon

     

    Saint Nizier de Lyon († 573)

     

    Nizier de Lyon ou Saint Nizier ou Nicet, ou encore en latin Nicetius ou Nicetus, était un évêque de Lyon du VIe siècle (°513 - †2 avril 573) qui joua un grand rôle au niveau conciliaire.

    C'est un saint fêté le 2 avril.

     

    Biographie

    Image illustrative de l’article Nizier de Lyon

     

    Statue en bois du saint,
    église Saint-Nizier de Lyon

     

    Né en Bourgogne dans une famille sénatoriale, d'une jeunesse exemplaire, il est ordonné à Chalon-sur-Saône vers 543.

    Le 19 janvier 553, il succède comme évêque de Lyon à son oncle l'évêque Sacerdos.

    Il est fort actif dans son diocèse. D'après la tradition, il obtient du roi Childebert et de la reine Ultrogothe la création d'un premier hospice à Lyon afin de pouvoir accueillir les pèlerins et les pauvres.

    Il est aussi un exorciste.

    Il reçoit du pape le titre de Patriarche.

    Il est probablement inhumé dans l'église qui porte son nom à Lyon, alors dénommée église des Saints-Apôtres.

    Il fut le grand-oncle de Grégoire de Tours qui écrivit sa vie dans les Vitae patrum.

    Des miracles lui sont attribués après sa mort.

    Son second successeur, l'évêque Aetherius, qui avait bien connu Nizier, contribue à la diffusion de son culte.

    Source

     

    Fils de sénateur, Saint Nizier grandit dans la piété et fut guéri d'une tumeur au visage à la suite d'une apparition de Saint Martin de Tours.

    Ordonné Prêtre à l'âge de trente ans, sans abandonner le travail manuel, afin de gagner de quoi aider les pauvres, il s'appliqua avec zèle à instruire la jeunesse et à lui montrer les bienfaits de la chasteté.

    Il montra en particulier sa sollicitude envers son neveu, Saint Grégoire de Tours*, qui rédigea ensuite sa biographie.

    Son oncle, Saint Serdot, Evêque de Lyon, tomba gravement malade alors qu'il était en visite à Paris auprès du roi Childebert.

    Comme dernière volonté il demanda au souverain que son neveu Nizier lui succédât.

    Le roi répondit : « Que la volonté de Dieu soit faite ! »

    Et, c'est ainsi que, le suffrage du Clergé et du peuple de Lyon ayant ratifié la décision royale, Nizier devint Evêque de l'illustre Métropole de Lyon.

    Véritable imitateur du Christ, il montrait en toute chose une charité surnaturelle.

    Dès qu'il se sentait offensé il s'empressait de pardonner à l'heure même ou s'arrangeait pour trouver quelqu'un qui puisse intercéder en faveur du coupable, afin d'avoir l'occasion de lui pardonner.

    Cette douceur n'était toutefois pas exempte d'autorité et elle cédait parfois le pas à une juste irritation.

    C'est ainsi qu'un jour, constatant qu'un Diacre, qu'il avait suspendu de ses fonctions, ne tenait pas compte de sa sentence et célébrait les Matines, le Saint s'écria : « Qu'il se taise ! »

    Aussitôt le Diacre tomba à terre en poussant des cris épouvantables, et il ne fut délivré du démon.que par la prière de l'Evêque.

    Saint Nizier gouverna l'Eglise de Lyon pendant vingt ans environ.

    Il participa à divers conciles, en particulier celui de Lyon, en 567, où il contribua notablement au rétablissement du bon ordre dans l'Eglise des Gaules.

    Il s'endormit en paix le 2 avril 573.

    Source

    En savoir plus :

    http://www.visitelyon.fr/eglises-cathedrales/eglise,saint-nizier.php

    http://homepage.mac.com/thm72/orthodoxievco/ecrits/vies/synaxair/avril/nizier.pdf

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)