• Lourdes : Les malades

     
     


    Lourdes
    Les malades

    Lourdes : Les malades



    Le père Picard a emmené 14 malades au Pèlerinage national de 1874.

    A cette époque, les malades devaient subir un voyage de 2 jours en train depuis Paris.
     
       

    Lourdes : Les malades

     
     
    De nos jours, Lourdes reçoit tous les ans 70 000 malades : handicapés mentaux ou moteurs, personnes atteintes de poliomyélite et autres maladies.

    L'hospitalité de Notre-Dame de Lourdes a pour mission d'organiser et d'accompagner le séjour de ceux qui souffrent.
    Cette confrérie, fondée en 1928, regroupe 150 000 membres laïcs de tous les coins du monde, dont 9 000 infirmières et 2 500 médecins qui viennent, à leurs frais, s'occuper des malades.

    Ils veillent jour et nuit sur les malades.

    Chaque malade est suivi par 2 ou 3 hospitaliers. Plus de 400 trains transportent les malades.
    D'autres se rendent à Lourdes en avion.

    Hébergés à l'accueil Saint-Frai, à l'accueil Notre-Dame ou l'accueil Bernadette, les malades sont ensuite conduits jusqu'à la grotte dans les célèbres petites voitures Aumond à 3 roues, ou bien sur des brancards roulant sur les "tringlots".

    Pour remplir sa mission, l'Hospitalité s'appuie sur une organisation stricte et des brancardiers qui avant de s'engager passent par une période probatoire de 7 ans.


    Lourdes : Les malades

     

     

    Lourdes : Les malades

     

    Lourdes : Les malades

     
    Conseils aux pèlerins
    Regardons bien le cortège des malades que nous allons désormais croiser à toute heure du jour.
    Ne les regardons pas en curieux, comme si nous visitions une sorte de musée de la douleur.
    Chasseurs d'images, comprenez-les ! Les malades sont très sensibles à la manière dont nos regards se posent sur eux.
     
    Regardons-les en "croyants"
    Comme la Vierge Marie a dû regarder son Fils montant au Calvaire.
    "Voici l'homme" disait Pilate, montrant le Christ torturé.
    Voici l'état dans lequel les péchés du monde entier, passé et présent, mettent encore les membres du Seigneur.
    La vue des malades, cachés d'ordinaire dans leur maison ou à l'hôpital, exposés ici à tous les regards, dans la nudité de leur misère, nous dira mieux qu'un long discours, de quel poids le péché pèse sur le monde.
    La vue des enfants surtout nous dira combien la maladie frappe en aveugle et sans aucune justice. "Pourquoi ceux-ci et pas nous ?"
     
    Regardons-les en "frères"
    "J'étais malade et vous m'avez soigné", dira Jésus à ceux qui l'auront reconnu dans ses membres souffrants.
    Il ne s'agit pas d'une compassion facile et de surface, mais d'une aide efficace.
    Sans compter les innombrables services que nous pouvons rendre aux malades (les brancardiers et infirmières bénévoles ne seront jamais trop nombreux), nous devons établir autour des malades un climat de joie et d'amitié, comme aussi de prière et de recueillement.
    Le pèlerinage offre à leur Foi une occasion unique de découvrir le sens de leur souffrance et nous pouvons les y aider.
     
    Regardons-les avec des yeux de "responsables"
    "Quiconque veut me suivre, doit prendre sa croix".
    Il est impensable que quelques uns seulement doivent en porter le poids, tandis que tous les autres en seraient dispensés !
    Quelle sera cette part qui nous revient ? Comment doit-elle s'inscrire dans notre vie ? Quelle sera notre manière particulière de lutter contre le péché et ses conséquences, dans notre vie de bien-portants ? De quels efforts, recherches, travail et action pour la justice, sera notre part ? Quelle somme de Foi, de Charité fraternelle, d'Espérance persévérante dans la peine, donnerons-nous ?
    Découvrir la réponse à toutes ces questions, voilà une authentique manière de porter, en vérité, tous les jours de notre vie, avec les malades, le poids du péché.
     
    Conseil aux malades
    Nous sommes venus à Lourdes, le cœur rempli de désirs et d'espoirs.
    Plusieurs, sans doute, viennent remercier Notre Dame, pour telle grâce reçue.
    D'autres se sont mis en route, avec le secret espoir d'être soulagés ou guéris. C'est leur dernier recours, devant l'échec de tous les moyens humains.
    N'oublions pas qu'en tout cela, une chose compte par-dessus tout : découvrir, s'il est possible, plus clairement, ce que Dieu attend de chacun d'entre nous, afin d'y répondre plus fidèlement.
    Dans l'Évangile, nous voyons le Seigneur encourager les malades à solliciter leur guérison. Si sa volonté est de nous rendre la santé, nous le supplions de le faire, et nous lui serons infiniment reconnaissants de cette grâce bouleversante.
    Nous trouverons un peu plus loin (page 223) ce que peut être notre attitude à l'égard du miracle. Il faut essayer de voir plus loin :
    Notre Dame nous invite à porter sur notre vie,
     
    Un regard de foi
    La première à ne pas avoir été guérie fut Bernadette, qui, malade durant de longues années, sut accepter, ressentir et offrir sa souffrance comme celle même du monde constamment démoli par le péché. Elle l'offrait en s'unissant à la rédemption de notre Seigneur, pour notre salut à tous, pécheurs, et pour que la gloire de Dieu fût manifestée.
    Notre Seigneur ne changera peut-être pas la condition douloureuse de notre vie, mais transformera notre esprit et notre cœur.
    Il nous montrera comment, en notre chair même, se poursuit l'œuvre de salut qu'il a commencée dans la sienne au Calvaire. Il nous donnera le courage de marcher avec Lui, pour que le monde, purifié de son péché, devienne nouveau.
     
    Un regard de charité
    Et les formes de notre Charité pourront être bien nombreuses, nous pourrons :
    Prier et solliciter la bonté de Dieu pour le corps et le cœur des autres malades, de ceux qui en ont le besoin le plus grand.
    Prier et solliciter la bonté de Dieu pour tous ceux, connus ou inconnus, qui nous ont aidés à partir à Lourdes. Leurs offrandes, le plus souvent anonymes, s'accompagnaient d'un appel à notre prière.
    Dans ces longues heures passées dans la grotte, aux piscines, durant les processions, comment pendant le voyage long et fatigant, nous les présenterons tous à Jésus et Notre Dame.
    Prier et solliciter la lumière de Dieu pour tant d'âmes en recherche loyale de la vérité. Notre souffrance nous fait si proches du Christ dans l'obéissance à sa croix, qu'elle nous obtiendra cette grâce de lumière pour tous ceux qui cherchent.
    Accepter et offrir les inévitables contrariétés de ces jours de pèlerinage.
    Il est possible, malgré le dévouement de tous ceux qui nous entourent, qu'une fois ou l'autre, nous soyons dépaysés, incompris, oubliés ou froissés. Les autres malades, pourtant les plus aptes à nous comprendre, seront une fois ou l'autre, eux aussi, moins fraternels que nous l'espérions. De tout cela nous pouvons faire occasion d'aigreur et de ressentiment ou au contraire, acte d'amour persévérant, sous le sourire maternel de Notre Dame.
     
    Un regard d'espérance
    Beaucoup reviendront de Lourdes sans être guéris ni soulagés corporellement.
    Mais ils ne sont pas seuls. Ils ont vu la foule des autres malades. Ils sont les membres du Seigneur accomplissant dans l'Église le travail de salut commencé au Calvaire. Ils se savent tout aussi utiles  au monde que les plus actifs des bien-portants. Ils ont trouvé le sens de leur vie. Du moins devons-nous tous prier pour que Lourdes soit pour tous cette "terre de lumière".
    Dans le Christ souffrant et mourant pour nous, ils ont déjà la promesse de Résurrection et déjà leur vie est celle de "rachetés" travaillant au salut du monde.
    Nous allons tous ensemble vers le Royaume dont l'Apocalypse dit :
    "Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. La mort ne sera plus, ni la tristesses, ni la douleur, ni les cris d'angoisse... le premier ciel et la première terre ont disparu. C'est maintenant la demeure de Dieu parmi son peuple".
    Source : Le livre "Souvenir du pèlerinage national à Lourdes" de 1958.
     
    En savoir plus :
     

    Lourdes : Les malades

     

    Lourdes : Les malades

     

     

    Les lieux saints

     Lourdes (65) :

     

    - Le plan du domaine de la grotte : http://www.lourdes-france.org/include/plan_fr.php

    - Guide du pèlerin

     

    La crypte - La basilique de l'immaculée conception - La basilique du Rosaire - La basilique Saint Pie X - L'église Sainte Bernadette - La grotte - Le chemin de croix - La procession aux flambeaux - L'eau de Lourdes - Les cierges - Les miracles de Lourdes - Les malades - Le bureau des constatations - Les pélerinages - La procession eucharistique - La tente de l'adoration - Les distributeurs de médailles

     

    Les lieux du souvenir :

    Le musée de cire - Le cachot - Le moulin de Boly (Maison natale de Bernadette) - Le moulin Lacadé (Maison paternelle) - L'église du Sacré-Cœur - Le centre hospitalier - Bartrès - Le musée Sainte Bernadette - L'ancien presbytère - Le cimetière de l'égalité - Le cinéma Bernadette - Le panorama de la vie de Sainte Bernadette - Le bois de Lourdes

     

    Les signes de Lourdes - Les intentions de prière - TV Lourdes

    - Prière, neuvaine à Notre-Dame de Lourdes

    - Chapelle des confessions (ou de la réconciliation)

    - Chapelle de l'adoration

    - Chapelle Notre-Dame

    - Chapelle Saint Joseph

    - Maisons Saint Pierre et Saint Paul - Cinéma de la forêt - Hémicycle - Podium - Chemin de l'eau - Prairie - abri du pélerin - Librairie - Cité Saint Pierre - Village des jeunes - Pavillons - Objets trouvés - Bureau des messes - Les portes (de la crypte, saint Joseph, des lacets, etc...) - Accueil Notre-Dame - Accueil Jean-Paul II - Service d'accueil des personnes handicapées.

     

    - Musée de la médaille miraculeuse

     

    Le train bleu : http://trainbleu.free.fr/

    Lourdes cancer espérance : http://www.lourdescanceresperance.fr/index.html 

     

     

    Les serviteurs de Dieu

    - Bernadette Soubirous (Lourdes)