• Saint Jude "Thaddée", apôtre (1er s.)

     
     

    Saint Jude "Thaddée"

    apôtre (1er s.)

     

    Saint Jude "Thaddée", apôtre (1er s.)

     

     

    Jude ou Juda (Ἰούδας Ἰακώβου, Judas de Jacques) est l'un des douze apôtres de Jésus-Christ, généralement identifié avec Thaddée(Θαδδαῖος), cité comme l'un des douze dans les évangiles attribués à Marc et à Matthieu.

    Pour l'Église nestorienne et les Églises orientales, il est aussi un des frères de Jésus, ce qui est contesté, à la suite de certains Pères de l'Église dès le IVe siècle, par la tradition latine puis l'Église catholique romaine, pour qui Jude, frère de Jésus est un autre personnage.

     

    Son surnom est « le valeureux » ou « le courageux », qui se dit Tadday en Araméen.

    Il est donc souvent appelé Juda Thaddée (Juda le valeureux). Juda est son nom juif, il est aussi connu sous le nom d'Addaï, en particulier dans les régions qui correspondent aujourd'hui au Kurdistan.

     

    Pour l'Église nestorienne et les Églises orientales, Juda surnommé Thaddée appelé aussi Addaïe a été appelé par le roi Abgar V d'Édessepour qu'il vienne le guérir d'une maladie de peau (lèpre).

    Celui-ci, a fait le voyage depuis la Palestine a guéri le roi et a engagé l'évangélisation d'une région qui à l'époque correspondait au royaume d'Adiabène5,4,6 (dont Abgar V était probablement un vassal).

     

    Juda Thaddée, est avec « Jacques, frère de Jésus » le seul apôtre ou disciple qui ait laissé une trace historique dans un texte non-chrétien.

    Flavius Josèphe, raconte en effet qu'au moment de la grande famine qui a eu lieu en Palestine vers 43-46, un Theudas (Thaddée en Latin) regroupe quelques centaines de personnes et tente de les emmener vers un lieu plus clément.

    Mais le procurateur romain fait intervenir la cavalerie, ils sont dispersés et poursuivis. Theudas est décapité dans un endroit non-précisé mais qui est compatible avec la tradition qui fait mourir Juda Thaddée vers 45 dans les environ de Beyrouth.

     

    La tradition Arménienne le fait mourir en Arménie au nord du lac de Van.

    Une tradition nestorienne, le fait aussi mourir sur son territoire àÉdesse, en concurrence avec une autre tradition nestorienne qui le fait mourir dans les environs de Beyrouth.

    Certains catholiques le font mourir en martyr, en Perse, sous entendant probablement l'Empire Parthe, puisque la Perse n'existe pas à l'époque, d'autres le font mourir à Édesse, sous la répression du mouvement ordonné par Sanatruk Ier, lorsque ce roi arsacide d'Arménie s'empare de l'Adiabène (vers 90).

    Theudas dans les Actes des Apôtres

    Dans les Actes des Apôtres, un important texte du Nouveau Testament, qui retrace les débuts du mouvement chrétien, apparaît un personnage nommé Theudas, ce qui est la formelatine de Thaddée.

    Nous sommes à Jérusalem et « les apôtres » (probablement saint Pierre, saint Jean et quelques autres) viennent de se faire arrêter.

    Ils passent en jugement et l'un des auteurs du livre des Actes « fait parler une figure de premier plan du mouvement Pharisien, le rabbin Gamaliel, censé s'exprimer devant le Sanhédrin » assemblée traditionnelle du peuple juif ainsi que son tribunal suprême. Il demande que l'on fasse sortir les accusés, puis il dit :

    Hommes d'Israël, prenez bien garde à ce que vous allez faire à l'égard de ces gens-là. Il y a quelque temps déjà se leva Theudas (Thaddée), qui se disait quelqu'un et qui rallia environ quatre cents hommes. Il fut tué, et tous ceux qui l'avaient suivi se débandèrent, et il n'en resta rien. [...] Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette œuvre vient des hommes, elle se détruira ; mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire. Ne courez pas le risque d'avoir combattu contre Dieu ».

    Pour Mordillat et Prieur, ce passage montre qu'au moment de la rédaction des Actes des Apôtres, « la situation [des] partisans [de Jésus] est porteuse de menaces et de craintes à la fois pour eux-mêmes et pour les autres juifs. »

    Culte

    Il est reconnu comme étant le saint de l'espoir, puisque c'était un être bon. C'est le saint protecteur des causes désespérées pour les catholiques, à l'instar de Sainte Rita de Cascia.

    Il est le saint patron des causes perdues, celui qui continue quand plus rien ne retient, à part l'espoir et la foi d'aller au bout de ces espoirs.

    Il est honoré le 28 octobre avec son frère Simon le Zélote.

    Source

    Patron des scieurs de long.

    Source

    En savoir plus :

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome03/160.htm

    http://missel.free.fr/Sanctoral/10/28.php

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

     

    ← Retour (Le calendrier des saints)

    ← Les personnages de la bible