• Saint Julien d'Antioche ou de Tarse. Martyr en Cilicie (4ème s.)

     
     

     

    Saint Julien d'Antioche (4ème s.)

    Martyr en Cilicie

     

    Saint Julien d'Antioche ou de Tarse. Martyr en Cilicie (4ème s.)

     

    Saint Julien de Tarse ou d'Antioche, né en Cilicie et mort entre 305 et 311, est un martyr chrétien fêté par l'Église d'Orient le 21 juin et par l'Église latine le 16 mars.

     

    Biographie

    Le hiéromartyr Julien est un chrétien de rang sénatorial qui a souffert le martyre à Antioche de Syrie sous le règne de l'empereur Galère, entre 305 et 311.

    Son corps a été jeté à la mer dans un sac lesté de sable.

    Il a été repêché et enterré à Antioche.

    Ses reliques conservées par saint Jean Chrysostome (mort en 407) ont provoqué des miracles.

    Ce dernier évoque saint Julien de Tarse dans sa 47e homélie.

    La basilique d'Antioche lui était consacrée.

    Source

    Le saint Martyr Julien de Tarse est né dans la province de Cilicie d'Asie mineure.

    Il était le fils d'un sénateur païen, mais sa mère était chrétienne.

    Après la mort de son mari de la mère de saint Julien s'installe à Tarse, où son fils a été baptisé et élevé dans la piété chrétienne.

    Lorsque Julien atteint l'âge de 18 ans, une persécution contre les chrétiens a commencé sous l'empereur Dioclétien (284-305).

    Parmi les personnes arrêtées a été à Saint Julien. Ils le menèrent devant le gouverneur de Marcien pour le procès, et pendant longtemps on le pressait de renoncer au Christ.

    Ni les tortures, ni menaces, ni les promesses de dons et honneurs pourrait convaincre la jeunesse pieuse pour offrir des sacrifices païens et renier le Christ.

    Le saint confesseur est resté ferme dans sa foi inébranlable.

    Pendant une année entière, ils voient les martyrs à travers les villes de Cilicie, partout en le soumettant à des interrogatoires et des tortures, après quoi ils l'ont jeté en prison.

    La mère de Saint-Julien a suivi son fils et priait pour que le Seigneur le renforce.

    Dans la ville d'Aegea, elle supplia le gouverneur pour lui permettre de visiter la prison, apparemment pour persuader son fils d'offrir des sacrifices aux idoles.

    Elle a passé trois jours en prison à St Julien, l'exhortant à être fort jusqu'à la fin.

    Saint-Julien a été à nouveau amené à se tenir devant le Gouverneur.

    Pensant que la mère avait persuadé son fils de se soumettre au décret impérial, le Gouverneur se mit à louer sa prudence.

    Mais soudain elle a hardiment confessé Jésus-Christ, et même plus courageusement et audacieusement dénoncé le polythéisme.

    Le Gouverneur a ensuite donné des ordres de lui couper les pieds, car elle avait accompagné son fils de Tarse.

    Ils ont attaché le Julien martyr dans un sac, rempli de sable et des serpents venimeux, et la jeta dans la mer.

    Le corps de la victime a été transportée par les vagues sur les côtes d'Alexandrie, et avec révérence a été enterré par un certain Christian pieux.

    La mort du martyr s'est produite vers l'an 305.

    Après ses reliques ont été transférées à Antioche. Saint Jean Chrysostome honneur du saint martyr Julien, avec un éloge.

    Source

    En savoir plus :

    http://fr.ecumenicalcalendar.org.ua/2011/06/21/troparion/tropaire-du-saint-martyr-julien-de-tarse

    http://fr.ecumenicalcalendar.org.ua/2010/04/19/apostle/st-julien-martyr-a-tarse

     

     

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)