• Notre-Dame de Bon Espoir (Dijon)

     

     

     

    Notre-Dame de Bon Espoir

    (Dijon)

     

     

     

    Il existe à Dijon une si remarquable église, que le célèbre Vauban, une des gloires du siècle de Louis XlV, disait qu'il ne manquait rien à cet édifice, sinon une boîte pour le conserver.

    Soufllot, l'architecte de Sainte Geneviève de Paris, n'admirait pas moins ce temple auguste ; il en avait fait faire une copie en bois, afin d'avoir toujours sous les yeux ce que l'art religieux avait, à son avis, produit de plus beau.

    Cette église, dédiée à Notre-Dame de Bon-Espoir, date du XIIIe siècle ; elle offre la plus heureuse disposition de lignes et l'ensemble le plus majestueux.

    Mais ce qu'on regarde surtout comme un chef-d'œuvre, c'est sa voûte, qui semble se soutenir d'elle-même. On croirait, dit un auteur, qu'elle est portée par les anges, tant il est difficile de saisir le secret de sa solidité.

    Une chapelle, également voûtée, haute de près de sept mètres et couronnée d'une galerie, reçut la statue de la Vierge, en l'honneur de laquelle l'église avait été construite. Cette statue, en bois noir, assez grossièrement travaillée, mais remarquable sous le rapport de l'expression, avait été longtemps honorée dans la chapelle du Marché, lorsqu'on résolut de lui bâtir un sanctuaire plus digne de la haute réputation que ses bienfaits lui avaient acquise.

    Bientôt on y vint en pèlerinage de toutes les parties de la Bourgogne ; les grands et les petits l'invoquèrent avec une égale confiance et un égal succès.

    La chapelle se remplit d'ex-voto de toutes sortes, depuis l'humble bouquet de la paysanne jusqu'à l'écusson des chevaliers et la bannière des ducs.

    Philippe le Hardi, un de ces puissants princes, fit don à l'église de Notre-Dame de la fameuse horloge du Flamand Jacques Marc, qu'il avait enlevée à Courtrai, après la bataille de Rosbecque. Cette horloge, placée dans la tour, à droite de la façade, lui a fait donner le nom de Jacquemar.

    Après la mort du dernier duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, le seigneur de la Roche-Nolay, gouverneur de la Bourgogne, ne montra pas moins de dévotion à Notre-Dame de Bon-Espoir que l'ancienne dynastie.

    Il la choisit pour sa patronne et fit graver sur ses armes la devise : Tant vaut.

    Puis, au retour d'une guerre où il avait été fait prisonnier par les Turcs, et où il avait dû, pour racheter sa liberté, se mesurer contre un lion, il fit hommage à la Vierge d'un tableau représentant cette victoire, qu'il reconnaissait devoir à sa protection.

    Au siècle suivant, la ville de Dijon tout entière reconnut Notre-Dame pour sa libératrice.

    Les Suisses avaient envahi la Bourgogne, ils assiégèrent cette capitale, qui jeta vers Louis Xll un long cri de détresse.

    Mais le roi, occupé à détendre la frontière du Nord contre l'empereur et le roi d'Angleterre, obligé de veiller en outre sur la Guienne, menacée par les Espagnols, ne put envoyer à Dijon que six mille hommes sous la conduite de la Trémouille.

    La place n'était pas en état de défense, et, malgré la valeur des gens de guerre, malgré le patriotisme des bourgeois, les murailles, battues sans relâche depuis quatre jours, commençaient à s'écrouler.

    C'était le 11 septembre 1513. La Trémouille, désespérant de sauver la ville, demande à capituler ; mais les conditions qu'on lui propose sont telles, qu'il n'y répond qu'en recommen çant le feu. On s'attendait le lendemain à un assaut général.

    La population consternée, n'espérant plus rien des hommes, tourne ses regards vers le ciel.

    On se réunit dans l'église de Notre-Dame, la Vierge de Bon-Espoir est portée en triomphe ; les officiers, les soldats, le général, prient comme les citoyens ; et à peine la procession est-elle terminée, que l'ennemi accepte les propositions qu'il avait rejetées.

    Un traité est signé, la ville est sauvée, et l'on suspend, dans le sanctuaire de Marie, comme un monument de reconnaissance, plusieurs des boulets recueillis dans la place.

    Pendant plus de deux cents ans, l'anniversaire de la délivrance de la ville fut célébré par une procession solennelle, et l'hôtel de ville conserve précieusement une tapisserie, longue de dix mètres, sur laquelle est représentée celle qui fut faite pendant que les Suisses se croyaient déjà maîtres de Dijon.

    Dans toutes les calamités publiques, Notre-Dame de Bon-Espoir était invoquée, comme dans toutes les nécessités privées, et jamais sa bonté ne faisait défaut à personne.

    On ne pouvait pénétrer sans un profond sentiment de respect, sans une religieuse émotion, dans sa chapelle, éclairée seulement par les flambeaux qu'y allumait la piété des fidèles, et décorée d'ex-voto depuis le pavé du sanctuaire jusqu'au point le plus élevé de la voûte.

    Aujourd'hui cette voûte a disparu, la chapelle a perdu son ombre mystérieuse ; mais la Vierge qu'on y invoque est toujours la mère de la sainte espérance ; elle sourit aux doux rêves de l'innocence, aux riants projets de la jeunesse ; elle calme les angoisses de la douleur, fait rayonner aux yeux de tous ceux qui l'implorent la fin des souffrances de cette vie et les joies éternelles du ciel.

    Source : Livre "Les pèlerinages de France" par Eugène Rosary

     

    La statue de Notre-Dame de Bon-Espoir

    Dans l'absidiole sud de l'église est exposée, au-dessus d'un autel d'orfèvrerie, la statue en bois appelée Notre-Dame de Bon-Espoir.

    Datant du XIe ou du XIIe siècle, cette statue de la Vierge est considérée comme l'une des plus anciennes de France.

    Il s'agissait à l'origine d'une Vierge assise sur un trône, tenant l'enfant Jésus sur ses genoux.

    Le siège a été supprimé anciennement et le dos de la statue a été scié et remplacé par un morceau de bois.

    L'enfant Jésus a disparu à la Révolution française, en 1794.

    Notre-Dame de Bon-Espoir avait déjà perdu ses deux mains au XVIIIe siècle.

    En revanche, son visage est presque entièrement indemne.

    Depuis plusieurs siècles, la statue a été souvent présentée couronnée et habillée d'une robe.

    À partir de 1959, il fut décidé de ne pas toujours la couvrir de parures, afin que chacun puisse voir complètement cette statue romane.

     

    À l'origine, les vêtements sculptés de la Vierge portaient une polychromie romane et son visage une couleur bistre clair à peine plus sombre que le teint naturel.

    Au XVIe ou au XVIIe siècle, la statue fut peinte en noir, pour une raison inconnue.

    En 1945, cette couche de peinture fut retirée, révélant la polychromie d'origine.

    Cependant, une légère teinte noire fut appliquée sur le visage seul, pour ne pas rompre avec la tradition.

     

    Depuis l'enlèvement définitif, en 1963, de cette teinte noire qui recouvrait le visage, la statue ne peut plus être considérée comme une Vierge noire, puisqu'elle porte sa polychromie romane d'origine. On peut écrire qu'elle est une ancienne Vierge noire. Elle est connue sous le nom de Notre-Dame de Bon-Espoir.

    Au XVe siècle, les Dijonnais appelaient cette image de la Vierge « Notre-Dame de l'Apport », c'est-à-dire « du marché ».

    Le nom de « Notre-Dame de l'Espoir » existait également. Il prévalut à partir de la délivrance de Dijon en 1513, et devint au XVIIe siècle Notre-Dame de Bon-Espoir (avec deux traits d'union), et non Notre-Dame du Bon-Espoir, qui n'a jamais existé.

     

     

    Le siège de Dijon de 1513

    On attribue à Notre-Dame de Bon-Espoir plusieurs miracles.

    En septembre 1513, les armées suisses assiégeaient et bombardaient Dijon, dont la situation semblait désespérée.

    Le 11 septembre, des Dijonnais firent, dans le quartier de Notre-Dame, une procession au cours de laquelle ils portèrent la statue de la Vierge.

    Deux jours plus tard, le 13 septembre 1513, les Suisses levèrent le camp de manière inattendue.

    Les Dijonnais virent dans cette libération l'intervention de la Vierge.

    Une tapisserie fut tissée vers 1515 pour commémorer l'événement.

    Elle orna Notre-Dame jusqu'à la Révolution, époque à laquelle elle fut vendue.

    Le maire de Dijon la racheta en 1803 et la déposa à l'hôtel de ville, d'où elle passa en 1832 au musée des Beaux-Arts de Dijon, où elle est exposée.

     

    En septembre 1944, Dijon était occupé par l'armée allemande, qui semblait vouloir résister à l'avancée des troupes françaises.

    Le 10 septembre, lors d'une cérémonie à Notre-Dame, l'évêque de Dijon demanda publiquement à Notre-Dame de Bon-Espoir de protéger la ville des ravages redoutés.

    Dans la nuit du 10 au 11 septembre, les Allemands quittèrent Dijon, et les Français y entrèrent le 11, jour anniversaire de la procession de 1513.

    À nouveau, les croyants y virent un miracle.

    À l'initiative de particuliers dijonnais, une tapisserie évoquant les deux délivrances de 1513 et de 1944 fut commandée à Dom Robert.

    Confectionnée de 1946 à 1950 à la manufacture des Gobelins, elle prit place en 1950 à Notre-Dame, où elle est actuellement exposée sous l'orgue.

    Source :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Notre-Dame_de_Dijon