• Saint Ruellin, Confesseur († 650)

     
     

    Saint Ruellin ou Rivelin († 650)

    Confesseur

     

    Saint Ruellin, Confesseur († 650)

     

     

    Saint Ruelin (ou saint Rivelin) fut évêque de Tréguier au VIe siècle, succédant à saint Tugdual.

    Il fait partie des nombreux saints bretons plus ou moins mythiques de l'ancienne Armorique non reconnus officiellement par l'église catholique.

    Hagiographie

    Image illustrative de l'article Saint Ruelin

     Châteauneuf-du-Faou : chapelle Saint-Ruelin du Moustoir, statues de saint Ruelin (à droite) et de saint Louis

     

    Disciple de saint Tugdual et ayant immigré en Armorique vers l'an 540, venant de l'île de Bretagne (Grande-Bretagne actuelle), Ruelin aurait construit au VIe siècle un ermitage, transformé par la suite en monastère, au Moustoir, future trève de la paroisse de Châteauneuf-du-Faou.

    Sa biographie est presque inconnue.

    Saint Tugdual se mourant à Tréguier, les prêtres de son chapitre le prièrent de les conseiller dans le choix de son successeur et il désigna le moine Ruelin, qui fut élu évêque.

    Mais son élection fut contestée par Pergat, chanoine et archiprêtre de Lexobie qui gagna une partie du clergé et du peuple à sa cause.

    « Pour remedier à ce Schisme, on assembla un synode à Lexobie, où furent convocquez les plus habiles & Doctes Ecclesiastiques de tout le Diocese, pour decider ce different, & terminer une affaire de si grande importance ».

    Il fallut une apparition de Tugdual pour que Pergat abandonne ses prétentions et se retire, finissant ses jours dans la pénitence à Pouldouran, menant une vie de sainteté.

    Ses traces dans la Bretagne actuelle

    • la chapelle Saint-Ruelin au Moustoir en Châteauneuf-du-Faou (Finistère).
    • le culte de saint Ruelin est attesté en 1770 dans le "bréviaire de Tréguier", mais a disparu depuis dans l'ancien diocèse de Tréguier.
    • une chapelle Saint-Ruelin existait à Avessac (Loire-Atlantique) (disparue après la Révolution française).
    • de nombreux noms de famille en sont peut-être issus (incertain) : Rivalland, Ruelland, Ruellant, Ruellen, Ruelen, fréquents dans les Côtes-d'Armor et le Finistère, mais une autre explication est parfois donnée, semblant toutefois plus douteuse, rapprochant de nom de famille de ceux de Rioual ou Rivoal.
     

    Disciple de saint Tugdual, il fut désigné par lui pour être son successeur. Il fut un grand évêque, remarquable par la pureté de sa vie, sa science et sa douceur. 

    Doyenné de Baud - Melrand - Pardon de Saint Rivalain - 18 Septembre 2011 - diocèse de Vannes.

    Site de la commune de Melrand.

    Melrand, Saint-Rivalain, 56150 : à quelques pas de là, près du confluent de la Sarre et du Blavet, se trouve une grotte de dix pieds environ de profondeur : c'était, suivant la tradition, l'ermitage de saint Rivalain.

    On s'y rend en procession, dans les temps de sécheresse, pour obtenir de la pluie par l'intercession du saint.
    (infoBretagne - Melrand)


    Saint Rivelin (ou saint Ruelin) fut selon la tradition évêque de Tréguier, peut-être de 564 à 598.

    En savoir plus :

    http://grandterrier.net/wiki/index.php?title=Sant_Rivelin

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)