• Abraham. Ancien Testament : Patriarche du peuple Juif († v. -1850 av JC.)

     
     

    Abraham († v. -1850 av JC.)

     Ancien Testament : Patriarche du peuple Juif 

     

     

    Abraham. Ancien Testament : Patriarche du peuple Juif († v. -1850 av JC.)

     

    Abraham (en hébreu : אַבְרָהָם /av.ra.'am/, en arabe : إبراهيم /ib.ra.'him/ « père d’une multitude ») est un personnage de la Genèse, le premier livre de la Bible.

    La littérature rabbinique contient aussi des histoires sur Abraham. Il correspond au personnage Ibrahim du Coran.

    Il est l'un des principaux patriarches du judaïsme et du christianisme.

    Il est présenté comme l'ancêtre des peuples hébreu etarabes.

    De nombreuses études scientifiques établissent de multiples incohérences entre le récit biblique sur Abraham d'une part, et les données archéologiques et historiques d'autre part.

    Elles concluent que le récit biblique est légendaire.

    En l'absence d'inscription, la question de l'existence d'un personnage réel derrière ces légendes reste sans réponse.

    Quand l'épopée d'Abraham était considérée comme un fait historique, on la datait du XIXe siècle av. J.-C..

    Selon la tradition, Abraham est enterré dans le Tombeau des Patriarches, à Hébron.

     

    Récit biblique

     

    Abram

    Abraham, qui est d'abord nommé Abram (en hébreu : אַבְרָםābram, « père haut »), est un descendant de Sem, fils de Noé.

    Il est fils de Terah et a deux frères, Nahor et Haran. Haran meurt en laissant un fils, Loth.

    Abram épouse sa demi-sœur Saraï, qui est stérile.

    Un jour, Abram quitte Ur avec Terah, Saraï et Loth, son neveu.

    Ils s'installent à Harran, où Terah meurt. À l’âge de 75 ans, sur ordre de Dieu, Abram quitte Harran avec Saraï, Loth, ses bergers et ses troupeaux, et va dans le pays de Canaan, à Sichem puis au chêne de Mambré, où Dieu lui promet de donner ce pays à sa descendance.

    Abram y construit un autel, construit un autre autel entre Béthel et Aï où il fait une invocation, puis atteint le Néguev d’où une famine le chasse vers l’Égypte.

    Sur la route, Abram demande à Saraï de déclarer aux égyptiens qu'elle est sa sœur, car il pense être tué s'il se présente comme mari d'une si belle femme, tandis qu'avoir une belle sœur lui vaudra d'être bien traité.

    À leur arrivée, le Pharaon s'attribue Saraï pour femme, et Abram reçoit de nombreux cadeaux.

    Mais Dieu inflige de grands maux au Pharaon, qui après avoir reproché son mensonge à Abram, les congédie.

    Abram passe par le Néguev pour refaire une invocation à l'autel qu'il avait construit entre Béthel et Aï.

    Abram et Loth sont devenus si riches en troupeaux que le pays ne subvient plus à l'ensemble de leurs besoins.

    Une querelle éclate entre leurs bergers, et Abram recommande à Loth de se séparer de lui pour préserver leur fraternité.

    Loth s’installe àSodome ; Dieu redit à Abram qu'il lui donne le pays de Canaan et l'incite à le parcourir, puis Abram s'établit au chêne de Mambré, près d'Hébron, et y construit un autel.

    Un jour, Abram apprend la capture de Loth lors d'un sac de Sodome mené par Kedorlaomer, roi d'Élam et maître de cette ville qui se rebellait.

    Abram poursuit les ravisseurs avec 318 vassaux, les assaille de nuit à Dan, les bat et les poursuit jusque vers Damas, d'où il ramène Loth parmi d'autres prisonniers, et les biens confisqués lors du sac.

    À son retour, Abram est béni par Melchisédech, prêtre de Dieu et roi de Salem, et lui donne la dîme de tout ce qu'il a.

    Puis le roi de Sodome lui dit de conserver les biens récupérés, ce qu'il refuse personnellement, laissant les vassaux qui l'ont accompagné prendre leur part.

    Après ces évènements, Dieu s'adresse à Abram par une vision et conclut avec lui une alliance. Abram se plaint de ne pas avoir d'enfant, et Dieu lui promet une pléiade de descendants.

    Lorsqu'Abram lui demande comment il saura que le pays de Canaan lui appartient, Dieu lui donne une liste d'animaux à lui procurer.

    Abram les coupe en deux, sauf les oiseaux, puis chasse des rapaces qui fondent sur les cadavres.

    Dieu ajoute alors que ses descendants seront pendant 400 ans esclaves d'un autre pays, dont ils sortiront avec de grands biens pour revenir dans le pays de Canaan qu'il leur a donné, et qui s'étend du Nil à l’Euphrate. À Abram, Dieu prédit une heureuse vieillesse.

     

     
    Abraham recevant Agar

     

    Abram accepte la proposition de Saraï qui, pour avoir un fils, lui donne sa servante égyptienne Agar comme femme.

    Tombée enceinte, Agar méprise Saraï, qui s'en plaint à Abram.

    Comme il répond qu'elle peut faire d'Agar ce qu'elle veut, elle la maltraite et provoque sa fuite. Après avoir vu un ange, Agar revient et donne naissance à Ismaël.

    L'alliance d'Abraham

    Treize ans après, Abram a 99 ans, Dieu apparaît et lui propose à nouveau une alliance.

    Il le nomme Abraham, car il lui promet de nombreux descendants parmi lesquels des rois qui régneront sur le pays de Canaan.

    En échange, Abraham et ses descendants devront le reconnaître comme leur Dieu, et pratiquer la circoncision à l'âge de huit jours de tous leurs mâles, esclaves étrangers compris.

    Dieu change le nom de Saraï en Sarah et promet qu'elle enfantera dans un an Isaac, par lequel passera l'alliance, puis s'éloigne après avoir prédit d'Ismaël qu'il engendrera douze princes et une grande nation.

    Le jour même, Abraham circoncit tous ses mâles, dont lui-même, Ismaël et ses esclaves.

     

     
    Abraham recevant la visite de l’Éternel par Gustave Doré

     

    Dieu réapparaît pendant la visite de trois hommes passant près des chênes de Mambré, à qui Abraham offre l'hospitalité.

    Il réitère l'annonciation de la grossesse de Sarah, qui en rit à cause de son âge, ce que Dieu reproche à Abraham.

    Puis les hommes partent pour Sodome et Gomorrhe.

    Sodome et Gomorrhe

    Dieu annonce qu'il va à Sodome et Gomorrhe pour juger ces villes, dont on s'est beaucoup plaint.

    Abraham le supplie de ne pas détruire Sodome s'il y trouve 50 justes. Dieu accepte, puis Abraham négocie jusqu'à obtenir que 10 justes sauvent la cité.

    Dieu s'éloigne, et Abraham rentre chez lui.

    Le lendemain, Abraham voit de loin la fumée qui s'élève de Sodome anéantie, mais Dieu a épargné son neveu Loth.

    Un jour, Abraham va dans la ville de Guérar, et présente Sarah comme sa sœur au roi Abimelech.

    Le roi enlève Sarah, mais avant qu'il la touche, Dieu lui apparaît en songe et le menace de mort s'il ne rend pas sa femme à Abraham.

    Le lendemain, Abraham déclare que Sarah est sa demi-sœur par son père, et qu'il pensait être tué à cause de sa femme dans cette ville impie.

    Abimelech rend Sarah, offre des présents au couple, puis Abraham intercède auprès de Dieu qui avait rendu stériles les compagnes d'Abimelech.

    Naissance et sacrifice d'Isaac

     

     
    L’ange intervient pour stopper le sacrifice d’Isaac, peinture du Caravage

     

    Isaac naît, puis est circoncis à l'âge de huit jours. Alors qu'on fête le sevrage d'Isaac, Sarah demande à Abraham de chasser Ismaël, pour qu'Isaac n'ait pas à partager l'héritage avec Ismaël.

    Abraham en est contrarié, mais Dieu lui dit de toujours écouter Sarah car l'alliance passe par Isaac, et prédit qu'il fera une nation d'Ismaël. Alors Abraham chasse Agar et Ismaël.

     

     
    Abraham renvoyant Agar

     

    Un jour, Dieu dit à Abraham : « Prends ton fils unique ; va-t’en au pays de Morija, et là offre-le en holocauste sur l’une des montagnes que je te dirai ».

    Abraham obéit. Ce faisant, il reconnaît ainsi celui dont il tient l’enfant. Comme le jeune garçon, au verset 7, l’appelle avi, « mon père », et que lui répond béni, « mon fils », ils se sont aussi reconnus mutuellement.

    Au moment du rituel, Dieu intervient par l’intermédiaire d’un ange qui ordonne à Abraham d’épargner Isaac ; Dieu voulait mettre Abraham à l'épreuve.

    Un bélier est sacrifié à sa place.

    La tradition juive place ce sacrifice interrompu sur le Mont Moriah, à l’emplacement actuel du Dôme du Rocher à Jérusalem.

    La tradition musulmane situe le sacrifice, non pas d’Isaac, mais d’Ismaël, dans le désert,

    Dans la tradition juive, le sacrifice d’Abraham est plutôt désigné comme la « ligature » d’Isaac (akeda).

    Le souvenir de ce sacrifice est commémoré à chaque nouvelle année juive, lors de la fête de Rosh Hashana.

    Dans la tradition musulmane, le sacrifice d’Abraham est l’acte fondateur de l’abandon total de la créature à son créateur : le symbole de la confiance absolue en la volonté divine.

    Son souvenir est commémoré chaque année par la fête du sacrifice ou Aïd al-Adha où l’on sacrifie rituellement un bélier.

    Rappelons que dans la tradition islamique, et bien que le Coran ne le désigne pas nommément et que son nom n'apparaisse pas dans la sourate 37, ce n’est pas Isaac mais Ismaël qui est concerné par cette tentative de sacrifice.

    Youakim Moubarac, auteur d’une étude sur le sujet, précise que c’est seulement à partir de Omar b. Abd-el Aziz qu’on en est venu à mettre Ismael en tête.

    C’est une scène souvent représentée dans l’iconographie chrétienne (Rembrandt, Jean Goujon…).

    Sacrifice d'Isaac contesté par une partie des musulmans

    At-Tabarî et Ibn Kathîr s'opposent sur le fait qu’Isaac ou Ismaël soit le fils conduit par Abraham au sacrifice.

    Parmi les arguments avancés (entre autres) le Genèse 22.2 : « Dieu dit : Prends ton fils, ton unique », Isaac ne pourrait être fils unique d’Abraham puisqu'Ismaël - son demi-frère né d'une servante - est plus âgé que lui de quatorze ans selon la Bible.

    Les questions portent simplement sur la définition qui aurait été donnée à l'époque de "fils" : naturel, ou bien légitime.

    Sépulture de Sarah et mariage d'Isaac

    Après la mort de Sarah (Ge 23), une négociation a lieu entre Abraham et les fils de Het (Hittites) à propos du champ et de la grotte de Hébron où sera enterrée Sarah. Éphron, fils de Het, veut les lui donner, Abraham veut les payer. Finalement, il paye.

    Le prix payé par Abraham pour le champ et la grotte est de 400 sicles (שקלshekel) d’argent « au cours du marchand ».

    Abraham ordonne ensuite (Ge 24) à son serviteur (anonyme, mais que le Midrash assimile à Éliézer), d’aller en Mésopotamie (Aram) pour trouver une femme à Isaac.

    Éliézer choisit Rébecca, fille de Betouel, près d’un puits de Paddan Aram, pour sa beauté et sa générosité : elle abreuve non seulement les voyageurs, mais aussi leurs chameaux. Il rentre avec elle à Hébron.

    Après avoir marié son fils, Abraham prend une nouvelle épouse (Ge 25. 1-10), Ketourah, de laquelle il a de nombreux fils : Zimran, Jokschan, Medan, Madian, Jischbak et Schuach. « Il fit des dons aux fils de ses concubines et, tandis qu’il vivait encore, il les envoya loin de son fils Isaac dans le pays d’Orient » (Ge 25. 6). Puis il meurt à l’âge de175 ans « dans une vieillesse heureuse ».

    Il est enterré aux côtés de Sarah au tombeau des Patriarches : « Isaac et Ismaël, ses fils, l’enterrèrent dans la caverne de Macpéla, dans le champ d’Éphron, fils de Tsochar, le Héthien, vis-à-vis de Mamré. »

    Suite

    En savoir plus :

    http://calendrier.egliseorthodoxe.com/sts/stsoctobre/oct09ter.html

     

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)

    ← Les personnages de la bible