• Miracle Eucharistique Onil 1824

     
     

     

    Miracle Eucharistique Onil 1824

     

    Miracle Eucharistique Onil 1824

     

    Comme chaque année au mois de novembre, on célèbre traditionnellement à Onil la Fête de Notre Seigneur Dérobé, qui commémore des évènements survenus à l'aube entre le 4 et le 5 novembre 1824 à Onil, quand Nicolás Bernabeu vola la Sainte Figure Sacrée et des objets du Culte. 

    Nicolás Bernabeu, natif de Tibi, qui avait été enfant de chœur à Onil et qui s'était sûrement caché dans l'église après la messe, déroba cet objet en or contenu à l'intérieur de la sainte figure ainsi que d'autres objets de valeur.

    Quand il arriva en courrant à la localité toute proche de Tibi, il le cacha rapidement, au lieu dit de la « Volta Blanca ».

    Plus tard, il pensa que ce n'était pas un bon endroit et il le dissimula à La Pedrera, également dans la municipalité de Tibi.

    Puis, quand il crut que tout était à l'abri et bien caché, il alla à Alicante pour vendre plusieurs pièces.

    Là-bas, à l'orfèvrerie de Amérigo, le commerçant se rendit compte qu'on voulait lui vendre une pièce volée à l'église d'Onil. Nicolás Bernabeu fut arrêté et on l'emprisonna dans les geôles du Palais Forteresse d'Onil. 

    Après d'incessantes et infatigables recherches de la Sainte Figure par les habitants d'Onil dans les villages des alentours, le 28 Novembre 1824, Teresa Carbonell, habitante de Tibi, retrouva enfin la Sainte Figure au lieu-dit de La Pedrera à Tibi. 

    Le 29 Novembre 1824, la Sainte Figure revint à la Ville d'Onil, où elle fut accueillie avec de grandes festivités par tous les habitants.

    Plus de cent ans plus tard, le 28 novembre 1943, Mr. Guillermo Hijarrubia, délégué de Monseigneur l'Archevêque de Valencia, authentifia la Sainte Figure qui était restée intacte.

    Et « Nostre Senyor Robat » d'Onil est demeuré jusqu'à ce jour sous le nom de Sainte Figure Incorrompue. 

    Miracle Eucharistique Onil 1824

     

    Source

    En savoir plus :

    1. Onil 1824
    2. Onil 1824

     

    ← Les miracles eucharistiques