• Saint Gérard de Corbie († 1095)

     
     

     

    Saint Gérard de Corbie († 1095)

    Confesseur

     

    Saint Gérard de Corbie († 1095)

     

    Gérard de Corbie (vers 1025 – 1095), du nom de son lieu d'origine, parfois Gérald ou Géraud de la Sauve-Majeure, suivant le nom de sa fondation, est un abbé bénédictin.

    Biographie

    Gérard naît à Corbie, en Picardie vers 1025.

    Il est élevé à l'abbaye du lieu dont il devient plus tard moine-cellérier.

    Souffrant d'incessantes et violentes migraines, il se rend en pèlerinage sur le Monte Gargano puis sur le Monte Cassino pour solliciter l'intercession de saint Michel et de saint Benoît.

    Lors de son séjour à Rome, il est ordonné par le pape Léon IX.

    À son retour, il écrit une hagiographie de saint Adalard, ancien abbé de Corbie.

    Après un pèlerinage en Palestine, il est élu abbé de Saint-Vincent à Laon mais les moines n'acceptent ni son autorité ni l'imposition d'une discipline stricte.

    Il renonce à Laon au bout de cinq ans avec l'objectif de devenir abbé de Saint-Médard à Soissons mais n'y parvient pas.

    Il envisage alors d'instaurer une abbaye bénédictine. Guillaume VIII de Poitiers, duc d'Aquitaine, lui donne une immense étendue de forêt près de Bordeaux. Gérard y fonde l'abbaye de la Grande-Sauve dont il est le premier abbé.

    Il développe au sein d'une puissante communauté des avancées significatives dans la règle de Saint-Benoît ans que dans le mode de vie monacal, sous l'influence notable de Cluny.

    Il initie la pratique de la célébration de l'Office des Morts (en) durant trente jours après le décès d'un membre de la communauté.

    L'une de ses recommandations constantes à ses moines est de fuir toute discussion.

    Il meurt à l'Abbaye de la Grande-Sauve en 1095. Il est canonisé par le pape Célestin III en 1197.

    Son gisant, exécuté dans la pierre au XIIIe siècle et classé monument historique par un arrêté du 26 septembre 1903, est exposé dans l'église Saint-Pierre de La Sauve.

    Une statue de la même époque représentant le saint et classée par un arrêté du 21 juillet 1975 se trouve dans l'abbaye de la Sauve-Majeure.

    Source :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_de_Corbie

     

    Né à Corbie en Picardie, il est cellérier à l'abbaye de cette ville, mais, parce qu'il est atteint de migraines continuelles, il s'en va de pèlerinage en pèlerinage dans l'espoir que saint Michel au Monte Gargano ou saint Benoît au Mont-Cassin ou bien d'autres, l'en délivrent.

    Plus tard, guéri, il continuera ses pérégrinations, en Terre Sainte, à Paris pour vénérer saint Denis, à Tours pour prier saint Martin.

    Désormais il est sans cesse sur les routes avec deux autres religieux.

    Ils n'arrêtent jamais leurs voyages jusqu'au jour où ils croisent à Poitiers le duc d'Aquitaine qui leur offre une immense forêt entre Dordogne et Garonne.

    Ils décident d'arrêter leur vie de pèlerins et s'établissent en fondant le monastère de la Grande-Sauve (en latin : Magna Silva - grande forêt) où ils mènent une vie religieuse exemplaire et paisible.

    De cette abbaye, naîtra une importante congrégation bénédictine.

    Il naquit à Corbie vers 1025.

    II devint moine dans l'abbaye de cette ville puis fut élu abbé de Saint-Vincent de Laon.

    Les difficultés qu'il rencontra dans le gouvernement de ce monastère le portèrent à le quitter.

    Il effectua divers pèlerinages et vint s'établir près de Bordeaux dans l'Entre-Deux-Mers, au milieu de la forêt de la Grande-Sauve.

    II y fonda une communauté, le 28 octobre 1079, qui donna naissance à un important monastère.

    Le concile de Bordeaux, en 1080, reconnut cette maison qui ne tarda pas à prendre une grande expansion à travers la France, en Espagne et en Angleterre.

    Lors du premier chapitre général (28 octobre 1094) il y avait déjà dix monastères groupés autour de celui de la Sauve.

    Dans l'Entre-Deux-Mers même, Gérard et ses compagnons accomplirent une œuvre considérable, construisant une des plus grandes et des plus belles abbayes du Sud-Ouest, ouvrant à la vie des régions jusque-là arriérées.

    II mourut le 5 avril 1095.

    II fut canonisé par le pape Célestin III le 27 avril 1197 : ce fut une des premières canonisations de l'histoire accomplie suivant la procédure établie par la cour romaine.

    Jusque-là on s'en tenait à la voix populaire.

    Les reliques de saint Gérard sont aujourd'hui conservées dans l'église paroissiale de La Sauve-Majeure.

    On le fête le 27 avril. 

    Source : site internet du diocèse de Bordeaux

    En savoir plus :

    http://spiritualitechretienne.blog4ever.com/blog/lire-article-83937-1993363-saint_gerard_de_corbie.html

    http://en.wikipedia.org/wiki/Gerald_of_Sauve-Majeure

    http://www.photojmpoissonnier.com/abbaye-de-la-sauve-majeure/

    L'apparition de la Vierge

    Vers 1080, la Vierge lui apparaît dans les ruines du château d'Hauteville, et lui demande de fonder l'abbaye de la Grande Sauve.

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)