• Notre-Dame de Maillane

     
     

     

    Maillane

    Notre-Dame de Grâce

     

    Notre-Dame de Maillane

     

    La paroisse de Maillane, voisine de l'abbaye Saint-Michel de Frigolet, dans l'archidiocèse d'Aix-en-Provence, possède une statuette en bois de la Vierge que l'on salue du titre de Notre-Dame de Grâce et que le peuple appelait plus simplement « la Sainte ».

    Il ne semble pas qu'il y eût jamais de pèlerinage à Maillane et, si la statuette, haute de quarante-six centimètres, échappa aux terreurs révolutionnaires, elle n'en fut pas moins, en 1844, enlevée de l'église paroissiale pour être reléguée à l'école que tenaient des religieuses.

    Au mois d'août 1854, Maillane, comme tant d'autres villes, sentit les étreintes du choléra.

    Rapidement l'épidémie multiplia ses victimes : en quinze jours, sur les quinze cents habitants, cinquante étaient déjà mort et huit étaient à l'agonie.

    Une même pensée jaillit dans les cours de nombreuses personnes pieuses : se confier à Notre-Dame de Grâce qui retrouverait sa place dans l'église.

    Le 28 août, les cloches appelèrent à l'église ceux qui pouvaient encore y venir.

    Triste, consternée et déjà très réduite, la population se rendit d'abord chez les Sœurs, au chant du Miserere.

    La statue, habillée de violet et portée par le curé fut transportée à travers les rues où l'on se prosternait en sanglotant et en priant.

    « J'entends chanter le Sub tuum ! » s'écria un malade que les médecins avaient condamné.

    Oui, c'était le Sub tuum, dont quelques voix suppliantes répétaient les paroles devant Notre-Dame de Grâce.

    On porta la statue à l'église ; dès lors, pas un habitant ne fut atteint, et les trente et un malades en danger guérirent.

    Depuis, tous les 28 août, à six heures du soir, le curé de Maillane, vêtu d'abord d'une chape violette, qu'il change bientôt pour une blanche, fait chaque année cette procession où se chantent successivement le Sub tuum et le Miserere.

    Le lendemain, on fait une procession d'action de grâce.

    Mgr. Goulthe-Soulard présidait lui-même cette fête le 28 août 1888 : « Votre fête n'a qu'un tort, disait-il, ravi, c'est de finir, hélas ! si vite. »

    En 1993, les habitants de Maillane signèrent un livre d'or et déclarèrent une année sainte pour préparer le couronnement de Notre-Dame de Grâce.

    Le 4 septembre 1995, Mgr. Panafieu, alors archevêque d'Aix-en-Provence, au cours d'une messe pontificale, couronna la statuette de Notre-Dame de Grâce devant quatre mille fidèles.

    Source

    En savoir plus :

    Livre "Notre-Dame de Grâce"

    http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=13052_1

    http://www.pays-arles.org/e-patrimoine/communes/maillane/article/oratoire-notre-dame-de-grace

    http://www.tradicioun.org/Notre-Dame-de-Grace-de-Maillane

    http://www.pelerinages-aix-arles.cef.fr/variables/pel_maillane.pdf

     

     

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)