• Saint Diégo Didace, frère mineur à Ségovie († 1463)

     
     

    Saint Diégo Didace († 1463)

    frère mineur à Ségovie

     

    Saint Diégo Didace, frère mineur à Ségovie († 1463)

     

    Diego d'Alcalá (°1400 - † 1463), ou San Diego, aussi appelé Didace de Ségovie (Didacus), ou encore Diego de San Nicolás del Puerto (du nom de sa ville de naissance), était un Frère lai de l'Ordre Franciscain.

    C'est un saint catholique fêté le 12 novembre.

    Sa vie

    Très pauvres, ses parents placèrent Diego tout jeune sous la garde d'un ermite, qui vivait non loin de San Nicolás del Puerto, son village natal.

    Se sentant appelé à la vie religieuse, Diego demanda son admission dans l'Ordre Franciscain, au couvent d'Arizafa. Il y fut reçu comme Frère lai.

    À ce poste il effectua toutes sortes d'humbles tâches : cuisine, jardin, soins aux malades, avec bienveillance, et courage, soutenu par une prière constante et une foi profonde.

    En 1445, il fut envoyé à la communauté franciscaine de Fuerteventura, aux îles Canaries, comme gouverneur. Ces nouvelles responsabilités étaient, pour un frère lai, une exception, mais ses supérieurs appréciaient son zèle, et sa profonde obéissance aux règles de l'ordre.

    En 1449, il revint en Espagne d'où il partit pour Rome afin d'assister à la canonisation de Bernardin de Sienne en 1450.

    A Rome, il fut attaché aux soins des malades, à l'infirmerie du couvent d'Ara cœli.

    Là, il se dévoua totalement aux patients qui lui étaient confiés, et de multiples guérisons furent attribuées à sa pieuse intercession.

    Finalement, il retourna en Espagne, au couvent de Santa María de Jesús, à Alcalá de Henares où il acheva sa vie, dans la pénitence, la solitude, la contemplation et la prière permanente.

    Il mourut le 12 novembre 1463 d'un abcès. Après sa mort, son corps, qui n'avait pas été enterré, ne se corrompit pas, et au contraire, exhala une odeur suave.

    Ses miracles

     

    Fichier:9485 - Milano - S. Angelo - C. Procaccini, S. Diego guarisce infermi - Foto Giovanni Dall'Orto 22-Apr-2007.jpg

    Saint Diego d'Alcalá guérissant les malades

     

    De son vivant.

    Diego avait une profonde vénération pour la Vierge Marie. Il avait l'habitude d'oindre les malades avec l'huile de la lampe qui brûlait devant l'image de la Vierge, en les marquant avec un signe de croix. Et ainsi, de nombreux malades guérissaient spontanément et miraculeusement.

    Après sa mort

    • Lors d'une partie de chasse, Henri IV de Castille tomba de cheval et se blessa au bras. Il souffrait terriblement, et les médecins étaient impuissants à le soulager. Il alla prier Diego, et le supplia de le guérir. On sortit donc le corps du saint de son cercueil, et on le plaça tout près du roi. Henri baisa le corps, et mit la main du saint sur son bras blessé. Immédiatement, sa douleur disparut, et son bras reprit une force normale.
    • Don Carlos, Prince des Asturies, fils de Philippe II d'Espagne avait un caractère difficile et menait une vie dissolue. La nuit du 19 avril 1562, il titubait dans le noir, après une nuit passée avec des amis, et tomba dans les escaliers, sa tête heurtant les marches. Il fut retrouvé le lendemain matin, inconscient, aveugle et à demi paralysé. Peu de temps après, sa tête se mit à enfler énormément, et il fut pris d'une violente fièvre. Dans un moment de lucidité, il demanda de l'aide à Saint Diego. On apporta alors le corps du saint dans sa chambre. Le supérieur du couvent plaça la main de Carlos sur la poitrine de Saint Diego. Le prince s'endormit profondément. Six heures plus tard, il se réveilla en parfaite santé, racontant qu'il avait fait un rêve dans lequel Saint Diego lui assurait qu'il ne mourrait pas tout de suite.

    CanonisationIl a été canonisé par le Pape Sixte V en 1588.

    Fête

    Le 12 novembre.

    Iconographie

    • Diego d'Alcalá a été peint par Bartolomé Esteban Murillo, peintre espagnol :et par Jacques Ligozzi : Saint Diego d'Alcalá guérissant les malades - 1620 - Florence.
      • Saint Diego faisant l'aumône - 1645-46 - Académie San Fernando - Madrid, Espagne.
      • La Cuisine des Anges - 1646- Musée du Louvre - Paris - France.


    Saint patron des infirmes.

    Source

    Leçons des Matines avant 1960

    Quatrième leçon. Didace naquit en Espagne, au bourg de Saint-Nicolas-de-Port, au diocèse de Séville. Dès son jeune âge, et sous la direction d’un prêtre pieux, il s’exerça, dans une église solitaire, aux premières pratiques d’une vie plus sainte que celle des chrétiens ordinaires. Ensuite, pour s’attacher plus fermement à Dieu, il se rendit à Arrizafa, chez les Frères Mineurs, que l’on appelle Observantins, et fit profession de la règle de saint François, comme frère lai. Là, se soumettant avec un joyeux empressement au joug de l’humble obéissance et de l’observance régulière, adonné surtout à la contemplation, il reçut de Dieu des lumières si vives et si pénétrantes, qu’il parlait des choses du ciel d’une manière merveilleuse et toute divine, quoique n’ayant fait aucune étude littéraire.

    Cinquième leçon. Dans les îles Canaries, où il fut chargé de la conduite des frères de son Ordre, et où son désir ardent du martyre fut en partie satisfait par toutes sortes de tribulations, ses paroles et ses exemples convertirent à la foi de Jésus-Christ un grand nombre d’infidèles. Étant revenu à Rome l’année du jubilé, sous le pontificat de Nicolas V, et destiné au soin des malades dans le couvent de l’Ara Cœli, il remplit cette charge avec une charité si ardente que, malgré la disette qui désolait la ville, les malades confiés à ses soins, et dont parfois il guérissait les ulcères en les baisant, ne manquèrent jamais de ce qui leur était nécessaire. On vit briller encore en lui une foi très vive et le don de guérir les malades, en leur faisant des onctions en forme de croix, avec l’huile d’une lampe qui brûlait devant l’image de la bienheureuse Mère de Dieu, qu’il honorait avec la plus grande dévotion.

    Sixième leçon. Enfin, étant à Alcala de Hénarès, et sentant que la fin de sa vie était proche, n’ayant sur lui qu’une vieille robe toute déchirée, les yeux fixés sur la croix, il prononça très dévotement ces paroles de l’hymne sacrée : « Doux bois, doux clous, portant un doux ; fardeau, qui avez été dignes de porter le Roi des cieux, le Seigneur. » Ayant achevé ces paroles, il rendit son âme à Dieu, la veille des ides de novembre, en l’an du Seigneur mil quatre cent soixante-trois. Son corps demeura plusieurs mois sans sépulture, afin de satisfaire le pieux désir de ceux qui accouraient pour le voir ; et, comme s’il ; eût été déjà revêtu de l’incorruptibilité, il s’en exhalait une odeur très suave. De nombreux et éclatants miracles ayant rendu Didace célèbre, le Pape Sixte-Quint le mit au nombre des Saints.

     

    Dom Guéranger, l’Année Liturgique

    L’humble frère lai, Diego de Saint-Nicolas, rejoint au ciel, près de son père saint FrançoisBernardin de Sienne et Jean de Capistran qui le précédèrent de quelques années. Ceux-ci ont laissé l’Italie, l’Europe entière, vibrantes toujours des échos de leur voix qui pacifiait les villes au nom du Seigneur Jésus, et lançait des armées au-devant du Croissant vainqueur de Byzance. Le siècle qu’ils contribuèrent si puissamment à sauver des suites du grand schisme et à rendre à ses chrétiennes destinées, ne connut guère de Diego que son admirable charité lors de ce jubilé de 1420, aux résultats, il est vrai, si précieux : Rome, redevenue pratiquement non moins que théoriquement la ville sainte aux yeux des nations, vit les pires fléaux impuissants à retenir loin d’elle ses fils [1] ; l’enfer, débordé par le courant inouï qui, des quatre coins du monde, amenait les foules aux sources du salut, en fut retardé de soixante-dix ans dans son œuvre de ruine.

    Le bienheureux garde-malades de l’Ara Cœli qui se dépensait alors au service des pestiférés, n’eut sans doute à de tels résultats qu’une part bien minime aux yeux des hommes, surtout si on la rapproche de celle des grands apôtres franciscains ses frères. Or cependant voici que l’Église de la terre, interprète fidèle de celle des cieux, honore aujourd’hui Diego des mêmes honneurs que nous l’avons vue rendre à Bernardin et à Jean. Qu’est-ce à dire sinon derechef que, devant Dieu, les hauts faits des vertus cachées au monde ne le cèdent point à ceux dont l’éclat ravit la terre, si procédant d’une même ardeur d’amour, ils produisent dans l’âme un même accroissement de la divine charité ?

    Le pontificat de Nicolas V qui présida l’imposant rendez-vous des peuples aux tombeaux des Apôtres en 1450, fut aussi et demeure justement admiré pour l’essor nouveau qu’il donna sur les sept collines au culte des lettres et des arts ; car il appartient à l’Église de faire entrer dans sa couronne, à l’honneur de l’Époux, tout ce que l’humanité estime à bon droit grand et beau. Présentement néanmoins, quel humaniste d’alors, ainsi qu’on appelait les lettrés de ce temps, ne préférerait la gloire du pauvre Frère mineur sans lettres à celle dont les éphémères rayons lui firent si vainement se promettre l’immortalité ! Au quinzième siècle, comme toujours, Dieu choisit le faible et l’insensé pour confondre les sages [2] ; l’Évangile a toujours raison.

    Dieu tout-puissant et éternel qui, par une disposition admirable, faites choix de ce qui est faible en ce monde pour confondre ce qui est fort ; daignez accorder à notre humilité que par les pieuses prières du bienheureux Diego , votre Confesseur, nous méritions d’être élevés à la gloire éternelle des cieux [3]. » C’est la demande que l’Église fait monter vers le Seigneur à toutes les heures liturgiques de cette fête qui est la vôtre, ô Diego. Appuyez ses supplications ; votre crédit est grand près de Celui que vous suivîtes avec tant d’amour dans la voie de l’humilité et de la pauvreté volontaire. Voie royale en toute vérité, puisque c’est elle qui vous amène aujourd’hui à ce trône dont l’éclat fait pâlir tous les trônes de la terre. Même ici-bas, combien à cette heure votre humaine renommée dépasse celle de tant de vos contemporains non moins oubliés qu’ils furent illustres un jour ! C’est la sainteté qui distribue les seules couronnes durables pour les siècles présents comme pour les éternels ; car c’est en Dieu qu’est le dernier mot comme la suprême raison de toute gloire, de même qu’en lui est le principe de la seule vraie félicité pour cette vie et pour l’autre. Puissions-nous tous, à votre exemple et par votre aide, ô Diego, en faire la bienheureuse expérience.

    Bhx Cardinal Schuster, Liber Sacramentorum

    Cet humble frère franciscain, célèbre par ses nombreux miracles, mérite une place d’honneur dans le calendrier de l’Église Mère, parce que Rome chrétienne, durant l’année jubilaire de 1425, fut témoin de sa sainteté. Le frère Didace résidait alors au couvent d’’Ara Cœli, et était attaché au service de l’infirmerie. Il mourut à Alcala de Hénarès le 12 novembre 1463 et fut canonisé par un pape franciscain, Sixte-Quint, lequel, en 1585 inscrivit son nom dans le calendrier romain.

    La messe Justus est du commun.

    La première collecte est la suivante : « Dieu éternel et tout-puissant, qui par une disposition admirable choisissez les instruments les plus faibles pour confondre l’orgueil du siècle ; nous vous demandons, par les pieuses prières du bienheureux Didace, d’accorder aussi à notre petitesse de monter jusqu’à la gloire céleste. » 
    L’orgueil est la luxure de l’âme qui se complaît en elle-même. C’est pourquoi Dieu n’emploie jamais les orgueilleux pour ses grandes œuvres, car ceux-ci lui en déroberaient la gloire, et d’autre part ils ne seraient pas des instruments assez souples entre ses mains. Au contraire, il confond les superbes, les abattant, comme le géant Goliath, avec une pierre et une frondé, c’est-à-dire par des moyens humbles et disproportionnés, afin que la gloire de la victoire soit toute pour le Seigneur.

    Dom Pius Parsch, le Guide dans l’année liturgique

    « Aimable bois, aimables clous ! »

    Saint Didace (Diégo, Jacques), un espagnol, fut frère lai de l’Ordre de Saint François, au monastère de Cordoue. Comme missionnaire il visita les îles Canaries, où il dirigea même le monastère qu’il y avait fondé. A Rome, le pape Nicolas V lui confia le soin des malades du célèbre monastère de l’Ara Cœli. Il lui arriva souvent d’essuyer les plaies des malades avec sa propre langue ; il guérit miraculeusement nombre de malades avec l’huile de la lampe qui brûlait devant l’image de la Très Sainte Vierge, ainsi que par l’usage du signe de la croix. A Alcala, saint Didace eut le pressentiment de sa mort prochaine. Enveloppé d’un vêtement râpé, les yeux fixés sans arrêt sur le Crucifix, il récita avec une ardente ferveur ces paroles de l’hymne : « Aimable bois, aimables clous qui supportez un si doux poids, qui seuls étiez dignes de porter le Roi du ciel et de la terre ! » Puis il mourut le 12 novembre 463. Son corps repose à Alcala, en Castille. — La Messe est du commun des confesseurs (Justus ut palma). Cette messe reflète bien la vie mortifiée du saint ; l’Oraison parle de son humilité que nous devons demander la grâce d’obtenir.

    Pratique : « Ne crains pas, petit troupeau, car il a plu au Père de te donner son royaume. » Ce mot de l’Évangile nous apporte consolation et enseignement ; le vrai christianisme possède pour nous aussi deux marques : 1° le chrétien est toujours un isolé ; le monde suit la voie large des bas-fonds ; le chrétien doit suivre le chemin des hauteurs solitaires. Ne soyons pas étonnés que notre entourage ne nous comprenne pas et nous traite d’excentriques ; cela est arrivé aux Apôtres (voir l’Épître d’aujourd’hui), cela est arrivé aux saints. Les chrétiens sont une élite. 2° Mais le troupeau du Christ est petit aussi dans un autre sens : il est humble, il tient ses vertus cachées. Soyons persuadés que cela seul plaît à Dieu que les hommes ne remarquent pas, n’estiment pas. Mais Dieu se sert de ces petits comme instruments de sa grâce et de sa puissance. « Dans votre admirable sagesse, vous choisissez ce qui est faible aux yeux du monde pour confondre tout ce qui est fort. » Soyons un « petit troupeau » !

     

    [1] 1 Isaï. XLIX, 8-22.

    [2] I Cor. 1, 27.

    [3] Collecte de la fête.

    Source : http://www.introibo.fr/13-11-St-Didace-confesseur

    En savoir plus : http://fr.wikipedia.org/wiki/Diego_d'Alcal%C3%A1

    http://www.oremosjuntos.com/CuerposIncorruptos10.html

     

     

     ← Retour (Les saints par ordre alphabétique)

    ← Retour (Le calendrier des saints)