• PELLEVOISIN

     
     

     

     

    Pellevoisin
    Estelle Faguette
     

    PELLEVOISIN

     

    PELLEVOISIN

    Carte postale de la maison des apparitions

     


    Estelle Faguette est née le 12 septembre 1843 à St. Memmie près de Châlon-sur-Marne.

    Elle fut baptisée le 17 septembre 1843.

    Ses parents : Victor et Antoinette Faguette-Leblanc, sont aubergistes mais  suite aux problèmes de santé de Mr Faguette et aux mauvais conseils d'un oncle, Mr Faguette se retrouve ruiné.

    Mr et Mme Faguette deviennent alors concierges à Chalons.

    Toute petite, Estelle est éduquée chez les sœurs de Portieux.

    En 1857, la famille s’installe à Paris pour trouver du travail.

    Estelle a 14 ans lorsqu’elle est placée en apprentissage chez une blanchisseuse.

    Quand le temps le lui permet, elle se met au service des sœurs de saint Vincent de Paul.

    Elle entrera dans cette communauté à l’âge de 17 ans, se dévouant aux pauvres à l’Hospice de la Charité.

    En 1858, date des apparitions à Lourdes, Estelle tombe malade pour la première fois.

    Deux ans plus tard, elle entre au noviciat des Augustines Hospitalières de l’Hôtel Dieu de Paris.

    Mais son état de santé fragile l’oblige à quitter la vie religieuse en 1863.

    Elle comprend alors que son devoir est auprès de ses parents dans le besoin.

    Estelle Faguette entre, à l’âge de 21 ans, au service de la famille de La Rochefoucauld, rue Saint-Dominique à Paris.

    La comtesse Arthur de La Rochefoucauld (Marie-Luce de Montbel, comtesse Arthur de La Rochefoucaud née à Châteauroux le 10/06/1835, décédée à Pellevoisin le 14 juin 1920 ; épouse du comte Arthur François Ernest de La Rochefoucauld) prend rapidement conscience qu’elle a, dans cette nouvelle employée, une personne de confiance.

    C’est donc en toute sécurité qu’elle confie la garde de ses enfants à Estelle tant à Paris en hiver, qu’en été au Château de Poiriers-Montbel, à 30 kilomètres au nord-ouest de Châteauroux et trois kilomètres de Pellevoisin.

    Les parents d’Estelle viennent s’installer à Pellevoisin en 1866. Ils seront plus près de leur fille qui accompagne toujours la famille de La Rochefoucauld à Poiriers-Montbel pendant la belle saison.

    PELLEVOISIN

     

    Les bons soins de la comtesse de La Rochefoucauld et la force de volonté d’Estelle triomphent temporairement de sa fragile santé.
     
    Pendant 11 ans, son dévouement ne se dément pas.
     
    Mais voici que le 29 août 1875, le docteur Bucquoy confirme qu’Estelle est gravement atteinte : elle souffre de «phtisie pulmonaire, d’une péritonite aiguë et d’une tumeur abdominale».
     
    Les atteintes aux poumons ont tellement progressé qu’elle est maintenant contagieuse.
     
    Son état est si grave qu’il n’est plus question pour elle de continuer à travailler.

     

    PELLEVOISIN

     

    En 1875, la jeune femme âgée de 32 ans, écrit, avec un cœur d’enfant et dans une grande confiance, une lettre à la Sainte Vierge : elle lui demande d’intercéder auprès de son divin Fils pour obtenir sa guérison, afin de soutenir ses parents âgés.

     

    Pellevoisin, la grotte de Montbel

    La grotte de Montbel

     

    Elle confie sa lettre à Melle Reiter qui va la déposer entre les pierres de la grotte dédiée à Notre-Dame de Lourdes, dans le parc du château de Montbel.

     

     

    Pellevoisin, la grotte de Montbel

    Le château de Montbel

     

    La Vierge Marie répond 6 mois plus tard à cette lettre par 15 apparitions, de février à décembre 1876, au cours desquelles elle éduque Estelle a la sainteté et lui délivre un message de miséricorde. 

    A la fin de cette lettre, Estelle place sous la protection de Marie sa petite-nièce, car il faut savoir qu’Estelle avait deux sœurs ; une plus âgée qu’elle de 3 ans, Geneviève, et l’autre plus jeune qu’elle, Augustine.

    Geneviève Faguette Petitot décède le 24 novembre 1864 à l’âge de 24 ans, laissant deux enfants : Eugène qui meurt le 20 février 1865, à l’âge de 13 mois et Estelle Petitot, petite fille âgée de 5 ans à la mort de sa mère.

    C'’est à ce moment qu’Estelle Faguette prend en charge sa nièce qui demeure chez ses parents.

    A Pellevoisin, avec son salaire, Estelle fait vivre son père, sa mère et sa nièce «la petite Estelle».

    Au moment des apparitions, «Estelle Petitot» a 17 ans et Estelle Faguette l’a mise en apprentissage à Paris pour 18 mois.

    Après cet apprentissage, la petite Estelle revient à Pellevoisin chez ses parents et y restera jusqu’à l’âge de 22 ans, quand elle quitte la maison pour ne jamais y revenir.

    Le foyer Petitot malheureux et désuni fut pour Estelle Faguette cause de beaucoup d’inquiétude et de déception.

    Elle qui s’était donné tant de mal pour sa chère petite-nièce.

    Lorsque la maladie d’Estelle s’aggrave, à l’automne 1875, la comtesse retarde son retour en ville.

    En février 1876, des affaires importantes l’attendent à Paris, elle ne peut plus retarder ! 

     

    PELLEVOISIN

     

    Elle aménage une maison tout près de l’église et du cimetière de Pellevoisin où elle installe confortablement Estelle.

    Les parents Faguette, qui demeurent à Pellevoisin depuis 10 ans, viennent habiter avec leur fille.

    Ils pourront ainsi lui prodiguer plus facilement les soins dont elle a besoin. Sa condition physique est si désespérée que le comte et la comtesse achètent, avant leur départ pour Paris, un lot au cimetière de Pellevoisin, pour la sépulture de leur «bonne» si appréciée.

    Estelle est maintenant incapable d’ingurgiter le moindre liquide.

    L’employé qui la transporte du château à sa nouvelle demeure, voisine du cimetière, la voyant dans un si piteux état, s’écrie : «Nous la rapprochons de sa dernière demeure».

    Pendant des mois, Estelle lutte contre une maladie incurable.

    Elle est reconnaissante envers la comtesse «à qui je dois un peu de ma résignation».

    Elle qui disait souvent :  «Ma pauvre Estelle, pour souffrir comme cela si longtemps, il vaudrait mieux que le bon Dieu vous prenne, car tout porte à croire que vous ne vous remettrez jamais.»

    Ce qui lui donne la sérénité complète, c’est le sacrement de l’Extrême-Onction : «Ce jour-là je devins plus calme et dis souvent : Mon Dieu, vous savez mieux que moi ce qu’il me faut, faites ce qu’il vous plaira, seulement faites-moi faire mon sacrifice généreusement.» 

    Le 14 février 1876, le docteur Hubert confirme toutes les apparences. «Elle n’a plus que pour quelques heures de vie.»

    Estelle a au moins la consolation de voir ses parents installés dans la même maison qu’elle, pour ses derniers moments.

    Pendant la nuit des 14 au 15 février 1876, la Vierge Marie lui apparaît. D’autres apparitions suivront.

     

     Les 15 apparitions

    Cliquez sur le titre pour visualiser la page des 15 apparitions


     

    PELLEVOISIN

     

    Estelle Faguette meurt à Pellevoisin, le 23 août 1929, à l'âge de 86 ans.

    Elle repose dans le cimetière de Pellevoisin, non loin de la tombe du romancier Georges Bernanos.

    Sur sa tombe, deux mots sont inscrits : «Sois Simple».

    Reconnaissance dans l’Eglise

    PELLEVOISIN

     

    Le 10 mai 1876, Mgr de La Tour d’Auvergne, archevêque de Bourges écrit :

    « Je ne vois aucune difficulté en ce qui me concerne, à ce que vous fassiez placer au-dessus de la statue de Notre-Dame du Sacré-Cœur les paroles qui ont été dites dans une des apparitions : “Je suis toute miséricordieuse.” [...] Je ne vois également aucun inconvénient à ce que la chambre où Estelle a reçu l’annonce de sa guérison soit transformée en un petit oratoire privé. […]. »

    Dès 1876, la chambre d’Estelle devint l’oratoire puis sanctuaire, visité par de nombreux pèlerins de France et de l’étranger.

    Au printemps 1877, Pie IX (1846- 1878) approuve le projet d’une confrérie en l’honneur de Notre- Dame de Pellevoisin.

    Le 28 juillet 1877, Mgr de La Tour d’Auvergne l’institue.

     
    Le 4 avril 1900, la congrégation des rites publie un décret approuvant le scapulaire de Pellevoisin.

    Les apparitions n’ont jamais été reconnues.

    En 1983, Mgr Paul Vignancour, archevêque de Bourges, a reconnu le caractère miraculeux de la guérison d’Estelle, suite à une enquête médicale et théologique.

    En 1992, l’animation du sanctuaire Notre-Dame de Pellevoisin est confiée à un centre de pèlerinages, pris en main par les Frères de Saint- Jean depuis le 1er juillet 1998.

    PELLEVOISIN

     

     

    En savoir plus : http://www.pellevoisin.net/

    En savoir plus :

    http://geneall.net/fr/name/323452/marie-luce-de-montbel/

     

    PELLEVOISIN

    PELLEVOISIN

     

     

     

    PELLEVOISIN

     Pellevoisin

    Sanctuaire Notre-Dame de Miséricorde

     

    - Estelle Faguette

    Les 15 apparitions

    - La chapelle des apparitions

    - La lettre d'Estelle à la Vierge Marie

    - Le scapulaire du Sacré Cœur

    - La confession

    - La grotte de Montbel

    - Le cimetière

    - L'accueil Estelle Faguette

    - Le monastère

    - Le parc du sanctuaire

    - La boutique du pèlerin

    - L'église Saint Pierre et Saint Paul

    - Le parcours de la Miséricorde