• Saint Marc. Un des quatre évangélistes (1er s.)

     
     

    Saint Marc, évangéliste (1er s.)

     

     

     

    Marc né Jean surnommé Marcus, est l'un des premiers convertis au christianisme et à l'évangélisation de l'Empire romain par l'apôtre Pierre.

    Il est disciple évangéliste des apôtres Pierre et Paul et l'auteur de l'Évangile selon Marc du Nouveau Testament.

    Son Évangile est le second du Nouveau Testament et des trois évangiles dits « synoptiques » avec l'Évangile selon Matthieu et l'Évangile selon Luc.

    Biographie

     

     

    Marc est né dans la province romaine de Cyrénaïque.

    Ses facultés d'helléniste lui ont valu le nom de Marcus.

    Sa mère, qui se prénommait Marie (12 Actes 12, 12) était la tante de Barnabé, puisqu'il est dit que celui-ci était le cousin de Marc (10 Col 4, 10).

    Il est un des premiers apôtres convertis au christianisme et à l'évangélisation de l'Empire romain par l'apôtre Pierre.

    D'après Papias de Hiéropolis, il était l'interprète de Pierre.

    Il devient le disciple de l'apôtre évangéliste Paul de Tarse qu'il suit avec son cousin Barnabé dans le premier voyage de Paul en Asie Mineure.

    Mais auparavant il part avec Paul et Barnabé évangéliser l'île de Chypre.

    Barnabé est en effet d'origine chypriote.

    A Paphos, alors capitale de l'île, ils convertissent le proconsul romain Sergius Paulus.

    Saul, qui prend désormais le nom de Paul, devient le chef de la mission à la place de Barnabé et décide de quitter Chypre pour la ville de Pergé en Asie mineure. 

    Marc souhaiterait rester évangéliser Chypre, rien n'est dit sur le sujet (cf. Actes 13, 13).

    Sur la route de Perge, il s'oppose à Paul et repart pour Jérusalem.

    Cinq ans plus tard environ, au début des années 50, Marc retrouvera Paul et Barnabé à Antioche.

    A Barnabé qui voudrait reprendre son neveu dans la mission, Paul oppose un refus : cette fois Marc et Barnabé le quittent pour aller évangéliser Chypre, tandis que Paul repart pour l'Asie Mineure avec Silas.

    Ce n'est qu'une dizaine d'années plus tard (vers l'an 62) que Marc retrouve Paul alors prisonnier à Rome.

    Marc est devenu le disciple, le secrétaire et le compagnon inséparable de l'apôtre Pierre avec qui il a évangélisé les juifs de Judée.

    Il dirige alors des communautés juives de Rome. Paul le nommera dès lors « son collaborateur ».

    Il est l'interprète en latin de Pierre et il participe aux travaux apostoliques de celui-ci.

    Il évangélise et convertit lespaïens de Rome, leur explique la culture juive, traduit les écrits bibliques araméen et hébraïque en latin et rédige le second évangile sous la dictée des souvenirs de Pierre aux alentours de l'an 65 durant la captivité puis le martyre de Paul par les autorités romaines

     

     
    La translation du corps de saint Marc, XIIIe s., basilique Saint-Marc de Venise

     

    Il quitte l'Italie pour retourner évangéliser dans la Pentapole et en Égypte où il fonde l'Église d'Alexandrie, dont il devient le premier évêque.

    Ses plus célèbres successeurs sont Saint Athanase l'apostolique ou Saint Cyrille le Grand.

    Il est capturé et martyrisé par les idolâtres irrités de ses nombreuses conversions et meurt en martyr de la chrétienté en 67.

    Ses reliques furent conservées dans une petite chapelle du petit port de pêche de Bucoles proche d'Alexandrie où il avait souffert le martyre.

    En 828, la ville de Venise en Italie qui a alors comme patron saint Théodore, se cherche un nouveau puissant protecteur céleste pouvant rivaliser avec Rome et son saint patron l'apôtre Pierre.

    Deux marchands vénitiens se débrouillent pour aller voler ses reliques dans la petite chapelle où elle se trouve depuis sa mort.

    Il est à noter que St Marc était venu évangéliser la région vénitienne au Ier siècle par bateau et avait fait naufrage dans la lagune qui allait donner naissance en 452 à la Sérénissime.

    Un ange lui aurait apparu et lui avait alors dit ces mots : « Paix sur toi Marc mon évangéliste, tu trouveras ici le repos ».

    Les reliques subtilisées, on fera alors spécialement construire pour l'occasion la basilique Saint-Marc, afin d'abriter ces reliques auxquelles l'église catholique romaine prêtait à l'époque des pouvoirs divins.

    Saint Marc devient ainsi le Saint Patron de la ville avec le lion commesymbole (Tétramorphe), au même titre que l'ange pour saint Matthieu, l'aigle pour saint Jean et le taureau pour saint Luc.

    Le vol de ces reliques par les vénitiens empoisonna durant des siècles les relations entre l'église romaine et l'Église copte orthodoxe.

    En juin1968, le pape Paul VI décida finalement de les restituer aux Coptes, celles-ci reposant aujourd'hui sous l'autel de la Cathédrale Saint-Marc (en) au Caire.

    La Saint-Marc est fêtée tous les ans le 25 avril.

    L'Évangile canonique de St Marc

    Le prétendu Évangile secret de Marc

    Une lettre de Clément d'Alexandrie qui aurait été découverte en 1958 par Morton Smith et qu'il a publiée en 1973 fait état de l'existence d'une version longue de l'Évangile de Marc, intitulée Évangile secret.

    Clément en citerait deux passages, qui figurent dans l'Évangile canonique, au chapitre 10.

    Clément ajoute que Marc a publié deux versions de son Évangile, l'une pour les catéchumènes, l'autre, rédigée à Alexandrie, pour des chrétiens plus avancés, pour « ceux qui ont été initiés aux grands mystères », et qui contient des paroles ou des actes de Jésus, mais secrets, mystérieux.

    Seulement, personne d'autre que Morton Smith n'a pu examiner sérieusement le manuscrit qu'il dit avoir découvert et qui a depuis disparu.

    On n'en a qu'une photographie qui n'écarte pas la possibilité que le texte ait été écrit par Morton Smith lui-même, qui avait pour faire les compétences requises.

    Selon Morton Smith, la scène d'initiation décrite dans l'Évangile secret de Marc serait une pratique du Jésus historique.

    Selon W. Wink (1974), l'Évangile secret développerait l'Évangile canonique en imitant le style de saint Marc. Selon d'autres savants (H. Koestler 1983, J. D. Crossan 1985, M. W. Meyer 1990), l'Évangile secret serait antérieur à l'Évangile canonique, qui serait l'Évangile secret expurgé des éléments initiatiques, magiques.

    Enfin d'autres pensent, et c'est le plus vraisemblable, qu'on serait en présence d'une habile supercherie.

    Le lion de saint Marc

     

     
    Marc et son attribut, le lion, Chroniques de Nuremberg, 1493

    Saint Marc est symbolisé par un lion d'après l'un des premiers versets de son évangile :

    « Une voix crie dans le désert... »

    — Mc 1,3

    Les quatre évangélistes sont représentés sous formes allégoriques du tétramorphe : l'ange pour saint Matthieu, l'aigle pour saint Jean, letaureau pour saint Luc et le lion pour saint Marc.

    Cette représentation est inspirée par une vision du prophète de l'Ancien Testament Ezéchielet par la description des quatre Vivants de l'Apocalypse selon saint Jean.

    Le lion symbolisant saint Marc est généralement ailé, ce qui le distingue du lion de saint Jérôme.

    Il faut signaler que le Lion de Saint-Marc, fut l'emblème de la République de Venise.

    Source

    Selon la tradition, l'évangile de Marc est un récit fidèle des mémoires du Christ par saint Pierre. Pour cela, les notaires l'ont pris pour patron.

    Les éleveurs de bétail, en Espagne, l'ont officiellement pour patron depuis la déclaration de Pie XII en 1951. Il est également un des patrons des vitriers,des interprètes et des pharmaciens, sans que l'on sache très bien pourquoi.

    Source

    En savoir :

    http://missel.free.fr/Sanctoral/04/25.php

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/voragine/tome01/061.htm

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

     

    ← Retour (Le calendrier des saints)

     ← Les personnages de la  bible