• Les saintes huiles

     
     

     

    Les saintes huiles

     

     

    Les saintes huiles

     

     

     

    Trois sortes d'huile sainte sont utilisées dans la liturgie :

    Ces huiles sont consacrées lors de la messe chrismale.

    « L'Église emploie l'huile des catéchumènes à la bénédiction des fonts baptismaux, dans l'administration du baptême, dans la consécration des autels fixes ou mobiles, dans l'ordination des prêtres, et dans le couronnement des rois et des reines.

    L'huile des infirmes (ou des malades) sert pour le sacrement des malades (autrefois aussi appelé l'extrême-onction) et la bénédiction des cloches.

    Enfin l'Église fait usage du saint chrême dans les sacrements de baptême et de confirmation, dans la consécration des évêques et celle du calice et de la patène, ainsi que dans la bénédiction des cloches où, comme nous l'avons dit, est aussi employée l'huile des infirmes  ».

    Source

     

    La Messe chrismale, du grec χρῖσμα / khrĩsma qui veut dire huile ou onction, concerne la cérémonie au cours de laquelle l'évêque consacre le saint chrême, huile qui servira dès les baptêmes de Pâques et tout au long de l’année pour les sacrements du baptême, de la confirmation et de l’ordre.

    Deux autres huiles sont également bénites : l’huile des catéchumènes qui sert dans les célébrations préparatoires au baptême surtout pour les adultes ou les enfants déjà grands, et l’huile des malades qui sert dans la célébration du sacrement des malades.

    L'évêque concélèbre cette messe avec les prêtres de son diocèse afin de manifester l’unité de toute la communauté. Elle est tenue pour l'une des principales manifestations de la plénitude du sacerdoce. Diacres et fidèles participent également à cette célébration.

    Normalement célébrée le Jeudi saint au matin, la cérémonie peut être avancée à un autre jour qui soit proche de Pâques.

    Source

     

    La consécration est la cérémonie qui rend une chose sacrée.

    Pour comprendre ce que c'est que la consécration, il faut savoir qu'on distingue trois sortes de Saintes Huiles.

     

    1) L'Huile d'olive, mêlée de baume, qu'on appelle Chrême.

     

    2) L'Huile des Catéchumènes, qui n'est que d'olives, et qu'on appelle les Saintes Huiles.

    3) L'Huile des Infirmes, qu'on appelle aussi dans l'usage les Saintes Huiles, mais qui est appellée proprement dans les Livres Ecclésiastiques, l'Huile des Infirmes.

     

    Le Chrême, dont le ch. 1 de Sacra Uncthne, et. ad exhibendum, explique le sens Mystique, est employé à l'onction des Baptisés, des Confirmés, des Evêques, des Eglises, des Autels, des Calices, des Patènes et des Fonts Baptismaux.

     

    L'Huile des Catéchumènes sert à oindre les Baptisés en certaines parties du corps, les Eglises et les Autels avant l'onction du Saint Chrême, les mains du Prêtre qui est ordonné, les bras et l'épaule des Rois que l'on sacre.

     

    L'Huile des Infirmes est appliquée sur le malade, à qui on administre le Sacrement d'Extrême-Onction.

     

    L'Evêque ne peut faire le Saint Chrême que le jeudi de la semaine sainte, et doit le renouveller tous les ans : c'est-là un devoir de Précepte. C.si quis, c. omni tempore , J. G. á/'ff. 4. de Consecr.

     

    Le Chrême qui doit servir de matière au Sacrement de Confirmation, ne peut être fait que par l'Evêque même, non autem à fimphci Sacerdote.

    C'est la raison pourquoi les Papes, en commettant des Prêtres pour administrer le Sacrement de Confirmation, les soumettent toujours à l'obligation de se servir du Saint Chrême consacré par les Evêques : Nemo est, dit Benoit XIV en l'endroit cité sous le mot Confirmation, qui dubitet Chripnatis benediéíionem commemoratamsemper suijfk inter propria &> pmecipua Episcopalis Ordinis munera , tom. 3. q. 72. art. 2.

    Quelques Auteurs ont avancé que le Pape pouvait commettre à un Prêtre la confection du Saint Chrême, pour servir de matière au Sacrement de Confirmation ; la raison qu'ils donnent, est que la forme de cette consécration a été laissée à la disposition de l'Eglise, et que ce n'est que par les Canons que les Evêques ont reçu se pouvoir exclusif de la faire ; les paroles du dernier Pape que nous avons rapportées, et l'usage général de l'Eglise, prouvent combien cette opinion est extraordinaire.

     

    Quand un Evêque a deux Diocèses à gouverner, il doit faire le Saint Chrême alternativement dans l'un et dans l'autre. C. te referente, de celebr. mijf. &- ibi DoSl.

     

    L'Huile des Catéchumes est employée, comme nous avons dit, à oindre la poitrine et les épaules des Baptisés, les mains des Prêtres qui sont élevés au Sacerdoce, les Eglises et les Autels avant la consécration avec le Chrême, et enfin les Princes et les Rois Chrétiens.

    Par le Droit Ecclésiastique , l'onction est due à tous Rois Chrétiens ; et quoique quelques uns d'entr'eux aient prétendu avoir reçu des Papes une concession exclusive à cet égard, de fait, il n'en est point, qui, à l'exemple des anciens Rois des Juifs, ne soient sacrés. Barbosa , de offic. &• poteft. Episcop. alleg. 31. n. 10. 11.

    L'onction qui se fait aux Rois est différente de celle qui se fait aux Evêques, en ce que celle-ci se fait avec le Saint Chrême, in capite G- in minibus , au lieu que l'autre ne se fait que in brachio, in rn.oiu.rn. crucis; et avec l'Huile des Catéchumènes, ut ojlendatur, dit le Pape Innocent III. i" cap. 1. de Sacra Unêl. quantaftt differentia inter auâloritatem Pontif.cis , &> Principis poiejlattm.

     

     

    L'Huile des Infirmes est la matière éloignée du Sacrement de l'Extrême-Onction.

     

    L'Evêque seul peut consacrer cette Huile : Ab Episcopo tanrum Oleum Infirmorum benedkendum.

     

    Les Théologiens disent que le Sacrement de l'Extrême-Onction ne serait pas valide, sì on ne se servait pas précisément de l'Huile des Infirmes ; que l'Evêque doit en faire de nouvelles tous les ans, ex cap. Litteris , dijl. 3. de Consecrat. Bonacina, de Sacramentis, dispens. 7. q. I. punÛ. 2. n. 6.

     

    Cet Auteur dit que la Pape peut commettre à un Prêtre la confection de l'Huile des Infirmes ; y aurait-il à cet égard de la différence entre cette Huile et le Saint Chrême ! Bonacina ne le pense pas, il ajoute que le Pape peut commettre aussi à un Prêtre la confection du Chrême.

     

     

    Les Théologiens disent aussi qu'un Prêtre ou un Curé peut mêler de l'huile non consacrée à l'huile consacrée quand celle-ci ne lui parait pas suffisante : Modo quoi additur, Jìt minoris quantitatis consecrato, nam magis dignum, attrah.it ad se minus dignum C. quad in dubiis , de con sec. Ecclesiœ.

     

    Quand un Evêque est absent de son Diocèse, ou qu'étant mort le Siège est vacant, un Evêque voisin y vient faire la consécration de ces différentes Huiles. Glos, verb fplrìtuaììlus, in c. si Episcopus, it supl. negl. prof. Dans un cas de nécessité, soit qu'aucun Evêque voisin ne puisse venir,ou autrement , on peut se servir des huiles surannées.

    II n'y a point d'exemption pour les choses qui dépendent de la puissance de l'Ordre dans un Evêque : ainsi pour les Saintes Huiles, les consécrations des Eglises, les Ordinations, etc. les Réguliers les plus privilégiés doivent recourir à l'Evêque. C. veniens ip. vers. Chrisma , de pr&script.

    La confection et la distribution du Chrême et des Saintes Huiles doivent se faire gratuitement, sous peine de simonie. C. ea qu<s de simon.

    Quoique le Baptême et la Confirmation puissent être administrés solemnellement dans une Eglise interdite, suivant la disposition du ch. quoniam , de Sent, excom. in 6°. le Saint Chrême ne peut s'y faire qu'à huis clos, januis clausis, juxta moâerationem, c. aima mater, vers, adjicimus , de Sent, excom. in 6°. Barbosa estime que la confection du Chrême peut aussi se faire publiquement dans une Eglise interdite, de oj/ìc. G- potejl. Episc. alleg. 51. n. 25.

    L'on voit sous le mot Bénédiction, que les Prêtres ne peuvent faire ou donner les bénédictions in quitus adhibetur SacraUnflio, c'est-à-dire, l'onction des Saintes Huiles ; cela s'entend sans délégation de l'Evêque : car dans la bénédiction des cloches, le Prêtre peut faire l'onction du Chrême.

    L'on voit sous le même mot, et sous celui d'Evêque, quelles sont les bénédictions et consécrations qui appartiennent privativement à l'Evêque, et celles que les Prêtres peuvent faire ou donner avec ou sans commission de l'Evêque. Nous ne parlerons ici dans un article séparé que de la consécration des Evêques et Archevêques.

     

     

    Source : Livre "Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale Tome1" par M Durand de Maillane