• Pau : Notre-Dame du bout du pont

     
     

    Pau 

    Notre-Dame du bout du pont

     

    Jeanne d'Albret

    C'est à la naissance de ce fils & dans le plus fort des douleurs que Jeanne d'Albret, héroïne digne d'admiration à tant d'autres égards, fit encore paroi* tre un courage singulier. Le roi de Navarre son mari promit de lui remettre son testament dès qu'elle scroit accouchée, à condition néanmoins qvie dans l'accouchement elle lui chanteroit une chanson, afin, dit-il, que tu ne me fasses pas un enfant pleureux 6c rechignant. La princesse s'y engagea & eut tant de force íiir elle-même, que, malgré les vives douleurs, elle tint parole, & chanta en son langage béarnois la chanson du pays , qui commence par ces mots: Nojle-Donne deou cap deouponadjouda me in aquejle houre; c'est-à-dire , Notre-Dame du bout du pontaideç-moi à cette heure.

    Source : 

    Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des Sciences, des Arts et des Métiers

     

    La naissance au château de Pau, le 13 décembre 1553, du futur Henri IV, ne doit rien au hasard.

    Son grand-père, le vieil Henri d'Albret, avait obligé sa fille Jeanne à retourner en Béarn pour accoucher, lorsqu'il avait appris qu'elle allait être mère pour la deuxième fois.

    Il faut dire que le premier fils de Jeanne d'Albret et Antoine de Bourbon était mort en bas âge, sans doute victime des soins maladroits de sa nourrice. Il ne s'agissait pas de perdre un deuxième héritier.

    Les circonstances de cette naissance d'Henri de Navarre sont bien connues, grâce au récit qu'en fit un chroniqueur de l'époque, et revêtent déjà un caractère merveilleux et épique.

    Le principal acteur, de façon très surprenante, apparaît être le grand-père, qui dès avant la naissance, promet à sa fille la remise d'un coffret d'or contenant son testament, à la condition qu'elle ne lui "fasse point une pleureuse ni un enfant rechigné".

    Pendant les douleurs de l'enfantement, il exhorte Jeanne à chanter la chanson béarnaise de Notre-Dame du bout du pont, censée aider les accouchées.

    Après la naissance, il s'empare du nouveau-né et lui frotte, à titre prophylactique, les lèvres avec une gousse d'ail puis lui fait respirer une coupe de vin. Le fameux baptême béarnais... Enfin, il présente l'enfant au peuple assemblé, avec ces mots "Voyez, ma brebis vient d'enfanter d'un lion", réponse tardive aux moqueries espagnoles qui avaient accueilli la naissance de sa propre fille en 1528 "Miracle, la vache [emblème du Béarn] a enfanté une brebis".

    Source : 

    http://crdp.ac-bordeaux.fr/cddp64/chateau/Valises_P%E9dagogiques/Henri%204.pdf

    Prière

    Nouste-Dame deii cap deii poun ,
    Adjudat-me à d'aquest'hore!
    Pregats au Dioii deii ceii
    Qu'en bouille bié delioura leû;
    Du maynat qu'uni hassi lou doun!
    Tout d'inqu'aii haut dous mounts l'implore:
    Nouste-Dame deii cap deii poun,
    Adjudat-me a d'aquest'hore l 

    Notre-Dame do bout du pont , secourez-moi à cette heure !

    priez le Dieu du ciel qu'il veuille bien me délivrer promptement,

    et qu'il me fasse le don d'un fils !

    Tous, jusqu'aux cimes des monts l'implorent : Notre Dame du bout du pont, secourez-moi à cette heure !

     

    L'église Notre-Dame du bout du pont

     

     

    Pau : Notre-Dame du bout du pont

     

    C’est en 1929 que le chanoine Edouard Hourcade qui a été 45 ans curé de Jurançon, a fait l’acquisition de la chapelle du couvent des Ursulines de Pau.

    En effet, le couvent devait être démoli pour faire place à la construction et à l’aménagement du Palais des Pyrénées et de la Place Clémenceau.

    La chapelle des Ursulines devait être détruite pour permettre le réaménagement du centre de Pau... Mais l’abbé Hourcade, de l’autre côté du Gave, se bat pour que naisse une paroisse dans ce quartier "en danger de déchristianisation".

    Il a acquis un baraquement qui servait à l’aviation et y a installé une petite chapelle improvisée, où il place Notre Dame du Bout du Pont. Il rachète les cailloux de la chapelle des Ursulines, se fait prêter de l’argent puis organise kermesses, souscriptions, conférences...

    C’est un paroissien, l’architecte Navarre , qui se charge gratuitement du démontage et du remontage de la chapelle ! Toutes les pierres sont numérotées, désenclavées et remises en place. 

    Ainsi, la chapelle démontée pierre par pierre (chacune étant numérotée), a été réédifiée sur son emplacement actuel (rue du général Dauture).

    Cette église qui porte le nom de "Notre-Dame du Bout du Pont", a été consacrée le 18 décembre 1932.

    En savoir plus : http://www.doyenne-pau-peripherie.fr/article-sanctuaire-notre-dame-du-bout-du-pont-66124194.html

     


     


    ← Retour (Les apparitions de la Vierge)