• Elena Aïello

     
     

    Elena Aïello

     

     

    Elena Aïello

     

    Naissance et premières années

    Elena Aiello naquit à Montalto Uffugo, province de Cosenza, le 10 avril 1895, mercredi de la Semaine Sainte.

    Elle était la fille de Pasquale Aiello et de Teresa Paglilla.

    La petite Elena vécut dans un milieu familial très chrétien et exemplaire.

    Pasquale Aiello était considéré comme l’un des meilleures couturiers de la région. Il était décrit comme un homme d'une honnêteté exceptionnelle, exquise dans les modalités, apparaissait et était un parfait gentilhomme, respectait et était respecté.

    Il mourut en 1905, encore jeune, laissant à sa bonne épouse huit enfants : Emma, Ida, Elena, Evangelina, Elisa, Riccardo, Giovannina et Francesco ; une autre fille prénommée Maria Elena était morte, un an avant son père, âgée d’à peine un an.

    Chacun, selon son âge, aidait aux travaux de la maison et aux affaires des parents.

    Elena avait bien vite démontré une vive intelligence : âgé de quatre ans, elle répondait déjà à un certain nombre de questions de catéchisme.

    En 1901, alors qu’elle n’avait que six ans, elle fut envoyée chez les Sœurs du Très Précieux Sang, pour y fréquenter l’école élémentaire et continuer son instruction religieuse.

    A l’Institut des Sœurs, la petite, après la prière, exprimait toujours le désir de vouloir assister à la sainte Messe ; mais la Messe n'était pas célébrée chaque matin à l'Institut, alors la petite Elena, lorsqu’elle le pouvait, allait dans l'église voisine pour satisfaire son ardent désir.

    Rentrée à la maison, après l’école, elle aidait encore, sous la surveillance de la sœur, à préparer le repas.

    Les sœurs de l’Institut, constatant son progrès et avancement dans la connaissance du catéchisme, commencèrent ― et cela pendant huit ans ― à la prendre avec elles, pour l'habituer à enseigner à de plus petits la doctrine chrétienne. Ses temps libres elle les consacrait aux autres travaux domestiques et aux immanquables prières quotidiennes.

    La “grippe espagnole”

    La Calabre, pendant la Première Guerre Mondiale, subit, comme et peut-être plus les autres régions, des carences hygiéniques et sanitaires, ce qui favorisa la propagation de la « grippe espagnole », laquelle sema sur son passage, dans la région calabraise et dans tout le pays, désolation et mort.

    Elena, en cette période, passait sa journée à assister les infirmes, s'occupant même de la confection de caisses en bois pour enterrer « chrétiennement » ― comme elle-même disait ― les malheureuses victimes de l’épidémie.

    Pendant la période de l'épidémie, maître Pasquale permit même qu'Elena passa la nuit à l’Institut avec les Soeurs, par crainte qu’elle puisse transmette l’épidémie à toute la famille. Et les Soeurs commencèrent à la considérer comme une des leurs, caressant l’idée de l'accueillir au plus vite dans leur congrégation. Et le père, vu la décision et l'insistance d'Elena, maintenant que la tempête de l'après-guerre était finie, lui accorda la permission d’embrasser la vie religieuse.

    Et ce fut ainsi que le 18 août 1920, Elena fit son entrée officielle chez les Sœur du très Précieux Sang.

    Mais le séjour d’Elena à l’Institut des sœurs fut de courte durée.

    En effet, un jour la Mère Générale, alors qu’elle descendait les escaliers, aperçut Elena étendue par terre dans la laverie.

    Vite on la souleva et on la mit au lit. On constata ensuite que l’épaule gauche était noire jusqu’au cou.

    Le médecin fut appelé et celui-ci suggéra une intervention chirurgicale. Mais on tarda à l’opérer, à cause d’une fièvre persistante. Les sœurs décidèrent alors de faire intervenir le médecin de la Communauté, en assumant toute responsabilité.

    L’opération surréaliste

    Le 25 mars 1921 (mardi saint), dans le dortoir même, attachée à une chaise, Elena subit, sans anesthésie, pas même locale, l’ablation de la chaire noircie, tenant dans ses mains, pour garder le courage, un crucifix en bois et sur son front une image de la Vierge des Douleurs.

    En même temps que de la chair noircie, le médecin coupa aussi des nerfs, ce qui eut pour résultat de paralyser l’épaule ainsi que la bouche qui restait serrée. L'impression laissée sur la patiente fut terrible ; pendant environ quarante jours elle fut tourmentée par des vomissements.

    Mais le temps de la prise d’habits approchait et Elena, au prix d’un grand effort et la blessure encore ouverte, voulut se lever afin de suivre les exercices spirituels, dans l'espoir de vêtir l’habit religieux.

    Pour corriger le défaut de l’épaule, elle réussi à se mettre un bustier qui lui permettait de se redresser. Mais, vu sa condition physique déplorable, le Père Directeur ne rien faire d’autre que de lui conseiller de rentrer chez elle, au sein de sa famille, afin de se soigner convenablement, avant de revenir dans la Communauté.

    Pendant cette période Elena nota dans son cahier avoir reçu deux fois, peu de jours avant de quitter le monastère, de la part du Seigneur, une invitation à la résignation, et d’accepter ce que Lui, Il avait disposé pour elle, ainsi qu’une invitation à embrasser fermement la croix qu’Il lui préparait.

    Elena, entre-temps, avait grandement dépéri, au point d’être méconnaissable. Elle ne pouvait ni se laver, ni se coiffer : son bras gauche était paralysé et sur son épaule il y avait une plaie qui bien vite commença à se remplir de vermine. Le père, très préoccupé de l’état de sa fille, la conduisit à Cosenza chez un spécialiste. Le professeur qui l'examina dit alors à la jeune demoiselle :

    « Je ne peux rien faire, ma fille, parce que tu as été saccagée : le médical qui t'a opérée... n'est pas un chirurgien ; il t’a coupé des nerfs... ; seul un miracle pourra résoudre ton état de santé ; maintenant ta plaie risque d’être atteinte par la gangrène ! »

    Quelque temps après, les médecins imposèrent à Elena une visite soignée et une radiographie pour vérifier la cause des graves dérangements gastriques qui continuaient à tourmenter la pauvre fille. Elle fut reconduite par conséquent à l’Hôpital Civil de Cosenza, où un cancer à l'estomac fut diagnostiqué.

    Intervention de sainte Rita

    Elena adressa alors une fervente prière à sainte Rita ― la sainte des impossibles ! ― lui demandant la guérison de cette nouvelle maladie qui avait frappé son l'estomac.

    Pendant qu’elle priait, elle vit la statue de la Sainte s’entourer d’une éblouissante lumière.

    Dans la nuit, la Sainte lui apparut pour lui dire qu’elle aimerait que l’on institue son culte pour raviver la foi des gens et demanda à Elena de commencer un  triduum en son honneur.

    Le lendemain, Elena revint à Montalto et commença un triduum à sainte Rita.

    Celui-ci terminé, la vision se renouvela : le triduum, disait la Sainte, devait être répété et qu’alors elle serait guérie de son mal d’estomac. Pour ce qui était de l’épaule, elle devait garde ce mal et souffrir pour réparer pour les péchés des hommes.

    En effet, le 21 octobre 1921, Elena eut la grâce de la guérison complète de sa tumeur gastrique.

    Evangelina, la sœur, couchée dans la chambre contiguë, vit, pendant cette nuit-là, par la fente de la porte entrouverte, s’échapper une lumière éclatante.

    Croyant qu’il s’agissait d’un incendie, elle accourut aussitôt dans la chambre d’Elena. Elle s’assit sur le bord du lit et remarqua que sa sœur qui paraissait assoupie, s’était plutôt évanouie. Alors, affligée, elle appela les autres membres de la famille, car elle craint aussi qu’elle ne soit morte.

    Lorsque les autres membres de la famille entrèrent dans la chambre, Elena avait complètement éveillée et en pleine santé.

    Elle leur raconta alors la visite de sainte Rita, la guérison, les paroles de la vision ; ensuite, elle leur demanda quelque chose à manger.

    Premiers stigmates

     

    Elena Aïello

    Le 2 Mars 1923, premier vendredi du mois, se produisit, pour la première fois, ce phénomène extraordinaire qui attira sur Elena l'attention de tant de gens, de régions même très lointaines, et qu'il se répétera tous les ans, jusqu'à sa mort.

    Le matin, après la communion, une voix interne lui annonçait à l'avance l’imminence d’un nouveau genre de souffrance choisi pour elle par le Seigneur.

    Vers quinze heures, elle était au lit souffrant beaucoup à cause de la plaie carcinomateuse de son épaule gauche ; le Seigneur, vêtu de blanc et portant la couronne d'épines lui apparut. L’ayant invitée à participer à ses souffrances, Elena répondit affirmativement ; alors le Seigneur enleva de son Chef la couronne et la posa sur la tête d’Elena. À son contact, une abondante effusion de sang sortit. Le Seigneur lui indiqua qu'Il avait besoin de cette souffrance pour convertir les pécheurs ; pour beaucoup de péchés d'impureté, et qu’elle devait être victime pour satisfaire la Divine Justice.

    Une certaine femme nommée Rosaria, domestique de la famille, après avoir terminé son service s’apprêtait à partir ; ayant entendu des bruits suspects qui venaient de la chambrette d'Elena, elle monta prudemment pour se rendre compte de ce qui se passait. Surprise, à la vision de tant de sang, elle partit de suite prévenir la famille, croyant qu'Elena avait été tuée.

    Dès leur arrivée dans la chambre, et devant ce spectacle étonnant, ils purent constater la véracité des dires de la domestique. Ils appelèrent alors les médecins et les prêtres du pays.

    Le docteur Adolfo Turano essaya des lavages, mais le sang continuait de couler de la tête d’Elena. Après trois heures de saignements continus, le phénomène s’arrêta de lui-même. Tous restèrent surpris, confondus, impressionnés parce qu'ils ne savaient pas expliquer, d’aucune manière ce qui s'était produit.

    Le deuxième vendredi de mars avant quinze heures on fit venir le docteur Turano à la maison, ainsi que d’autres personnes, afin de constater si le même phénomène allait se répéter. Et en effet, exactement à la même heure le même phénomène se reproduisit. Alors, le Docteur chercha à arrêter le sang avec un mouchoir, mais à ce contact, la peau de la partie blessée s’irritait au point de faire grossir et s’élargir les pores, ce qui causait de grandes douleurs à Elena.

    Une histoire de mouchoir

    Le troisième vendredi du même mois, une dame de San Benedetto Ullano (D. Virginia Manes), mère du docteur Aristodemo Milano, fut envoyée par son fils pour constater le fait et tremper un mouchoir dans le sang. La femme, restée seule dans la petite cellule d'Elena, lui sécha le front avec un mouchoir, qu’elle plia ensuite et conserva. Revenue à San Bénedetto elle trouva inexplicablement le mouchoir complètement propre et sans la moindre trace de sang. Le fils, après avoir écouté le récit de sa maman se convertit et demanda à recevoir le baptême.

    Dans une vision, le Seigneur, répondant aux plaintes d'Elena pour tout ce qu’on lui faisait subir à cause de la sueur de sang, lui expliqua que c’était Lui qui la faisait souffrir ; qu’elle devait être sa victime pour le monde ; qu'elle ne devait pas s’affliger à cause du crucifix qui lui avait été enlevé et que de toute manière elle l’avait toujours présent en son cœur et que pour le confirmer Il lui donnerait les plaies de sa Passion, qui seraient visibles aux yeux de tous.

    La stigmatisation complète

     

    Elena Aïello

     

    Le quatrième vendredi du mois de mars, Elena retrouvait dans son corps ces mêmes plaies. Jésus lui dit alors :

    « Toi aussi, tu dois me ressembler, car tu dois être la victime pour tant de pécheurs et satisfaire à la justice de mon Père pour qu'ils soient sauvés ».

    Vers cinq heures (dix-sept heures), Jésus lui dit :

    « Ma fille, regarde comme je souffre ! J'ai versé tout mon sang pour le monde et maintenant il s’en va en ruine ; personne ne se rend compte des perfidies dont il est recouvert. Considère l'acerbité de ma douleur causée par un si grand nombre d’injures et de mépris que je reçois de tant de provocateurs et de libertins... ».

    Le vendredi suivant, à toutes les autres plaies des mains et des pieds s'ajouta la blessure du côté. Le jour du Corpus Domini la douleur aux plaies se renouvela avec une nouvelle effusion de sang et, chose remarquable, les plaies, à la fin de l’extase, se cicatrisaient parfaitement.

    Les phénomènes cités ci-dessus, n’affectaient en rien l’extraordinaire activité d’Elena, ni la normalité de sa vie religieuse, ni l’accomplissement de ses fonctions de fondatrice et de supérieure d’une nouvelle congrégation.

    Les souffrances du vendredi saint se produisaient habituellement avec l'absolue exclusion de tout curieux : les portes de la maison restaient complètement closes. Le matin du samedi saint sœur Elena était déjà, comme d’habitude, à sa place de prière, de travail, de responsabilité, comme si rien n’était arrivé.

    Il faut dire que ces phénomènes ne facilitèrent en rien ses rapports avec les autorités ecclésiastiques, bien au contraire, ils furent parfois source de chagrins et d’humiliations. Mais, les gens du peuple — et pas seulement du peuple — venaient vers elle pour lui demander de l’aide dans leurs tribulations et lui demander conseil avant des décisions importantes.

     

    Source : http://voiemystique.free.fr/elena_aiello_extrait_1.htm

     

    Elena Aïello

     

     

    ← Retour (Les serviteurs de Dieu)