• Bienheureuse Gisèle de Bavière. Epouse de saint Etienne de Hongrie et mère de saint Emeric († 1060)

     
     

    Bienheureuse Gisèle de Bavière († 1060)

    Épouse de saint Étienne de Hongrie et mère de saint Emeric

     

    Bienheureuse Gisèle de Bavière. Epouse de saint Etienne de Hongrie et mère de saint Emeric († 1060)

     

    Gisèle, fille du duc de Bavière Henri le Querelleur, fut l'épouse d'Étienne Ier et la première reine de Hongrie. Décédée vers 1060.

     

    Enfance

     

    Sa mère, une princesse de Bourgogne dont elle reçoit le prénom, la met au monde vers 985, après deux garçons, Henri et Bruno (futur évêque d'Augsbourg), et avant une fille, Brigitte.

    C'est l'époque où son père se réconcilie définitivement avec l'impératriceThéophano, régente d'Allemagne.

    Elle reçoit une éducation chrétienne très poussée, notamment de la part de l'évêque Wolfgang de Ratisbonne, confesseur et conseiller de la cour ducale.

    Toute son enfance, elle voit son père en conflit presque constant avec laHongrie.

    En août 995, son père meurt, laissant la Bavière à son fils aîné, le futur empereur Henri II.

    Gisèle est aussitôt fiancée à l'héritier de la Hongrie.

    Elle a alors une dizaine d'années.

     

    Mariage

     

    Souhaité autant par la cour allemande d'Otton III que par Géza de Hongrie, l'union qui eut lieu au château de Wittelsbach à la fin de 995 ou au début de 996 ne se fit pas sans concessions : les Hongrois cédaient le sud-ouest de la Moravie et le bassin de Vienne.

    De plus, ils acceptaient une évangélisation accrue du pays.

    En échange, la Bavière promettait la paix : durant neuf siècles, la frontière demeura presque stable sur la Morava et la Leitha.

    Une suite nombreuse accompagna Gisèle au pays de son époux et beaucoup étaient des religieux.

     

    Descendance

     

    Étienne lui donna plusieurs fils : l'aîné, peut-être nommé Otton, devait être né avant 1002 et un autre se serait également prénommé Étienne, mais ils sont morts jeunes et les sources qui les mentionnent sont très tardives alors que les informations sont plus riches concernant le cadet, Émeric de Hongrie, qui deviendra Saint Émeric.

    Né en 1007, il mourut pourtant en 1031 avant ses parents.

    La théorie affirmant qu'Agathe, épouse du prince anglais Édouard l'Exilé (ou d'Outremer), était une fille d'Étienne et de Gisèle est aujourd'hui écartée.

     

    Veuvage

     

     
    Chapelle Gisèle à Veszprém

     

    Veuve en 1038, elle vit bientôt Pierre, neveu et successeur de son époux, renier ses engagements vis-à-vis de lui et tyranniser les habitants, elle comprise.

    D'abord dépouillée de ses biens, elle finit par abandonner son pays d'adoption en 1045 pour regagner sa Bavière natale.

    Elle se retira au monastère de Niedernburg, à Passau, y prit le voile et y mourut vers 1060.

    Son tombeau se trouve à Passau, en Bavière.

     

    Elle fut déclarée bienheureuse en 1975.

    Source

     

    Bienheureuse Gisèle de Bavière. Epouse de saint Etienne de Hongrie et mère de saint Emeric († 1060)

     

    Epouse de saint Etienne de Hongrie et mère de saint Emeric († 1060)
    Gisèle, fille du duc de Bavière Henri le Querelleur, fut l'épouse d'Etienne Ier et la première reine de Hongrie. 

    Sa mère, une princesse de Bourgogne dont elle reçoit le prénom, la met au monde vers 985, après deux garçons, Henri et Bruno (futur évêque d'Augsbourg), et avant une fille, Brigitte.

    C'est l'époque où son père se réconcilie définitivement avec l'impératrice Théophano, régente d'Allemagne.

    Elle reçoit une éducation chrétienne très poussée, notamment de la part de l'évêque Wolfgang de Ratisbonne, confesseur et conseiller de la cour ducale.

    Toute son enfance, elle voit son père en conflit presque constant avec la Hongrie.

    En août 995, son père meurt, laissant la Bavière à son fils aîné, le futur empereur Henri II.

    Gisèle est aussitôt fiancée à l'héritier de la Hongrie. Elle a alors une dizaine d'années.

    Souhaité autant par la cour allemande d'Otton III que par Géza de Hongrie, l'union qui eut lieu au château de Wittelsbach à la fin de 995 ou au début de 996 ne se fit pas sans concessions : les Hongrois cédaient le sud-ouest de la Moravie et le bassin de Vienne.

    De plus, ils acceptaient une évangélisation accrue du pays.

    En échange, la Bavière promettait la paix : durant neuf siècles, la frontière demeura presque stable sur la Morava et la Leitha.

    Une suite nombreuse accompagna Gisèle au pays de son époux et beaucoup étaient des religieux.

    Étienne lui donna plusieurs fils, dont le cadet, Émeric de Hongrie, qui deviendra Saint Émeric. Né en 1007, il mourut pourtant en 1031 avant ses parents.

    A la mort de son mari, les puissants du royaume, encore païens, s’emparent alors du pouvoir, la dépouillent de ses biens, la destituent et l’enferment dans un cachot après de nombreux sévices.

    Quand son neveu reprend le trône et chasse les intrigants, il la libère.

    Elle finit par abandonner son pays d'adoption en 1045 pour regagner sa Bavière natale, et se retire dans un monastère de Passau sur le Danube dont elle devient l’abbesse.

    Elle y décède en 1060 après quinze années de vie cachée et priante. 

    Son tombeau se trouve à Passau, en Bavière.

     

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

     

    ← Retour (Le calendrier des saints)