• Neuvaine à Notre-Dame de Laghet

     

     

     

    Neuvaine à Notre-Dame de Laghet

     

     

    Neuvaine à Notre-Dame de Laghet

     

     

    Qu'est ce que la neuvaine à Notre-Dame de Laghet ?

    On se souvient à Laghet du deuxième "prodige" enregistré en 1652. Un jeune pêcheur, fils d'une veuve de Monaco, Anne Giongons, avait été enlevé par des pirates.

    Désespérée, la mère s'engagea, sur les conseils d'une femme de La Turbie, à venir 9 jours de suite à la petite chapelle du vallon de Laghet.

    Au second jour, Anne, épuisée, s'assoupit dans la chapelle, elle entendit trois coups et vit en songe son fils délivré. Or, avant même la fin de la neuvaine, il était de retour : la libération avait eu lieu au moment même où Anne faisait ce rêve.

     

    Parce qu'il n'était pas possible à tous de venir 9 jours d'affilée, on en vint à la pratique des 9 tours du sanctuaire en méditant à chaque fois sur un des "voyages" de la Vierge Marie rapportés par la tradition biblique et liturgiques. Mettant leurs pas dans ceux de la Vierge Marie, les fidèles apprennent aujourd'hui encore la confiance en son Fils Jésus, Seigneur et Sauveur.

     

    Comment accomplir les neufs voyages de la Vierge Marie ?

    Neuvaine à Notre-Dame de Laghet

     

    Commencer par se recueillir dans la chapelle. Demander en silence à l'Esprit Saint d'imprimer en nous les sentiments qui furent ceux de la Vierge Marie dans chacun de ses voyages.

     

    Neuvaine à Notre-Dame de Laghet

     

    Puis se rendre devant Notre-Dame des grâces (tableau représentant Notre-Dame de Laghet, devant lequel sont allumées les veilleuses).

    Là, on lit la présentation du 1er voyage.

    On prie avec la prière qui est proposée et on avance dans le cloître en commençant le "Notre Père"... puis une dizaine de "Je vous salue Marie".

    Revenu, après un tour de cloître, au point de départ on dit le "Gloire au Père".

     

    1er voyage : La présentation de Marie au Temple

    Les premiers chrétiens racontaient l'enfance de Marie entre Joachim et Anne à Jérusalem, partageant son temps entre les tâches manuelles et la contemplation au Temple, faisant d'elle un modèle de vie consacrée.

    Par-delà ces traditions, il est historiquement sûr que la dédicace, en 543, d'une basilique Sainte-Marie-La-Neuve, à côté du Temple à Jérusalem, est à l'origine de la fête de la Présentation, le 21 novembre.

    Marie enfant n'avait pas loin de la maison familiale jusqu'au Temple. Accomplir ce premier voyage avec elle, ce n'est pas nous éloigner de la vie normale, faire de grands actes, des "sacrifices" héroïques mais tout simplement consacrer notre vie ordinaire en plaçant toutes nos activités sous la lumière de la Parole de Dieu et dans le souffle de l'Esprit.

     

    Seigneur, comme Marie au Temple,

    je me consacre à toi,

    je te donne tout ce que je suis

    Que cette offrande transforme

    tous mes gestes quotidiens en gestes d'amour,

    contribue à ta gloire et m'associe au salut du monde.

     

    Intention :

    pour que chacun réponde à l'appel du Seigneur.

     

    2ème voyage : La visite de Marie à sa cousine Elisabeth (Luc 1, 39-56)

    Marie s'empresse auprès d'Elisabeth sa parente, enceinte après une longue stérilité. L'enfant d'Elisabeth, le futur Jean-Baptiste, bondit dans le sein de sa mère : déjà précurseur, il se réjouit de la venue du Seigneur, Elisabeth s'écrie :

    "Bienheureuse, celle qui a cru aux paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur". Dans le Magnificat, Marie chante alors sa joie : l'humilité est féconde et forte, plus que la jouissance. Nous prions ce cantique de Marie :

     

    Mon âme exalte le Seigneur,

    exulte mon esprit en Dieu mon Sauveur,

    Il s'est penché sur son humble servante

    Désormais tous les âges me diront bienheureuse.

    Le Puissant fit pour moi des merveilles

    Saint est son Nom !

    Son amour s'étend d'âge en âge

    que ceux qui le craignent

    Déployant la force de son bras,

    il disperse les superbes,

    il renverse les puissants de leur trône,

    il élève les humbles. Il comble de biens les affamés,

    renvoie les riches les mains vides.

    Il relève Israël son serviteur,

    il se souvient de son amour,

    de la promesse faite à nos pères,

    en faveur d'Abraham et de sa race à jamais.

     

    Intention :

    pour que l'Esprit Saint ouvre nos cœurs à l'humilité.

     

    3ème voyage : Marie se rend à Bethléem où elle met Jésus au monde (Luc 2, 1-7)

    L'empereur Auguste impose à chacun de se faire recenser en son lieu d'origine. Joseph, avec son épouse enceinte, monte de Nazareth à Bethléem, ville de son ancêtre David ; et là, loin de chez elle, Marie met au monde Jésus. En Marie, bousculée par les puissants, humble et docile à sa parole, Dieu réalise le salut dans l'humanité. Pour que Dieu naisse dans notre vie et dans le monde aujourd'hui, avec les "Béatitudes", demandons-lui l'humilité d'être bousculés par les hommes.

     

    Heureux les pauvres de cœur :

    le royaume des Cieux est à eux !

    Heureux les doux :

    ils obtiendront miséricorde !

    Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés !

    Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice :

    ils seront rassasiés !

    Heureux les miséricordieux :

    ils obtiendront miséricorde !

    Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu !

    Heureux les artisans de paix :

    ils seront appelés fils de Dieu !

    Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice :

    le Royaume des cieux est à eux !

     

    Intention :

    pour que les humbles de cœur éprouvent le bonheur que Jésus promet.

     

    4ème voyage : Marie et Joseph vont à Jérusalem présenter Jésus au Temple (Luc 2, 22-40)

    Marie et Joseph, selon ce qui est écrit dans la Loi, se rendent à Jérusalem pour présenter Jésus à Dieu. Ils auraient pu dire que Jésus venait déjà de Dieu pour faire exception : non, ils obéissent tout simplement à la loi. La vraie liberté, c'est d'accomplir la volonté de Dieu. C'est de cette liberté que témoigne le vieillard Syméon qui les accueille au Temple tout en annonçant combien Marie devra souffrir : "Vois, ton Fils qui est là sera un signe de division et toi-même, ton cœur sera transpercé par une épée. Cette liberté intérieure qui nous fait accepter la volonté de Dieu, nous la demandons en reprenant la cantique de Syméon :

     

    Maintenant, ô Maître,

    tu peux laisser ton serviteur

    s'en aller en paix,

    selon ta parole,

    car mes yeux ont vu le salut,

    que tu préparais à la face des peuples :

    lumière qui se révèle aux nations,

    et donne gloire à ton peuple Israël.

     

    Intention :

    pour que l'Esprit Saint nous donne la force de faire la volonté du Seigneur.

     

    5ème voyage : Marie et Joseph fuient avec Jésus en Égypte (Matthieu 2, 13-15)

    Joseph, averti qu'Hérode cherche à faire périr l'enfant, part précipitamment avec Marie en Égypte pour le protéger du massacre. Ainsi la sainte Famille va-t-elle revivre la destinée du peuple hébreu. Nouveau mystère pascal, préfigurant la vraie Pâque, le véritable passage : mystère du mal dont on ne sort ni par la violence, ni par la force mais par la pauvreté.

    Pour prier je peux dire :

     

    Seigneur, au cœur des épreuves de ce monde

    dans le drame que Marie et Joseph vivent

    avec Jésus,

    tu me fais découvrir

    que ni la puissance, ni la richesse,

    ni encore moins la force et la violence

    ne pourront libérer les hommes de l'épreuve.

    Par ton Esprit Saint fais-moi sentir ta douce présence

    et apprends-moi qu'il n'est pas d'autre salut

    que de donner sa vie pour ceux qu'on aime.

    A l'exemple de Marie et de Joseph,

    ouvre mon cœur à la confiance :

    jamais tu ne m'abandonneras

    et moi aussi tu me "rappelleras d'Égypte"

    pour me conduire en Terre Promise.

     

    Intention :

    pour toutes les victimes de la violence et des guerres.

     

    6ème voyage : Marie et Joseph rentrent à Nazareth où va grandir Jésus

    Retourner à Nazareth, c'est retourner dans une localité quelconque : "De Nazareth, que peut-il sortir de bon ?" dira Nathanaël (Jean 1, 46). Temps de l'Incarnation, de l'enracinement du Fils de Dieu dans la création et dans l'humble histoire des hommes. Ainsi, "l'enfant grandissait et se fortifiait, il progressait en sagesse et la grâce de Dieu était sur lui". (Luc 2, 40). Demandons au Seigneur de faire confiance, de savoir nous aussi prendre le temps de laisser grandir ses dons en nous, dans l'Église et dans le monde.

    Reprenons la prière eucharistique IV :

     

    Père très saint...

    tu as fait l'homme à ton image

    et tu lui as confié l'univers

    Tu as tellement aimé le monde

    que tu as envoyé ton propre Fils

    lorsque les temps furent accomplis

    pour qu'il soit notre Sauveur.

    Conçu de l'Esprit Saint,

    né de la Vierge Marie,

    il a vécu notre condition d'homme en toute chose,

    excepté le péché.

     

    Intention :

    pour que tous les humains grandissent en humanité.

     

    7ème voyage : Marie et Joseph retrouvent Jésus au Temple au milieu des Docteurs de la Loi (Luc 2, 41-51)

    Quand il monte à Jérusalem "pour la fête de la Pâque" (annonçant les "trois jours" de la Pâque finale). Jésus a 12 ans, âge auquel un jeune juif n'est plus un enfant, mais reste "soumis" à ses parents. De façon abrupte, il manifeste à "ses parents" qui est son "Père". Cette révélation de Dieu les laisse "stupéfaits".

    Comme Marie, pensant avoir perdu Jésus, nous lui disons : "Vois comme nous avons souffert en te cherchant".

    Comme Marie qui "garde ces évènements dans son cœur", acceptons sans bien comprendre qu'il nous parle du Père et prions-le :

     

    Comme Marie et Joseph,

    dans nos angoisses et dans nos épreuves

    nous te cherchons, Seigneur Jésus.

    Où es-tu ? Serais-tu loin : pourquoi cette absence ?

    Alors que nous suivons ta mère,

    laisse-nous te retrouver,

    Ouvre-nous à l'amour mystérieux,

    déroutant du Père

    Lui seul nous fera dépasser

    les épreuves de ce monde.

     

    Intention :

    pour tous ceux que l'épreuve, la souffrance ou la maladie désespère.

     

    8ème voyage : Marie accompagne Jésus jusqu'au Calvaire (Jean 19, 25-27)

    Ils sont bien peu à avoir suivi Jésus jusqu'au Calvaire : sa mère, la sœur de sa mère, Marie Madeleine et le "disciple que Jésus aimait". Jésus confie sa mère à l'ami le plus proche : geste bien naturel car Marie n'a pas d'autre fils et, comme le croit la tradition, Joseph est déjà décédé. Pourtant, ce geste a un sens plus profond : en disant oui à Nazareth, Marie devenait Mère du Fils de Dieu dans sa chair humaine ; au pied de la croix, elle devient Mère des disciples qu'il aime, Mère du Corps du Christ qui est l'Église. En elle, nouvelle Ève, nait l'humanité rachetée qui dit oui à Dieu. Nous prions :

     

    Même quand éclate l'épreuve

    et que se déchaîne la haine,

    même quand il faut pardonner,

    garde-moi, Seigneur,

    dans l'amitié que tu as scellée avec moi

    lors de mon baptême ;

    Que Marie, ta Mère que tu nous as donnée

    au pied de la croix comme notre Mère,

    m'apprenne à aimer comme toi, jusqu'au bout.

     

    Intention :

    pour que les chrétiens soient totalement fidèles à l'Évangile.

     

    9ème voyage : L'Assomption de Marie aux cieux

    Marie ne meurt pas, elle est "prise", (c'est le sens en latin du mot "assomption") dans la gloire. Pour l'affirmer, la foi s'appuie non sur l'Écriture mais sur le fait que Marie, "comblée de grâce", a adhéré parfaitement à la mission de Jésus ; comme il est glorifié dans toute son humanité, ainsi sa Mère, au "ciel". Étape ultime et logique de l'aventure de Marie, l'Assomption n'est pas comme les autres voyages, déplacement spatial, matériel, mais changement spirituel : comme le Christ ressuscité, par l'Esprit, elle est transformée dans la gloire du Père.

    Privilège de Marie, l'Assomption anticipe aussi notre propre transformation en Celui qui s'est uni à nous lors de notre baptême. Faire ce voyage avec Marie, c'est entrer dans l'espérance que notre unité avec le Christ aujourd'hui, nous conduit à la Vie définitive avec lui.

    Nous chantons cette espérance avec le psaume 26 :

     

    J'en suis sûr, je verrai

    les bontés du Seigneur

    sur la terre des vivants.

    Espère le Seigneur,

    sois fort et prends courage ;

    Espère le Seigneur.

     

    Intention :

    pour tous les défunts et ceux qui s'approchent de la mort.

     

     

     Cliquez sur le titre que vous souhaitez

    pour visualiser la page

    Notre-Dame de Laghet

    - Notre-Dame de Laghet

    - Le sanctuaire

    - La chapelle

    - Le cloître autour de la chapelle

    - La crypte

    - L'esplanade

    - Le musée des ex-voto (Salle Don Jacques Fighiera)

    - La chapelle du Vallon

    - La fontaine

    - Le magasin-librairie

    - L'hôtellerie

    - Le vallon

    - Prière à Notre-Dame de Laghet

    - Prière à la Vierge Enfant

    - Neuvaine à Notre-Dame de Laghet