• Saint Narcisse de Gérone (4ème s.)

     
     

     

    Saint Narcisse de Gérone (4ème s)

    Évêque et martyr à Gérone en Catalogne espagnole

    avec son diacre 

     

    Saint Narcisse de Gérone  (4ème s.)

     

    Selon la tradition qui tient de la légende, il prêcha l'Evangile dans le canton des Grisons en Suisse puis à Augsbourg.

    Vers la fin de sa vie, il retourna à Girone et c'est là qu'il rendit le témoignage suprême du martyre.

    Fête locale le 18 mars.

     

    Saint Narcisse de Gérone  (4ème s.)

     

    La légende des mouches de Saint Narcisse 

     

     

    Saint Narcisse de Gérone  (4ème s.)



    Enfin nous devons signaler, pour revenir sur notre bonne ville de Girona, qu’il est permis d’y découvrir, dans l’église collégiale St. Félix (dédiée à St. Félix l’Africain, et non au diacre de St. Narcisse), une chapelle de Saint Narcisse, où ses restes sont conservés dans un sarcophage (lequel se présentait à l’origine sous la forme d’une arca en pierre avec un couvercle de bois) .

    Située en face de la précédente, une seconde chapelle dite de Sainte Afra, en mémoire de la légendaire conversion de Sainte Afra d’Augsbourg par Saint Narcisse de Girona lors de son voyage en Germanie.

    Puisque nous traitons du tombeau de Saint Narcisse il nous paraît nécessaire de relater, à titre d’information, une étrange légende qui court au sujet de cette sépulture.

    Vers le XIII ème siècle, exactement en 1286, lorsqu’une troupe de soldats français conduite par Philippe le Hardi parvint dans la ville de Girona, et conquérante, pénétra dans l’église de Saint Félix, le sépulcre du saint se montra plus redoutable que n’avaient su le faire les Catalans eux-mêmes.

    Un tourbillon noir informe, capable d’obscurcir tout le ciel, sortit en effet du tombeau et se jeta sur les soldats Français ainsi que sur leurs chevaux.

    C’était une nuée de mouches d’une taille anormale et de diverses couleurs, purulentes, et venimeuses comme des taons, qui n’eurent d’autre joie que d’infecter de la peste plus de 40.000 hommes et 24.000 chevaux.

    Terrifiés devant ce que l’on a appelé un « prodige » ou le « miracle des mouches de Saint Narcisse », les Français se replièrent, et les farouches Catalans, depuis, devant chaque nouveau danger invoquent « Saint Narcisse et ses mouches ».

    Le « miracle » de l’apparition des mouches se reproduisit d’ailleurs en 1653, lors d’un second siège de Girona par les troupes françaises.

    A cette occasion, les Gironais entreprirent d’aller chercher le sépulcre de Narcisse dans l’église collégiale de Saint Félix, de le hisser et de le fixer au sommet de la muraille de la ville.

    Après quoi ils invoquèrent le saint, ce qui déclencha à nouveau l’apparition des mouches, qui décimèrent rapidement tous les chevaux des français. 

    Bernat Boades, dans son « Llibre de fets d’armes de Catalunya » (« Livre de faits d’armes de la Catalogne ») nous fait une description détaillée du phénomène : 

    « Les Français profanèrent le sépulcre de Sant Narcís, et du nez du saint sortirent des mouches bleues, blanches, vertes, rouges et noires. Elles sont plus grosses qu’un gland, et elles sont venimeuses. » 

    Les « mouches maléfiques » sont donc bien une émanation pestilentielle du corps du saint, et non de son seul tombeau, comme on aurait pu le penser auparavant.

    Un détail qui prend une résonnance toute paradoxale lorsque l’on sait que le corps de Saint Narcisse était réputé s’être conservé « incorrompu », c’est-à-dire intact, non putréfié, pendant sept siècles, depuis son martyre en 307 jusqu’au XI ème siècle, époque à laquelle son corps fut retrouvé. Faut-il voir là le résultat d’un étrange rituel païen de momification ou d’embaumement pratiqué sur son cadavre ? 

    Et pourtant, les mouches qui jaillissent du corps de Narcisse sont un éminent symbole de putréfaction et de corruption.

    D’autant que leur aspect et leur férocité, pour le moins effrayants, excluent qu’elles puissent avoir une origine naturelle. Si rituel d’embaumement il y avait, ce procédé devait donc nécessairement intégrer une composante magique, au sens de « sorcellerie démoniaque ». 

    Source

     

    Narcis xilo 1.jpg

     

     

    Narcisse de Gérone est un évêque du IIIe siècle originaire de Gérone en Espagne.

    Selon les sources, il devient prédicateur et visite avec son diacre Félix les Alpes et l'Allemagne.

    Il se fixe à Augsbourg, où il convertit la prostituée Afre et d'autres femmes de même condition.

    De retour à Gérone, il est martyrisé avec son diacre sur le lieu actuel de l'église de San Felix.

    Le miracle des mouches

    Narcisse est connu pour le miracle des mouches qui constituent également son attribut iconographique.

    En 1286, pendant le siège de Gérone par les troupes de Philippe II de Bourgogne, une multitude de mouches sortant du tombeau du saint attaque les soldats bourguignons et les fait fuir de la ville.

    Source :

    http://ca.wikipedia.org/wiki/Sant_Narc%C3%ADsEn savoir plus :

     

    En savoir plus :

    http://www.terra.es/personal/santnarcis/

    http://www.la-clau.net/info/lancement-de-la-fete-de-sant-narcis-de-girona-la-plus-importante-de-lannee-5361

    http://www.pedresdegirona.com/capelles_cat_9.htm

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)