• Claire d'Assise

     
     

    Sainte Claire d'Assise

     

     

    Claire d'Assise

     

    Sainte Claire, née Chiara Offreduccio di Favarone à Assise le 16 juillet 1194 dans une famille de la noblesse, morte au même endroit le 11 août 1253, fondatrice de l'Ordre des Pauvres Dames (Clarisses), déclarée sainte par l'Église catholique.

     

    Biographie

    Claire d'Assise était probablement issue de la lignée des comtes de Coccorano.

    Sa mère, Ortolana, serait issue d'une famille noble de Fiume.

    En 1212, Claire assiste aux prêches de Carême de François d'Assise, de 12 ans son aîné.

    Enthousiasmée par cette prédication, conquise par l'idéal de pauvreté à l'image des évangiles, elle décide de renoncer au monde.

    Elle quitte sa famille en cachette le soir du dimanche des Rameaux, le 20 mars, en compagnie de l'une de ses tantes, pour rejoindre François et ses compagnons à la Portioncule.

    Ceux-ci lui remettent une tunique de toile grossière, la bure, et lui coupent les cheveux, en signe de renoncement.

    Elle se réfugie ensuite au couvent des nonnes bénédictines de San Paolo.

    Elle résiste aux tentatives de son père, furieux, de la ramener chez elle. Peu après, elle est rejointe par sa sœur cadette, Agnès, puis par d'autres femmes de la noblesse d'Assise.

    Fin avril 1212, François installe la communauté naissante près de la chapelle de San Damiano sous la direction de Claire qui devra accepter le titre d’« abbesse » malgré elle.

    François confiera aussi une Formula vitae, règle de vie inspirée de celle des Frères mineurs. Ainsi naît l'Ordre des Pauvres Dames, ou Clarisses.

    Après la mort de François, de fortes pressions, tant de la part des cardinaux que de la société civile, visent à faire accepter par la communauté des Damianites des possessions foncières.

    Claire se défendra jusqu’au bout contre ces pressions.

    Toute sa vie est tendue par son désir de vie pauvre.

    Finalement, le 16 septembre 1252, le cardinal Raynald approuve la Règle écrite par Claire sur la base de celle de François.

    Le pape Innocent IV visite Claire alors mourante fin juillet 1253.

    Le 9 août, le souverain pontife approuve la Règle de l’Ordre des Pauvres Dames.

    Deux jours après, le 11 août 1253, Claire meurt à l'âge de 59 ans, tenant entre ses mains le privilège de pauvreté.

    Le pape Innocent IV et la Curie romaine viennent assister à ses obsèques.

    C'est seulement deux années plus tard, le 26 septembre 1255, qu'elle est canonisée par Alexandre IV en la cathédrale Santa Maria d'Anagni.

    Presque simultanément commencent les travaux d'une église à Assise, la Basilique Sainte-Claire destinée à honorer la sainte.

     

    Claire d'Assise

     

    Le 3 octobre 1260, ses restes sont transférés de la chapelle San-Giorgio, lieu de sa conversion, au maître-autel de la nouvelle église.

    Elle a été proclamée patronne de la télévision dans le monde par Pie XII en 1958.

    Une des églises d'Assise lui est consacrée : la Basilique Sainte-Claire.

    Œuvre

    Claire d'Assise a écrit :

    • Forme de vie que l'on nomme plus couramment la Règle, mot que Claire n'emploie pas ;
    • un Testament ;
    • quatre lettres à Agnès de Prague ;
    • une lettre à Ermentrude de Bruges, que l'on soupçonne fortement d'être une compilation par un copiste de deux lettres aujourd'hui perdues ;
    • une Bénédiction de Claire à ses sœurs.

    Si la liste peut paraître courte, il faut se rappeler que les femmes écrivaient peu à l'époque. On peut également noter un parallèle — limité — avec certains écrits de François d'Assise.

    Deux autres textes importants nous font connaître Claire et la vie à Saint-Damien : la Vie de Claire, de Thomas de Celano et surtout les actes du procès en canonisation de Claire, qui contiennent les dépositions des sœurs de Claire, qui ont vécu avec elle.

    Les témoignages et les lettres sont en quelque sorte l'application pratique de la Règle, avant que celle-ci ne fût écrite. La Règle est le chemin concret, le mode de vie dont la vie et les lettres dévoilent la source évangélique.

    Sainte patronne : Divination, Maladie ophtalmique, Joaillier, Linge de maison, Doreur, Or, beau temps, Village de Santa Clara (Mexique), Téléphones, Télégraphes, Télévision.

    Source

    Patronne des brodeurs, des lavandières, de la télévision.

    Source

    En savoir plus :

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/claire/claire.htm

    Le miracle eucharistique

     

    Claire d'Assise

     

    Un miracle eucharistique sauva Sainte Claire et son couvent des Sarrasins.

    Frédéric II avait engagé des Sarrasins pour mener la lutte contre la papauté.

    Ceux-ci vinrent à Assise et s’attaquèrent au couvent de Saint Damien où se trouvaient Sainte Claire et ses sœurs.

    Claire, malade, se leva. C’était un vendredi de septembre 1241 vers 15 heures.

    Elle se fit apporter le ciboire avec le Saint-Sacrement et pria Dieu de protéger ses sœurs qu’elle ne pouvait protéger elle-même.

    Elle entendit sortir du Ciboire une voix douce comme celle d’un enfant : « Je vous garderai toujours. » 

    Elle s’avança alors vers la brèche ouverte par les agresseurs et présenta le ciboire.

    Les Sarrasins tombèrent, aveuglés par les rayons qui sortaient du ciboire et dans la panique quittèrent Assise.

    Source

    En savoir plus :

    http://www.therealpresence.org/eucharst/mir/french_pdf/MIRACLE-FR-assise.pdf

     

     

    ← Retour (Les corps incorrompus)

    ← Les miracles eucharistiques