• Saint Philippe (1er s.)

     
     

    Saint Philippe (1er s.)

     

    Saint Philippe (1er s.)

     

    Dans les évangiles et le livre des Actes des Apôtres, Philippe fut l'un des douze apôtres accompagnant Jésus-Christ.

    Biographie

    Image illustrative de l'article Philippe (apôtre)

     Saint Philippe, par Giuseppe Mazzuoli,

    archibasilique Saint-Jean-de-Latran de Rome

     

    Originaire de Galilée, il est né à Bethsaïde, sur les bords du lac de Tibériade, comme Pierre et André.

    Il fut, comme André, un disciple de Jean-Baptiste avant de suivre Jésus.

    Jean rapporte comment il a été appelé par Jésus et comment il a présenté à celui-ci son ami Nathanaël (dont le nom apparaît seulement chez cet évangéliste et que l'on identifie généralement avec Barthélemy).

    C'est à lui que Jésus s'adresse avant la première multiplication des pains (Jean, VI 5-7), c'est à lui que se présentent les païens avant d'approcher Jésus (Jean, XII 21-22), et lors de la Cène c'est lui qui demande à Jésus de leur montrer le Père (Jean, XIV 7-12).

    Après la Pentecôte, il serait parti évangéliser des régions d'Asie Mineure et prêcha aux Scythes.

     

     Saint Philippe (St Isaac - Saint-Pétersbourg)

     

    Il aurait été lapidé puis crucifié à Hiérapolis (actuellement Pamukkale) en Phrygie, sous Domitien ou sous Trajan.

    Cependant, il semblerait que parce qu'il portait un nom grec et était natif de Bethsaïde, il fut confondu avec André.

    D'autres historiens comme Eusèbe de Césarée, qui citePolycrate, ou Clément d'Alexandrie disent qu'il serait mort très vieux, de mort naturelle, et aurait été enterré à Hiérapolis (voir plus bas).

    Sa fille Hermione (très hypothétique) aurait subi le martyre à Éphèse.

    Sa tombe aurait été retrouvée, fin juillet 2011, à Hierapolıs (Pamukkale, Turquie) sous les vestiges d'une ancienne église, près de son martyrium.

     

     Antoine van Dyck, vers 1619-1621
    Saint Philippe
    Kunsthistorisches Museum de Vienne

     

    Attribut

    Attribut : croix à double ou triple traverse. Crucifié, comme Simon-Pierre, la tête en bas, Philippe est achevé à coups de pierres.

    C’est néanmoins avec le principal instrument de son martyre, la croix à double ou triple traverse, qu’il est représenté.

    Source 

     

    Saint Philippe était originaire de Bethsaïde en Galilée, compatriote des Saints Apôtres Pierre et André.

    Il était si attentif à méditer la Loi et les Prophètes qu'il en méprisait tous les soucis du monde et demeura vierge toute sa vie.

    Peu après son Baptême par Jean et l'appel de Saint André, le Seigneur Jésus recontra Philippe et lui dit : «Suis-moi !»

    Celui-ci s'exécuta aussitôt et alla trouver Nathanaël pour lui dire : «Celui dont Moïse a parlé dans la Loi, ainsi que les Prophètes, nous l'avons trouvé : c'est Jésus, fils de Joseph, de Nazareth. » (Jn 1:45).

    Par la suite il suivit et servit fidèlement Jésus pendant toute sa prédication.

    C'est lui qui, au cours du dernier entretien avec le Maître, lui demanda : «Seigneur montre nous le Père, et cela nous suffit». Et le Christ lui répondit avec tristesse : «Il y a si longtemps que je suis avec vous et tu ne me connais pas, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père». (Jn 14:9).

    Après l'Ascension de notre Seigneur et la descente du Saint Esprit, Philippe fut désigné par le sort pour évangéliser la province d'Asie (partie occidentale de l'Asie-Mineure).

    Accompagné de l'Apôtre Bartholomée (commémoré le 25 août) et de sa soeur selon la chair, Mariamne, il traversa la Lydie et la Mysie en proclamant l'Evangile au milieu d'innombrables épreuves.

    Ils endurèrent les coups, les flagellations, les emprisonnements et les lapidations de la part des païens, sans jamais perdre leur joie et leur espérance dans le Christ qui leur donnait la force.

    Les conversions se multipliaient à leur passage, et ils parvinrent même à conduire à la foi la propre femme du proconsul d'Asie, Nicanor.

    Après avoir rencontré Saint Jean le Théologien, Philippe se rendit à Hiérapolis, où il fut capturé par les païens, traîné à terre sur la place centrale et crucifié la tête en bas en compagnie de Saint Bartholomée.

    Malgré ses souffrances, le Saint priait ardemment.

    Au moment où il rendit l'âme, la terre s'ouvrit soudain et engloutit un grand nombre de païens, leurs Prêtres et même le proconsul.

    Effrayés, les autres impies se précipitèrent vers Bartholomée et Mariamne, qui étaient encore vivants.

    Ils les décrochèrent et leur demandèrent d'être reçu dans la Sainte Eglise du Christ.

    Après avoir enseveli dignement les restes de Saint Philippe et avoir placé Stachys comme Evêque de la ville, Saint Bartholomée et Sainte Mariamne partirent continuer leur prédication en Lycaonie.

    Source 

    En savoir plus : 

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome02/066.htm

    En savoir plus : 

    http://fr.orthodoxwiki.org/Ap%C3%B4tre_Philippe_(un_des_Douze)

     

     

     ← Retour (Les saints par ordre alphabétique)

    ← Retour (Le calendrier des saints)

    ← Les personnages de la bible