• Saint Jean de Brébeuf. Martyr au Canada († 1649)

     
     

     

    Saint Jean de Brébeuf († 1649)

    Martyr au Canada

     

    Saint Jean de Brébeuf. Martyr au Canada († 1649)

     

    Saint Jean de Brébeuf, né à Condé-sur-Vire (France) le 25 mars 1593 et mort martyrisé par les Iroquois près de la baie Géorgienne le 16 mars 1649, est un prêtre jésuite françaismissionnaire en Nouvelle-France. (Aujourd'hui États-Unis et Canada).

    Reconnu comme martyr de la foi chrétienne il a été canonisé en 1930.

    Liturgiquement il est commémoré le 19 octobre.

     

    Image illustrative de l'article Jean de Brébeuf

    Enfance

    Le lieu de naissance de Jean de Brébeuf est controversé.

    Ce serait à Bayeux, ou à à La Boissée (Condé-sur-Vire) où se trouvait le manoir seigneurial de ses parents, Gilles II de Brébeuf et Marie Le Dragon.

    M. Béziers, d’abord curé de l’une des paroisses de Bayeux (où il est né), ensuite chanoine de la collégiale du Saint-Sépulcre de Caen, écrit en 1773 : « le P. Jean de Brébeuf, jésuite missionnaire, naquit à Bayeux au faubourg Saint-Jean vers les dernières années du XVIe siècle, d’une ancienne famille noble ».

    En 1848, F. Boisard, biographe du Calvados, dit de M. Béziers : « il savait puiser à plus d’une source », ce que reprend l’abbé Faucon en 1869 dans La semaine religieuse de Bayeux, en ajoutant que M. Béziers écrivait : « son histoire à une époque plus rapprochée de l’événement » pour lui donner plus de poids.

    L’abbé Faucon poursuit en disant que la naissance de Jean de Brébeuf eut lieu « paroisse de Saint-Exupère » qui faisait partie du faubourg Saint-Jean, que selon une tradition orale venant corroborer ce qui précède, « la mère de cet enfant était venue passer quelque temps à Bayeux, au sein de sa famille, accoucha dans cette ville pendant le séjour qu’elle y fit », et que « notre futur martyr serait né à quelques pas de l’église dans un vieux manoir féodal ».

    Les anciens registres de Saint-Exupère attestent la présence de Brébeuf, mais les lacunes empêchent d’en savoir plus.

    Quant au jour de naissance, sont avancés le 24 mars 1593 (Lebreton), 14 mars 1593 (Faucon) et même 1592 (Boisard).

    Les Archives générales de la Compagnie de Jésus, à Rome, portent la mention : Joannes de Brebeuf, natus in oppide Condaei, 25 martii an. 1593.

    Natus signifie né, mais pourrait simplement vouloir dire aussi originaire ; c’est une confusion que l’on rencontre souvent dans les registres paroissiaux, du moins en français.

    Ceux-ci ne commençant qu’en 1596 à Condé-sur-Vire, toute recherche s’avère impossible.

    Avec ceux des nombreuses paroisses de Bayeux, consultables mais incomplets, le doute existe.

    Un contrat passé devant notaires le 21 juin 1679, mis au jour 415 ans après la naissance de Jean de Brébeuf, donne un éclairage que l'on peut considérer comme déterminant.

    Cet acte indique qu'une chapelle a été construite par Joachim de Brébeuf, écuyer sieur de Balençon (un neveu du martyr) et qu'il verse en sa faveur une rente hypothèque à perpétuité.

    La chapelle y est située à Condé-sur-Vire dans le village de La Boissaye.

    Il est précisé qu'elle a été bâtie «au lieu de naissance du très heureux serviteur de Dieu, le digne père Jean de Brébeuf, oncle paternel du sieur donateur ». (Fonds Bosquet - arch. privées)

    Missionnaire en Nouvelle-France

     Carte de Nouvelle France des Jésuites de 1657, avec la représentation de la mise à mort de Jean de Brébeuf et de Gabriel Lalemant par les Iroquois

     

    Jean de Brébeuf est entré chez les Jésuites en 1617. Ses ennuis de santé à l’âge de vingt-huit ans l’ont empêché d’acquérir une connaissance théologique étendue.

    Il est arrivé le 19 juin 1625 en Nouvelle-France où il est resté malgré la menace du capitaine de vaisseau huguenot de le ramener en France.

    Surmontant l’aversion qu'ont les colons pour les jésuites, Brébeuf choisit un emplacement pour une résidence sur la rivière Saint-Charles, à l’endroit même d'un ancien campement de Jacques Cartier.

    Il adopte le mode de vie amérindien, s'installant dans un tipi où il passe l’hiver.

    Au printemps, il s’embarque avec les Amérindiens pour un voyage en canoë sur le Lac Huron.

    Le 19 juillet 1629, il retourne en France après la reddition de la colonie aux Anglais par Champlain.

    Quatre ans plus tard, il repart le 23 mars1633 pour le Canada à sa restitution à la France.

    Dès son arrivée, il tente de retourner au Lac Huron mais les Amérindiens refusent de l’emmener.

    L’année suivante, il réussit à atteindre son ancienne mission.

    En 1640, il tente sans succès d’évangéliser les Neutres, une tribu au nord du Lac Érié.

    En 1642, il est envoyé au Québec où il a la charge des Amérindiens de la réserve de Sillery.

    Au plus fort du conflit entre Hurons et Iroquois, après deux tentatives infructueuses, il parvient à pénétrer en territoire huron.

    Bien que les Iroquois aient fait la paix avec les Français, leur guerre avec les Hurons se poursuivait.

     

    Ethnographe hors pair

    Brébeuf, fondateur de mission jésuite et mystique, est par ailleurs un ethnographe et un écrivain.

    Ses écrits dont plusieurs sont perdus comprennent un dictionnaire, une grammaire, et deux textes hurons.

    Brébeuf contribua de précieuses données à l'ethnographie amérindienne.

    Ayant vécu quinze ans chez les Hurons, il connut intimement leurs mœurs et leurs coutumes.

    Brébeuf décrit les Hurons au moment du contact avec les Européens, avant que ceux-ci ne soient presque anéantis par des épidémies, des guerres et des massacres.

     Décès

     

    Scène du martyre par Bressani (1657)

     

    Le 16 mars 1649, il est capturé au cours d’une attaque.

    Il préfère demeurer avec ses fidèles au lieu de prendre la fuite.

    Il est traîné au village de Saint-Ignace où il est accueilli par une pluie de pierres, bâtonné et lié au poteau de torture.

    On lui a versé de l’eau bouillante sur la tête dans une parodie de baptême, un collier de cognées de tomahawks chauffées à blanc passé autour du cou et un fer rouge enfoncé dans la gorge sans qu’il pousse un seul gémissement.

    Le feu a été allumé sous lui et son corps lacéré de coups de couteaux. À sa mort, son cœur a été arraché et mangé.

     

     

    Plaque de plomb Jean de Brébeuf 1649, dessin

     

    Les Écrits en Huronie mentionnent qu'il était de coutume pour les Iroquois de tuer immédiatement la victime si elle se mettait à pleurer ou à crier. Le rituel de manger le cœur était leur façon de s'approprier la force de l'ennemi, et indiquerait qu'à aucun moment, Jean de Brébeuf n'a succombé à la souffrance.

    Vénération et souvenir

     Statue de Brébeuf au Sanctuaire des Martyrs, à Midland (Ontario)

     

    Il a été canonisé le 29 juin 1930 par le Pape Pie XI.

    M. Béziers écrit : « ce pieux religieux rendit son âme à Dieu au milieu de ses souffrances le 16 mars 1649 ». « Il était oncle de Georges de Brébeuf si connu par sa traduction de la Pharsale de Lucain ».

     

    Le collège privé Jean de Brébeuf à Montréal porte son nom.

    École Jean-de-Brébeuf. Un école primaire à Gatineau, Québec

    À Québec, le Lieu historique national Cartier-Brébeuf commémore les actions de Jean de Brébeuf et des Jésuites en Amérique du Nord, ainsi que celles de Jacques Cartier. La municipalité de Brébeuf dans les Laurentides est aussi nommée en son honneur.

    À Drummondville, une rue dans le quartier des Martyrs porte son nom.

     

     

    Plaque de plomb Jean de Brébeuf 1649, photo

     

    Relique

    Une petite relique de St Jean de Brébeuf fut déposée dans le reliquaire sur l'autel devant la statue du Christ (à gauche de l'autel principal de la Cathédrale-Basilique, près de la Porte Sainte), Cathédrale-Basilique Notre-Dame-de-Québec, sise au 16 rue Buade, Ville de Québec, province de Québec, Canada avec des petites reliques de tous les autres Martyrs, Saints et Béatifiés Canadiens.

    Reconnaissance

    René Latourelle écrit dans la fiche « BRÉBEUF, JEAN DE (Échon) » du Dictionnaire biographique du Canada :

    « Avec Champlain et Sagard, Brébeuf reste le témoin le plus important de la période de contact. Pour sa part, il insiste sur la vie sociale, politique et religieuse des Hurons ; en cela il complète Champlain et enrichit Sagard. Sur ces trois aspects, la Relation de 1636 demeure un document unique, cité en première place dans toutes les monographies concernant les Hurons. »

    Joseph Boyden

    Dans son roman "Dans le grand cercle du monde", Joseph Boyden, écrivain amérindien canadien, mêle 3 voix : celle d'un grand chef huron Oiseau, celle de Chutes-de-Neige, jeune prisonnière iroquoise et celle du Corbeau, le père Christophe, missionnaire jésuite français. Le témoignage et la vie de ce dernier sont inspirés directement des écrits et de la vie du père J. de Brébeuf.

    Source

    En savoir plus :

    http://www.biographi.ca/009004-119.01-f.php?BioId=34214

    http://www.jesuites.com/histoire/saints/jeandebrebeuf.htm

    http://www.csaffluents.qc.ca/rmi/projets/n-france/personnages/JeandeBREBEUF.pdf

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)