• Vendredi de la 12ème semaine du temps ordinaire Année A

     
     

    Vendredi de la 12ème semaine du temps ordinaire

    Année A

     

     

    Première Lecture : 2Rois 25 1–12

    1 En la neuvième année du règne de Sédécias, le dixième jour du dixième mois, Nabukodonozor, roi de Babylone, arriva avec toute son armée devant Jérusalem. Ils campèrent face à la ville et construisirent un retranchement tout autour : 

    2 elle fut assiégée jusqu’en la onzième année du roi Sédécias. 

    3 Le 9 du quatrième mois, la famine était telle dans la ville qu’il n’y avait plus de pain pour le peuple-du-pays. 

    4 C’est alors que s’ouvrit une brèche dans le rempart et, de nuit, tous les hommes de guerre s’enfuirent par la Porte-entre-les-Deux-Murs qui domine le jardin du roi, et ils prirent le chemin de la Steppe. 

    5 L’armée des Kaldéens se lança à la poursuite du roi ; ils l’atteignirent dans la plaine de Jéricho et toute sa troupe se dispersa loin de lui. 

    6 On saisit le roi et on l’amena devant le roi de Babylone, à Ribla ; on le fit passer en jugement. 

    7 Le roi de Babylone égorgea les fils de Sédécias sous ses yeux, puis il lui creva les yeux et l’emmena à Babylone enchaîné d’une double chaîne de bronze.

    8 Le 7 du cinquième mois, on était dans la dix-neuvième année de Nabukodonozor, roi de Babylone, ce fut l’entrée à Jérusalem de Nébouzaradan, chef des gardes et officier du roi de Babylone. 

    9 Il brûla la Maison de Yahvé, le palais royal, et toutes les maisons de Jérusalem. 

    10 Les troupes kaldéennes qui accompagnaient le chef des gardes détruisirent le rempart tout autour de Jérusalem.
        

    11 Nébouzaradan, chef des gardes, déporta le reste de la population : ceux qui étaient restés dans la ville, ceux qui avaient déserté pour passer au roi de Babylone et le reste des artisans. 

    12 Le chef des gardes laissa les petites gens du pays pour travailler comme vignerons et cultivateurs.


    Psaume : Psaume 137 1–6

    1    Sur les bords des canaux de Babel
        nous venions nous asseoir et pleurer,
        nous souvenant de Sion.

    2    Lorsque aux saules de la rive
        nous pendions nos cithares,
     

    3    nos vainqueurs nous demandaient
        de leur redire une chanson.
        Nos bourreaux réclamaient des chants joyeux :
        “Chantez-nous un cantique de Sion !”

    4    Comment chanterions-nous un cantique du Seigneur
        sur une terre étrangère ?
     

    5    Que ma main droite se détache
        si je t’oublie, Jérusalem !
     

    6    Que ma langue se colle à mon palais
        si ton souvenir en moi se perd,
        si Jérusalem n’est plus en tête de mes joies.

     


    Évangile : Matthieu 8 1–4

    1 Jésus descendit de la montagne et une foule nombreuse se mit à le suivre.   

    2 Alors s’approche un lépreux, il se prosterne devant lui en disant : “Seigneur, si tu veux, tu peux me purifier.” 

    3 Jésus étend la main et le touche en disant : “Eh bien, je le veux, sois purifié !” Et aussitôt il est pur : plus de lèpre. 

    4 Alors Jésus lui dit : “Écoute bien, n’en parle à personne, mais va te montrer aux prêtres et présente l’offrande comme Moïse l’a ordonné : tu feras ainsi ta déclaration.”