• Toul, Notre-Dame de Gare le Cou

     
     

     

    Toul

    Notre-Dame de Gare-le-Cou

     

     

    Voici maintenant la légende abrégée de Notre-Dame de Gare-le-Cou :

    « En l'an 1251, après la première croisade du saint roi Louis, Ralbert-Constant, revenant de Terre Sainte, rentrait en France à la suite de cent guerriers ; il était arrivé dans le pays Toulois, et avait vu de loin, sur l'ancienne route romaine, les hautes tours qui dominaient les anciens remparts de Toul ; mais la nuit le surprit et il ne put arriver à temps aux portes de la ville.

    Il s'arrêta dans le vallon de Valcour, arrosé par la Moselle et entouré d'une épaisse forêt.

    Au pied du coteau qui domine aujourd'hui la chapelle, à quelques pas de la voie romaine, se trouvait un autel grossièrement travaillé, sur lequel était placée une statue de la Vierge, tenant sur ses genoux l'enfant Jésus.

    Cette Vierge était en grand renom....

    On était alors au mois de juillet, il était minuit...

    Une bande de voleurs avait aperçu Ralbert Constant se détacher du gros de ses gens et s'éloigner avec quelques compagnons.

    Persuadés qu'il y avait du butin à faire, les brigands avaient suivi les Croisés sans en être aperçus, et s'étaient tenus silencieusement cachés à quelque distance de l'autel et de la statue de Notre-Dame-des-Misères.

    C'était sous ce titre qu'on invoquait la Vierge dans le vallon de Valcour.

    Quand ils crurent le moment propice, les voleurs s'avancèrent, et déjà l'un d'eux allait écraser de sa massue la tête de Ralbert, lorsqu'un bruit effroyable tira tout-à-coup les Croisés de leur profond sommeil ; ils entendirent distinctement ces paroles prononcées par la statue : Gare-le-Col !

    Bientôt Ralbert Constant et ses fidèles compagnons se sont mis en état de défense ; ils se précipitèrent sur les brigands qui croyaient rencontrer une proie facile et qui ne trouvèrent que la mort.

    Ralbert Constant, délivré du danger, promit de revenir, dans l'année, en pèlerinage avec sa femme et et ses neuf enfants, pour ériger une chapelle en l'honneur de Marie, sous l'invocation de Notre-Dame de Gare-le-Col ; ce qu'il exécuta fidèlement. »

    On voit encore, dans une chambre basse qui sert de cuisine, la place qu'occupaient l'autel et la statue de Notre-Dame-des-Misères (1).

    Source : Livre "Mémoires de la Société d'archéologie lorraine et du Musée ..., Volume 1" par Société d'archéologie lorraine et du Musée historique lorrain, Nancy