• Edmond Rich

     

     

    Saint Edmond Rich

     

    Edmond Rich

     

    Saint Edmond de Cantorbéry (1170-1242), dit saint Edme, né sous le nom d'Edmund Rich dans la petite ville d'Abingdon, est un saint catholique très populaire au XIIIe siècle.

    Fête le 16 novembre.

     

    Nuremberg chronicles - Edmund, Archbishop of Canterbury (CCLXIIv).jpg

     

    Il se décide rapidement à être prêtre et effectue ses études à Oxford, où il fut le premier à obtenir un Master of Arts, puis à Paris.

    Il devient un grand prédicateur et sa renommée amène le pape Grégoire IX à le choisir pour le siège de Cantorbéry.

    C'est ainsi qu'en 1234, il est sacré archevêque de Cantorbéry.

    Il entre rapidement en conflit avec Henri III d'Angleterre au sujet de l'application d'une bulle pontificale.

    Il est alors contraint de partir secrètement pour la France où il est accueilli par Blanche de Castille et saint Louis.

    Il se retire d'abord à l'abbaye cistercienne de Pontigny, dans le diocèse d'Auxerre avant de s'installer au couvent de chanoine augustins de Soisy-Bouy, près de Provins, où il meurt en 1242.

     

    Edmond Rich

     

    Son corps est ramené dans l'abbatiale de Pontigny, où il repose sous une châsse baroque.

    Il est canonisé en 1246 par le pape Innocent IV.

    En 1479, le roi Louis XI octroya 1.200 livres tournois de don pour ce saint.

    Comme le parlement de Paris retarda son enregistrement, le roi l'ordonna de nouveau le 31 mai 1480 par ses lettres.

    Ainsi les offrandes du roi y furent-elles enregistrées le 6 juin 1480.

    Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Edmond_Rich_d%27Abingdon

    Source : http://abbayedepontigny.pagesperso-orange.fr/saint_edme.html

     

    L'apparition de l'Enfant Jésus

    Le bon Jésus se fit connaître un jour, sous le nom de Nazaréen, à saint Edmond d'Oxford, qui était fort dévot à la sainte Enfance.

    Il allait un jour en société se promener à la campagne.

    Mais craignant jusqu'à l'ombre du péché et d'ailleurs très ami de l'oraison, peu a peu il se retira à l'écart dans une prairie, et se mit à méditer et à exhaler les saintes affections de son âme, tout en se promenant.

    Tout à coup il rencontre un petit enfant très-gracieux qui le salue avec beaucoup d'affabilité.

    Surpris de cette vue, Edmond se met a penser quel pouvait être cet enfant, et ne songea pas à lui rendre le salut.

    L'enfant lui demanda alors s'il le connaissait ; Edmond lui ayant répondu que non, il repartit avec surprise que pourtant il était toujours à ses côtés, en classe et partout.

    Mais, ajouta-t-il, si vous voulez voir qui je suis, lisez sur mon front.

    Le saint regarda, et vit écrit sur son front en caractères d'or : Jésus de Nazareth, Roi des juifs.

    Il lui ordonna de se signer chaque soir le front, en l'invoquant sous ce nom, et lui dit qu'il l'aurait délivré de la mort imprévue.

    Là-dessus, le divin Enfant disparut, en laissant Edmond pénétré d'une douceur ineffable.

    Cependant le pieux Edmond tira grand profit de l'invocation du nom de Jésus de Nazareth ; il s'en servit pour combattre l'ennemi du salut qui, lui étant apparu, voulait l'empêcher de faire le signe de la croix, et qui lui avoua que le nom de Jésus avait une force irrésistible contre ses tentations.

    Source : Livre "Le mois de janvier consacré à l'Enfant Jésus" par Hallès

    Saint Edmond naquit au village d'Abingdon en Angleterre, à cinq mille d'Oxford, de parents si dévots, que son père se rendit Religieux, & sa mère vivait dans le monde comme dans un Cloître, toujours couverte de haires et de cilices.

    Ce B. enfant, tant en Angleterre, qu'à Paris, où il étudia , mena une vie toute Angélique par la pureté de ses actions.

    L'amour de Jésus-Christ était profondément enraciné dans son cœur, il pensait souvent à lui, et cet aimable Sauveur ne l'oubliait pas de son côté.

    Il en reçût un jour une insigne faveur, lors que se promenant avec d'autres écoliers, il se sépara de leur compagnie, afin de ne pas entendre leurs discours peu honnêtes.

    Jésus-Christ sous la forme d'un beau jeune garçon lui apparut, et lui dit ces paroles : "Je vous salue, mon bien-aimé" 

    Edmond fut surpris d'une salutation si obligeante : et ne sachant que répondre, le Sauveur du monde ajouta : Est-ce donc que vous ne me reconnaissez pas ?

    Je n'ai pas cet honneur, lui dit Edmond : et je crois que vous me prenez, pour un autre. 

    Comment se peut-il faire, répliqua le Fils de Dieu, que vous ne me connaissiez pas, moi, qui dans l'école suis toujours à vos cotés, et qui Vous accompagne partout où vous allez. Regardez, sur mon visage, et voyez, ce qui y est écrit. 

    Le saint leva les yeux, et lût ces mots : Jésus de Nazareth, Roi des Juifs. 

    Voila mon nom, continua cet Enfant adorable : vous le devez graver profondément dans votre cœur, et l'imprimer la nuit sur votre front il vous préservera et ceux, qui feront la même chose, d'une mort subite. Après quoi il disparut.

    Source : Livre "La vie des saints inconnus, des bienheureux et des personnes illustres" par B. de Vienne

     

     

    ← Retour (Les corps incorrompus)