• Saint Maurice et ses compagnons de la légion thébéenne, militaires romains martyrisés à Auganuum († v. 287)

     
     

    Saint Maurice 

    et ses compagnons de la légion thébéenne

    militaires romains martyrisés à Auganuum († v. 287)

     

    Saint Maurice et ses compagnons de la légion thébéenne, militaires romains martyrisés à Auganuum († v. 287)

     

    Maurice d'Agaune ou saint Maurice et ses compagnons coptes venus d'Égypte soldats thébains, martyrs du Valais, sont morts pour leur foi vers la fin du IIIe siècle.

    Il est fêté le 22 septembre, ou, parfois, le 27 décembre par confusion avec Maurice d'Apamée.

    Ils avaient reçu l’ordre de tuer tous les habitants près d'Octodure (Martigny) au Nord des Alpes car ils étaient tous déjà chrétiens, grâce àsaint Materne.

    Son refus et celui de sa légion furent la cause du célèbre martyre. Les modèles chrétiens de Zabulon et Nephtali, existent encore près de Sion en Suisse.

    Saint Sigismond, burgonde, est le premier roi-saint chrétien au Nord des Alpes. Il fonde un monastère qu'il dote, puis le 22 septembre 515, y inaugure la louange perpétuelle de saint Maurice.

    Dans les siècles qui suivirent la noblesse du Royaume de Bourgogne (actuellement : Franche-Comté, Lyonnais, Pays de Savoie, Dauphiné, Provence) mais aussi du Saint Empire (depuis Henri IV) vouèrent un véritable culte à saint Maurice.

    Le récit d'Eucher

     

    Saint Maurice et ses compagnons de la légion thébéenne, militaires romains martyrisés à Auganuum († v. 287)

     

    « Il y avait à cette époque une légion de soldats, de 6 500 hommes, qu'on appelait les Thébains. Ces guerriers, valeureux au combat, mais plus valeureux encore dans leur foi, étaient arrivés des provinces orientales pour venir en aide à Maximien. Comme bien d'autres soldats, ils reçurent l'ordre d'arrêter des chrétiens. Ils furent toutefois les seuls qui osèrent refuser d'obéir. Lorsque cela fut rapporté à Maximien, qui se trouvait alors dans la région d'Octodurum (Martigny aujourd'hui), il entra dans une terrible colère. Il donna l'ordre de passer au fil de l'épée un homme sur dix de la légion, afin d'inculquer aux autres le respect de ses ordres.

    Les survivants, contraints de poursuivre la persécution des chrétiens, persistèrent dans leur refus. Maximien entra dans une colère plus grande encore et fit à nouveau exécuter un homme sur dix. Ceux qui restaient devaient encore accomplir l'odieux travail de persécution. Mais les soldats s'encouragèrent mutuellement à demeurer inflexibles. Celui qui incitait le plus à rester fidèle à sa foi, c'était saint Maurice qui, d'après la tradition, commandait la légion. Secondé par deux officiers, Exupère et Candide, il encourageait chacun de ses exhortations. Maximien comprit que leur cœur resterait fermement attaché à la foi du Christ, il abandonna tout espoir de les faire changer d'avis. Il donna alors l'ordre de les exécuter tous. Ainsi furent-ils tous ensemble passés au fil de l'épée. Ils déposèrent les armes sans discussion ni résistance, se livrèrent aux persécuteurs et tendirent le cou aux bourreaux. »

    Représentation

    • On le représente habillé en soldat, avec parfois la peau noire, portant l'épée, la palme et le vexillum romain.
    • Il figure sur une œuvre de Matthias Grünewald (1535) en compagnie de saint Érasme, à Munich.
    • Il est présent sur les armoiries de Cobourg
    • Il est représenté en cavalier sur l'un des rempants du fronton de la cathédrale Saint-Maurice de Vienne (Isère)

    Patronage

    Saint Maurice est le saint patron du duché de Savoie, du Saint Empire romain germanique, des chasseurs alpins, des gardes suisses, des teinturiers et des malades de la goutte, ainsi que de nombreuses unités de l’armée française : il est ainsi le saint-patron de l'Infanterie.

    Source 

    Saint Maurice patron des fantassins.

    Source : http://anorinfanterie.free.fr/Html/SaintMaurice.htm

    En savoir plus :

    http://missel.free.fr/Sanctoral/09/22.php

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

     

    ← Retour (Le calendrier des saints)