• Rocamadour, chapelle Notre-Dame

     
     
    Rocamadour
    chapelle Notre-Dame



    Rocamadour, chapelle Notre-Dame


    Le culte marial s'y déroule depuis le XIIème siècle et y vénère une Vierge noire dans une chapelle adossée au roc.

    Le pèlerin montera l'escalier au petit matin en disant le chapelet, et souvent même à genoux, avant de repartir avec la médaille.

    Rocamadour, chapelle Notre-Dame


    La chapelle Notre-Dame

    Dressée sur un piédestal de 25 marches, cette chapelle est considérée comme le joyau sacré du sanctuaire de Rocamadour.

    C'est le saint ermite Amadour qui aurait aménagé l'oratoire primitif dans le roc.
    Reconstruite en style gothique flamboyant, elle s'ouvre sous un tympan sculpté sur une façade agrémentée de fresques du 15ème siècle. La nef et le chœur, voûtés d'ogives, sont surmontés de tribunes de pierre, tandis qu'au plafond est suspendue une vieille cloche miraculeuse, renommée pour sonner d'elle-même les miracles. De nombreux ex-voto, déposés notamment par des marins, témoignent de la reconnaissance des croyants.

    La statue en bois recouverte d'argent et d'or de la Vierge noire trône sur l'autel. Cette statue reliquaire du 12ème siècle représente la sereine Vierge Marie portant sur son genou gauche l'Enfant Jésus au visage adulte.


    Le site de Notre-Dame de Rocamadour : http://www.notre-dame-de-rocamadour.com/
     
     
    Entrée du sanctuaire
     
    La Cité religieuse ou sanctuaire de Rocamadour est une cité mariale construite au flanc de la falaise du canyon de l'Alzou, sur la commune de Rocamadour dans le Lot, en France.
     
    Construite en plusieurs étapes à partir du XIe siècle, la plupart de ses édifices religieux datant du XIIe siècle, cette cité englobe l'escalier d'accès et un parvis autour duquel se trouvent une basilique, une crypte et sept chapelles dont l'une accueille une Vierge noire du XIIe siècle.
     
    Elle bénéficie de nombreuses protections : elle est inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco et est constituée de plusieurs monument historique plusieurs fois classés et inscrits.

    La Voie Sainte, l'escalier, le parvis

    La Voie Sainte et l'escalier

    L'escalier menant à la cité religieuse

     

    Depuis le hameau de l'Hospitalet part le chemin, appelé « Voie sainte », qu'empruntent les pèlerins pour arriver au sanctuaire : il descend dans la vallée de l'Alzou jusqu'à la ville basse, où se trouve le pied de l'escalier de deux cent seize marches qui mène au sanctuaire.

    Au Moyen Âge, les pèlerins le gravissaient à genoux.

    La dernière volée de marches passe sous un porche formé par les bâtiments du sanctuaire, et que l'on appelle la « Porte sainte », pour déboucher sur le parvis.

    Le parvis

    Dallé de pierre blanche, le parvis occupe le centre du sanctuaire, les chapelles étant disposées sur le pourtour de l'espace aménagé par le remblai des moines au XIIe siècle.

    Il est construit sur deux niveaux : le premier est celui où arrive l'escalier par la porte sainte, et d'où part le tunnel, dit « Porte Saint-Martial », qui permet de sortir en passant sous la basilique.

    Le second niveau est celui, un peu au-dessus, qui donne accès à la basilique, à la chapelle Notre-Dame et à la chapelle Saint-Michel. Il est constitué de deux plates-formes desservant l'une la basilique, l'autre les deux chapelles, reliées entre elles par un balcon et au niveau inférieur du parvis par un escalier.

    Les chapelles

    La crypte Saint-Amadour

    Entrée de la crypte Saint-Amadour

     

    En face de l'escalier des pèlerins, un autre escalier s'enfonce sous la basilique, qui mène à l'église inférieure, appelée crypte Saint-Amadour : c'est là que les reliques de saint Amadour furent installées après leur découverte en 1166.

    C'est une nef unique, sans transept ni abside, divisée par un énorme arc doubleau en deux travées voûtées avec des arcs diagonaux, aux angles desquelles se trouvent des colonnes surmontées de chapiteaux épannelés.

    Datant de l'époque romane, elle n'a été que peu remaniée : le restaurateur de Rocamadour en 1858, l'abbé Chevalt, s'est contenté de gratter les badigeons pour plâtrer les murs, qui depuis ont été de nouveau grattés et laissent voir le mur nu.

    La chapelle Saint-Jean-Baptiste

    La chapelle Saint-Blaise

    La chapelle Sainte-Anne

    La basilique Saint-Sauveur

    La chapelle Notre-Dame

    La chapelle Saint-Michel

    On accède à la chapelle Saint-Michel par un petit escalier qui part en face de la chapelle Notre-Dame.

    Sur le mur extérieur se trouve une fresque du XIIe siècle représentant l'Annonciation et la Visitation.

    Cette chapelle n'est pas orientée, mais elle est parallèle à la falaise qui en constitue un mur latéral et une partie du plafond.

    La petite abside en cul-de-four est ornée de fresques du XIIIe siècle représentant le Christ dans une mandorle, entouré de divers saints et anges.

    La chapelle Saint-Louis

    Cette chapelle située sous la chapelle Saint-Michel est dédiée à Notre-Dame d'Ovalie.

    Source

    Plan du sanctuaire

    En savoir plus :

    Le site de Laurence du Peloux, guide officiel du sanctuaire Notre-Dame de Rocamadour :
     
     
     

     

     

     

     

    Rocamadour

    - Notre-Dame de Rocamadour

    - Sanctuaire de Rocamadour

    - Prière à Notre-Dame de Rocamadour