• Saint martin du canigou : l'abbaye

     
     

     

    L'abbaye Saint Martin du Canigou

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    L’abbaye Saint-Martin du Canigou (Sant Martí del Canigó, en Catalan), est considérée comme la grande merveille des Pyrénées-Orientales. A 1055 mètres d'altitude, elle est accrochée à un piton rocheux de la montagne du Canigou.

    Il faut marcher pendant plus de 40 mn pour y accéder depuis le village de Casteil, sur une distance de 1600m de lacets avec un dénivelé de 300m. Il est possible de s'y faire accompagner en 4X4.

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye



    Son histoire

    L'abbaye a été fondée en 1005 par Guifred Cabreta : comte de Cerdagne et de Conflent. Le monastère reçoit une communauté de l'ordre de Saint Benoît.

    Elle est consacrée une première fois en 1009 par l'abbé Oliva, frère de Guifred et évêque d'Elne.

    L'abbé Oliva (frère de Guifred et évêque d'Elne) dirigeant déjà Ripoll et St Michel de Cuxa,  prend aussi la tête de St Martin du Canigou. L'abbaye se procure dans un premier temps des reliques par un moyen peu avouable (mais fort répandu) : le vol. Il s'agit des reliques de St Gaudérique, un saint local très vénéré dans le Rousillon (invoqué contre la sécheresse). L'afflux des dons permet une reconstruction.

    La nouvelle consécration a lieu en 1026.

    Le comte Guifred s'y fera moine en 1035, jusqu'à sa mort en 1049. Ses deux femmes Guisla et Elisabeth y seront enterrées avec lui.

    Dès la fin du 12e siècle, les malheurs de l'abbaye vont s'enchaîner : mise à sac par des mercenaires, pillage par les deux armées des rois d'Aragon et de Majorque qui se font la guerre pour conquérir le pays, effondrement d'une des deux tours-clochers lors du tremblement de terre de 1428 qui ravage la Catalogne. 


    Comme souvent, le passage sous le régime de la commende entraîne le déclin de l'abbaye. Elle est fermée en 1783.

    Les reliques de St Gaudérique sont transférées à Perpignan.

    C'est alors l'abomination de la désolation qui commence (intempéries, pillages, …) : les toits et les murs s'écroulent, les chapiteaux sont pillés.

    En 1902, Mgr de Carsalade du Pont, l'évêque de Perpignan, entreprend des travaux de restauration. Ces travaux dureront jusqu'à sa mort en 1932 et reprendront en 1952 à l'initiative du père Bernard de Chabannes. L'abbaye est actuellement occupée par la communauté catholique des Béatitudes.

    L'église abbatiale est un mélange de style pré-roman et de roman primitif. De l'an 1000 subsiste une crypte (église basse). Certains archéologues la font remonter au 8e siècle, au temps des carolingiens. Superposée à la crypte, l'église abbatiale est consacrée en 1026. L'ensemble jouxte un cloître, qui donne accès à la salle capitulaire, au réfectoire, au dortoir. Au premier étage du clocher-tour se trouve une petite chapelle dont le patron est Saint-Michel.

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    L'église inférieure est majoritairement souterraine, et sa hauteur sous voûte n'excède guère 3 mètres. La partie orientale (absides et travée attenante) remonte vraisemblablement à la consécration de 1009, tandis que le reste de l'édifice date des années 1010-1020, en concomitance avec les travaux menés après l'acquisition des reliques de saint Gaudérique et la nouvelle consécration de l'église. Elle est dédiée à "Notre Dame sous terre".

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    L'église supérieure Sa construction date des années 1010-1020 (en même temps que l'agrandissement de l'église inférieure). Sa construction a nécessité le renforcement des colonnes de l'église inférieure, qui furent englobées dans des piles carrées. Comme l'église inférieure, l'église Saint-Martin est composée de trois nefs, séparées par des colonnes monolithes et voûtées en berceau en plein cintre (sauf entre la troisième et la quatrième travée, où la paire de support est de forme cruciforme et soutient un arc doubleau). Plus tardivement, on a adjoint à cette église une petite chapelle afin d'y placer les reliques de saint Gaudérique : cela a résulté dans la création d'une quatrième abside au chevet de l'église.

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

    Saint martin du canigou : l'abbaye

    La tour-porche ne fait plus que 19 mètres, après sa destruction partielle en 1428. Elle ne fut en effet jamais rétablie totalement. Le crénelage date de la reconstruction.

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    Le cloître :

    Les restaurations des années 1900-1920 furent assez libres dans le cloître, dont il est difficile d'imaginer l'aspect original. Il a la forme d'un quadrilatère irrégulier (14 mètres de longueur pour les galeries nord, sud et est, 10 mètres pour la galerie occidentale).

    Il comportait deux niveaux, construits pour le premier au tout début du XIe siècle et pour le deuxième à la fin du XIIe siècle. Le niveau inférieur, qui présentait des galeries voûtées et des arcades en plein cintre dénudées de tout décor, n’a conservé que trois galeries qui ont été fortement restaurées, leur faisant perdre leur caractère d'origine. Le niveau supérieur, couvert en appentis, possédait des chapiteaux de marbre, qui furent éparpillés après la fermeture du monastère à la Révolution. La restauration a permis d'en récupérer certains, qui furent intégrés dans la nouvelle galerie méridionale. Cette galerie est en effet pure fantaisie, car l'aile méridionale des bâtiments conventuels avait totalement disparue et sa reconstruction était invraisemblable : d'où l'établissement de cette galerie sud, ouvrant sur le précipice, et réutilisant des chapiteaux tant de l'ancien étage supérieur (en marbre blanc, vers 1170) que d'autres leur étant postérieurs (marbre rose, courant XIIIe siècle).

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    Les pierres tombales, de style gothique, de trois abbés de Saint-Martin sont insérées dans les piliers du cloître.

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    Les tombes : Un auvent situé au pied du clocher abrite deux tombes qui furent celles du Comte Guifred et de sa deuxième épouse, la Comtesse Elizabeth.  D'après la tradition, c'est le Comte lui-même, devenu moine bénédictin à l'Abbaye St Martin, qui les a creusées dans roc.

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

     

    La montée jusqu'à l'abbaye
     
     
     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye

     

    Saint martin du canigou : l'abbaye