• Saints Martyrs de Sébaste, 40 personnes († 320)

     

     

     

    Saints Martyrs de Sébaste († 320)

     40 personnes

     

     

     

    Les Quarante martyrs de Sébaste étaient des soldats de la Douzième Légion en garnison à Mélitène en Arménie romaine (Turquie actuelle).

    Vers 320, ils refusèrent, malgré la torture, de renier leur foi chrétienne.

    Ce sont des saints chrétiens fêtés le 9 mars.

    Histoire et tradition

    Arrêtés en mars 320, ils furent obligés de passer la nuit, nus, sur un étang gelé, en plein hiver à Sébaste (aujourd'hui Sivas). On leur promettait des bains chauds s'ils reniaient. Mais ils se soutenaient les uns les autres pour qu'aucun ne se perde. Le seul qui se rendit mourut aussitôt dans le bain à cause du changement trop violent de température. Un des gardiens, converti devant tant de piété, alla le remplacer sur le lac, de manière à maintenir le nombre sacré de quarante. Ils étaient tous morts le lendemain matin.

    La mémoire de leurs quarante noms a été conservée sous plusieurs variantes qui diffèrent assez peu les unes des autres : Acace, Aétius, Alexandre, Angias, Athanase, Candide (ou Claude), Cyrille, Dométien, Domnus, Ecdikios, Élie, Eunoïque, Eutychius, Flavius, Gaïus, Gorgonius, et un second Gorgonius, Hélien, Héraclius, Hésychius, Jean, Khoudion, (Léonce), Lysimaque, Mélèce, Méliton, Nicolas, Philoktimon, Priscus, Quirion, Sacerdon, Sévérien, Sisinius, Smaragde, Théodule, Théophile, Valens, Valère, Vivien, Xanthias, et le gardien Aglaïos.

    Cette persécution avait été ordonnée par Licinius, empereur en Orient, alors qu'il était convenu avec Constantin Ier, empereur en Occident, de laisser aux chrétiens leur liberté de conscience (Édit de Milan). Pour faire respecter la fin des persécutions, Constantin prit les armes contre Licinius, le vainquit et devint seul empereur romain.

    Le plus ancien témoignage écrit de leur martyre est un sermon attribué à saint Basile (BHL 7541).

    Une ville du Sud de l'Albanie porte le nom de ces martyrs, très vénérés dans tout le monde chrétien, Sarandë, du mot grec « Saranda » qui signifie « Quarante ».

    Guillaume Apollinaire utilise cette référence dans le poème La Chanson du mal-aimé, paru en 1913 dans son recueil Alcools, comme une image de la constance amoureuse au milieu des souffrances :

    J'ai hiverné dans mon passé
    Revienne le soleil de Pâques
    Pour chauffer un cœur plus glacé
    Que les quarante de Sébaste
    Moins que ma vie martyrisés

    Source :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Quarante_martyrs_de_S%C3%A9baste

     

    Ils étaient quarante militaires de la XIIe légion, Fulminata (la Fulminante), cantonnée à Sébaste en Petite-Arménie, lorsque l'empereur Licinius ordonna à toute l'armée de renouveler son serment de fidélité en sacrifiant aux dieux.

    Ces quarante soldats se déclarèrent chrétiens et ils furent condamnés à être jetés, nus, sur un étang gelé et à mourir de froid, lentement, alors qu'au bord de l'étang des thermes bien chauffés tentaient de les séduire.

    Un seul apostasia et fut immédiatement remplaçé par le gardien des thermes, impressionné par leur courage.

    Au matin, ceux qui étaient encore en vie, furent tués à coups de barres de fer.

    Leurs reliques furent tout de suite l'objet d'un culte très populaire.

    Illustration, site de la paroisse de Pouilly en Auxois: saint Vivien, martyr. 

    Près de Sébaste en Arménie, l’an 320, la passion des saints quarante soldats cappadociens.

    Au temps de l’empereur Licinius, frères non par le sang mais par la foi, ils déclarèrent avec force qu’ils étaient chrétiens et, sur l’ordre du préfet Agricola, après avoir été enchaînés et avoir subi des tourments atroces, ils furent exposés nus au grand air, toute une nuit, durant un hiver très rigoureux, sur un étang glacé.

    Leurs corps, contractés par le froid, se disloquaient, et enfin ils eurent les jambes rompues pour achever leur martyre.

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)