• Pudentienne Zagnoni

     
     

    Pudentienne Zagnoni

     

     

    Parmi les dévots serviteurs du saint Enfant Jésus et de saint Joseph, il est juste de mentionner ici la vénérable sœur Pudentienne Zagnoni, qui fut favorisée de grâces et de dons si extraordinaires du ciel.

    Un jour, elle vit apparaître son cher saint Joseph, avec l'enfant Jésus entre ses bras.

    Après qu'il le lui eut donné, lui permettant de le caresser et de l'embrasser, l'enfant Jésus lui déclara qu'il la prenait pour épouse, voulant qu'elle vécût du même esprit et de la même volonté, et qu'elle fût entièrement à lui.

    Pudentienne répondit à une grâce si signalée par une vie toute de foi et par un désir toujours plus ardent de plaire à son bien-aimé et de lui rendre tous les services en son pouvoir.

    Quoi qu'elle fit, il lui paraissait pourtant que tout cela n'était rien, et elle rougissait d'elle-même, comme si elle eût été une misérable pécheresse, portant une sainte envie a l'innocence de ces petits enfants qu'elle rencontrait.

    Parvenue au terme de sa carrière, tout enrichie de mérites, son saint avocat lui apparut pour la consoler dans une extrémité où les âmes même les plus saintes ne sont pas sans effroi.

    Il s'approcha de son lit, et lui mit l'enfant Jésus entre les bras.

    Il est impossible d'exprimer de quelle plénitude de consolation le cœur de la moribonde fut inondé, en recevant une visite si précieuse.

    Elle adressait la parole tantôt à son Jésus, tantôt à saint Joseph, et toujours dans les termes de l'affection la plus tendre.

    Les religieuses qui l'assistaient, entendaient les expressions pleines d'humilité et de tendresse qui sortaient de sa bouche ; elles en étaient émues jusqu'aux larmes et saintement embrasées.

    Cependant la mourante, fortifiée par des secours si puissants, multipliait les actes de vertu.

    Enfin elle rendit paisiblement son âme à son Créateur.

    Source : Livre "Le mois de janvier consacré à l'Enfant Jésus" par Hallès

     

    Elle avait les stigmates aux mains, aux pieds, au côté.

    Elle a subi des assauts diaboliques.

    Elle avait des extases.

    Elle fut communiée miraculeusement par Saint François et Saint Philippe de Néri.

    Un ange resta auprès d'elle durant 35 ans. Il l'aidait, la prévenait des embûches du démon, l'enflammait de l'amour de Dieu.

    La Sainte Vierge lui apparaissait souvent. A Noël, elle posait l'Enfant Jésus dans ses bras.

    Sa sœur ainée morte 50 ans avant elle, la visitait souvent.

    Elle meurt à l'âge de 76 ans.

     

     

     

     

    ← Retour (Les serviteurs de Dieu)