• Bienheureuse Jeanne de Toulouse († 1286)

     

     

     

    Bienheureuse Jeanne de Toulouse († 1286)

     

    Bienheureuse Jeanne de Toulouse († 1286)

     

     

    Biographie

    Incertitudes historiques et traditions

    Peu d'éléments biographiques sont connus de façon certaine sur Jeanne de Toulouse. Sa date de naissance semble inconnue, sa date de décès varie d'une source à l'autre. Des coquilles et/ou confusions existent sur certains sites reprenant de courtes biographiques (comme sur nominis qui indique une date de décès en 1286, ou la revue Magnificat qui dans ses pages de martyrologe, ainsi qu'un blog qui semble confondre les dates avec Jeanne de Toulouse). Pour ajouter à la confusion, à Toulouse, dans cette période du XIIIe siècle, plusieurs femmes ont pris ce même nom de Jeanne de Toulouse.

    Une tradition indique qu'à la suite de la fondation d'un monastère de Carmes à Toulouse en 1240, Jeanne découvre la spiritualité carmélitaine. Simon Stock, de passage à Toulouse en 1265 la rencontre et accepte sa demande de suivre la règle du Carmel, et elle devient ainsi la "première carmélite du Tiers-ordre". Jeanne, restant vierge, s'applique alors à suivre toutes les exigences de la Règle du Carmel. Elle vient en aide à la communauté des Carmes de la ville et assiste les malades et les pauvres. Elle encourage également les laïcs toulousains à aider à servir et aider les pauvres.

    Une autre source fait d'elle la fille de Baudouin de Toulouse (et d'Alix de Lautrec). Son père ayant été assassiné par son frère (Raymond VI de Toulouse), Jeanne, en réparation du crime de son oncle, se serait fait cloitrée dans une petite maison attenante à la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse. Par une petite fenêtre elle avait une vue sur l'autel et adorait le saint sacrement jour et nuit. Elle y aurait vécu recluse jusqu'à sa mort.

    Origine probable

    Selon la source biographie la plus fiable, rédigée par le carme Jean Bale, qui visita Toulouse en 1527, Jeanne était issue d'une famille noble du royaume de Navarre. Ayant une grande dévotion pour la Vierge Marie, Jeanne décide de vivre comme recluse près du couvent des Carmes de Toulouse. Elle choisit de vivre alors dans une grande austérité. « Elle aimait parler de sujets spirituels avec les jeunes frères carmes et priait beaucoup pour eux, ce qui leur apportait un grand profit spirituel. ».

    Jeanne de Toulouse n'apparait pas dans la liste des saints de l'Ordre publié par Jean Grossi (+1437) qui était membre de la province carmélitaine de Toulouse. C'est pourquoi, compte tenu des autres éléments bibliographiques connus, Jeanne semble avoir vécu au début du XVe siècle, au mieux peu de temps avant (un autre site du carmel propose comme date de décès "vers 1380").

    L'initiatrice du carmel féminin et du Tiers-Ordre

    Dans les différents écrits traitant de Jeanne de Toulouse, elle est qualifiée de "tertiaire", et parfois de "Carmélite". Bien que ces deux branches de l'Ordre du Carmel n'aient pas encore été officiellement fondées à cette période, il n'est pas exclu que Jeanne ait fait profession de la règle carmélitaine, comme le faisaient parfois certaines femmes à cette période.

    Jeanne de Toulouse est donc connue, dans la tradition carmélitaine, pour avoir eu une vie de recluse, s'inspirant de la spiritualité carmélitaine, avant l'ouverture de l'ordre aux femmes et aux laïcs. Elle a ainsi parfois été considérée (dans une tradition carmélitaine) comme étant la première carmélite (voir l'initiatrice de cette branche), mais parfois également, comme la fondatrice du Tiers-Ordre carmélite.

    Béatification et culte

    Les reliques

    Chapelle Saint-Vincent-de-Paul, cathédrale Saint-Étienne de Toulouse. Les reliques de la bienheureuse sont placées dans les reliquaires sur les cotés.

     

    Bernard Yvest de Roserge (+1474), évêque de Toulouse, fait exhumer ses reliques et les place dans une urne, déposée dans la chapelle du couvent des carmes de la ville. À la suite de la procédure de demande de béatification, en 1656, un couvent espagnol demande à disposer de certaines reliques de la bienheureuse. Le prieur général de l'ordre, Henry Silvio, profite d'un déplacement en Espagne, pour leur porter le bras et la main droite de la sainte. Des écrits datés de 1688 signaleront qu'à cette date, la main gauche et quelques dents sont également manquantes dans l'ossuaire toulousain.

    Après la Révolution française, en 1805, l'église du Couvent des carmes (ainsi que l'ensemble du couvent) est détruite. Des reliques de la bienheureuse sont alors découvertes dans le mur de l'église, ainsi que des documents placés là en 1688 (documents placés à l'occasion de l'examen des reliques effectué à la suite du processus de béatification). Les reliques sont alors transférées dans la cathédrale Saint-Étienne de Toulouse, et placées dans la chapelle Saint-Vincent-de-Paul. En 1893, à l'occasion de sa prochaine béatification, les reliques sont à nouveau exhumées et placées dans un reliquaire.

    La béatification

    La demande de béatification de Jeanne de Toulouse est faite lors du chapitre général de l'ordre du Carmel à Naples en 1510. L'examen est ouvert en 1616, puis relancé en 1656 et 1688.

    Jeanne de Toulouse est béatifiée par le pape Léon XIII en 1895.

    Le culte de la bienheureuse

    Après son décès, plusieurs miracles lui sont attribués par ses contemporains. Son culte est officiellement autorisé au milieu du XVe siècle par l'évêque Bernard du Rosier.

    Sa mémoire est célébrée le 31 mars en même temps qu'Anne de Toulouse, elle aussi religieuse cloitrée, liée au Carmel et ayant vécu comme recluse à la même période que Jeanne. Considérée comme sainte et célébrée dans l'ordre du Carmel avant sa béatification, la dernière réforme liturgique a retiré sa fête du calendrier des saints de l'ordre du carmel (liste des fêtes devant être obligatoirement célébrées dans l'ordre).

    Iconographie

    La plus ancienne représentation iconographie de Jeanne de Toulouse date de 1472, elle est située dans l'église Saint-Félix de Benaco (Brescia). La bienheureuse est vêtue du manteau blanc des tertiaires de l'ordre. En 1620, le prieur du couvent d'Anvers, Gaspard Rinkens, commanda une peinture de la bienheureuse. Le peintre la représente habillée en carmélite, regardant le crucifix qu'elle tient dans sa main. La bienheureuse fut, par la suite, et jusqu'à aujourd'hui, toujours représentée de cette façon dans l'iconographie religieuse.

    Source :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_de_Toulouse_%28carm%C3%A9lite%29

     

    Fête locale le 31 mars.

    En savoir plus :

    http://www.oksister.com/Saints/jane_of_toulouse.htm

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)