• Saint Humbert de Maroilles († 680)

     
     

     

    Saint Humbert de Maroilles († 680)

    Moine à Laon puis à l'abbaye de Maroilles

     

    Saint Humbert. Moine à Laon puis à l'abbaye de Maroilles († 680)

    Humbert du Hamel en l'église de Maroilles

     

    Humbert de Maroilles (Mézières-sur-Oise - Maroilles vers 680) fut le premier abbé de l'abbaye de Maroilles.

    Biographie

     

    Humbert du Hamel - (659-25 03 682) fondateur de l'Abbaye de Maroilles - relique du crane

     

     

    Humbert du Hamel - (659-25 03 682) fondateur de l'Abbaye de Maroilles - plaque

     

     

    Abbaye de Maroilles - plan Maquette

     

    Humbert naquit au début du VIIe siècle à Mézières-sur-Oise dans une riche famille. D'après la tradition, il aurait été oblat dans un monastère à Laon, et après la mort de ses parents, il retourna administrer son domaine. C'est après une rencontre avec Saint Amand qu'il serait revenu à la vie monastique.

    Vers 650, l'abbaye de Maroilles fut fondée par Radobert, probablement un maire du palais apparenté aux pippinides, et Humbert en devint le premier abbé. Il effectua en 674 une donation à l'abbaye d'une propriété à Mézières-sur-Oise, et de ses vignobles, ce qui fait qu'il est considéré comme cofondateur.

    Selon d'autre source : 1er abbé de Maroilles entre les années 652 et 682. Il est le fondateur du monastère et de la ville de Maroilles. Humbert du Hamel (futur Saint-Humbert de Maroilles en Hainaut) naquit entre les années 622 et 628 ou, selon d’autres sources entre 629 et 630, à Mézières-sur-Oise (Aisnes). Il décéda entouré de ses disciples un 25 mars de l’an 682. Saint-Humbert était né de l’union de parents nobles et chrétiens : son père, Evrard, est un noble franc et sa mère, Popitte, est d’origine gallo-romaine. Humbert, après avoir suivi des études au collège St.-Vincent de Laon, fut appelé sur les recommandations de Saint-Amand (père-abbé de l’abbaye d’Elnone à Saint-Amand-les-Eaux) auprès du pape Martin Ier : ce dernier le désigna premier « Père-abbé du monastère de Maroilles ». Précédemment, la majeure partie des terres de Maroilles, Noyelles (-sur-Sambre), Marbaix et Taisnières (-en-Thiérache), fut léguée par le comte Radobert de Famars, de la Cour du Roi Dagobert, qui vers l’an 652 y avait érigé un oratoire (dédié à Saint-Pierre). La mission de Saint-Humbert fut ainsi de convertir au Christianisme la population de ces lieux (pays des Help(r)es), tout en mettant en valeur cette région en y développant l’agriculture. Humbert du Hamel fut qualifié de « Saint » en l’an 818 par un acte de Louis le Débonnaire, fils de Charlemagne. À partir de cette date les parchemins le mentionnent « Saint-Humbert de Maroilles ». Le culte de Saint-Humbert de Maroilles est toujours vénéré en France, en Belgique et aux Pays-Bas (Nederlanden).

    Au début du IXe siècle ses reliques furent translatées à l'abbaye à l'initiative de Rodinus, abbé à cette époque.

    Culte et récits hagiographiques

     

    Blason des "villages de Saint-Humbert"

     

    Le culte de « Saint Humbert » est attesté à partir de 870 par sa mention dans un acte de Charles le Chauve.

    Un acte de Louis le Pieux, fils de Charlemagne le qualifiait déjà de « saint » en l’an 818, mais ce texte est désormais considéré comme un faux .

    Au début du IXe siècle ses reliques furent translatées à l'abbaye à l'initiative de Rodinus, abbé à cette époque.

    Parmi ses vitae , récits hagiographiques de sa vie et ses œuvres, l'une des plus anciennes date des années 1030-1035, époque où l'abbaye fut prise en main par l'évêché de Cambrai.

    Selon l'historienne Anne-Marie Helvetius, il s'agirait d'une adaptation d'une version plus ancienne, de l'époque où l'abbaye était encore gérée par un collège de chanoines.

    Ces deux récits relatent les mêmes hauts faits avec des variantes en fonction de ce que cherchent à prouver leurs auteurs.

    Source :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Humbert_de_Maroilles

     

    Saint-Humbert de Maroilles : 1er abbé de Maroilles entre les années 652 et 682.

    Il est le fondateur du monastère et de la ville de Maroilles.

    Humbert du Hamel (futur Saint-Humbert de Maroilles en Hainaut) naquit entre les années 622 et 628 ou, selon d’autres sources entre 629 et 630, à Mézières-sur-Oise (Aisnes).

    Il décéda entouré de ses disciples un 25 mars de l’an 682.

    Saint-Humbert était né de l’union de parents nobles et chrétiens : son père, Evrard, est un noble franc et sa mère, Popitte, est d’origine gallo-romaine.

    Humbert, après avoir suivi des études au collège St.-Vincent de Laon, fut appelé sur les recommandations de Saint-Amand (père-abbé de l’abbaye d’Elnone à Saint-Amand-des-Eaux) auprès du pape Martin Ier.

    Ce dernier le désigna premier « Père-abbé du monastère de Maroilles.

    Précédemment, la majeure partie des terres de Maroilles, Noyelles (-sur-Sambre), Marbaix et Taisnières (-en-Thiérache), fut léguée par le comte Radobert de Famars, de la Cour du Roi Dagobert, qui vers l’an 652 y avait érigé un oratoire (dédié à Saint-Pierre).

    La mission de Saint-Humbert fut ainsi de convertir au Christianisme la population de ces lieux (pays des Help(r)es), tout en mettant en valeur cette région en y développant l’agriculture.

    Humbert du Hamel fut qualifié de « Saint » en l’an 818 par un acte de Louis le Débonnaire, fils de Charlemagne.

    À partir de cette date les parchemins le mentionnent « Saint-Humbert de Maroilles ».

    Le culte de Saint-Humbert de Maroilles est toujours vénéré en France, en Belgique et aux Pays-Bas (Nederlanden).

    Source

    En savoir plus :

    http://homepage.mac.com/thm72/orthodoxievco/ecrits/vies/synaxair/mars/humbert.pdf

    http://www.cathocambrai.com/page-45973.html

    Maroilles, fontaine Saint Humbert

    La légende dit que Saint Humbert l'aurait fait sourdre afin que Sainte Aldegonde puisse étancher sa soif.

    Cette fontaine guérit la rage, les maux de dents, les piqûres de vipères.

    Le jour de l'Ascension, des pélerins viennent caresser son tombeau situé dans l'église avec une baguette à l'écorce torsadée qui protège les animaux de la maison.

     

    Maroilles, fontaine Saint Humbert

     

    Source : http://lalumierededieu.eklablog.com/maroilles-fontaine-saint-humbert-p58700

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)