• Le mois de la Passion de Jésus-Christ 30 avril

     
     

    Le mois de la Passion de Jésus-Christ

    30 avril

     

    Le mois de la Passion de Jésus-Christ  30 avril

     

    Jésus détaché de la croix 

    mis entre les bras de sa mère affligée

     

    Source : Livre "Méditations sur la Passion de N.S. Jésus-Christ pour tous les jours du mois" par Antoine Montagnon

     

    MÉDITATION

    Pour le trentième jour.

    Jésus détaché de la Croix, et mis entre les bras de sa Mère affligée

    Considérons avec quelle dévotion la sainte Vierge, saint Jean et Joseph d'Arimathie vinrent détacher le Corps adorable de Jésus.

    Ils se prosternèrent au pied de la Croix, et adorèrent ce sacré dépôt avec abondance de larmes.

    Dès aussitôt qu'il fut détaché de la Croix, la sainte Vierge le reçut entre ses bras, elle pleura amèrement la mort de ce Fils unique et bien aimé, qu'elle avait nourri, et avec qui elle avait si saintement vécu l'espace de trente-trois années.

    Il est probable que saint Jean se jeta sur le côté de Jésus, et baisa ce cœur amoureux qui avait été ouvert pour le salut de tous les hommes, et sur lequel il avait eu le bonheur de reposer amoureusement dans la dernière cène avant sa Passion.

    Unissons nos adorations, nos humiliations, notre douleur et nos larmes à celles de la sainte Vierge, de saint Jean et de Joseph d'Arimathie.

    Baisons avec respect ces sacrées plaies à leur imitation, et entrons dans les saintes dispositions qu'ils avaient au pied de la Croix.

    Considérons pourquoi Jésus permit qu'on le détachât de la croix après sa mort.

    1°. Il voulut mourir en croix, et n'en voulut pas descendre, pour nous apprendre que, si nous voulons être sauvés avec lui, il faut que nous persévérions avec patience jusqu'à la mort comme lui dans les croix, sans jamais nous en détacher pendant notre vie.

    Il n'est pas temps, dit saint Augustin, d'arracher les clous pendant notre vie ; il faut attendre après la mort.

    2°. Jésus descend de la croix, pour faire place à tous les Chrétiens qui doivent s'y attacher ; n'étant pas juste et convenable, au rapport de saint Bernard, que les membres soient traités plus doucement et plus délicatement que le chef.

    Recevons donc avec respect cette croix que Jésus-Christ nous laisse en partage, et parcourons-en à loisir toutes les dimensions.

    Considérons la hauteur, elle pénètre jusques dans le Ciel, elle nous ouvre la porte du Paradis : quelle estime devons-nous faire de cette gloire, qu'un Dieu incarné a voulu nous acquérir par l'excès de ses tourments et de ses souffrances !

    Voyons la profondeur de cette Croix, elle perce la terre, elle descend jusques dans les Enfers, pour nous fermer la porte de ces abîmes.

    Méditons les obligations infinies que nous avons à Jésus crucifié, qui a voulu éteindre par l'effusion de son sang, le feu de l'enfer, qui nous devait brûler.

    Voyons la largeur de cette Croix ; considérons les grâces inestimables et infinies qu'elle enferme, prions notre divin Sauveur de nous les appliquer.

    Considérons que le corps de Jésus fut mis entre les bras de la sainte Vierge sa chère Mère, pour nous assurer que c'est en elle que nous devons mettre notre espérance, et lui confier notre âme entre ses mains au dernier moment de notre vie, pour la présenter à son Fils après notre mort, et pour nous obtenir miséricorde de ce Fils bien-aimé.

     

    Affections

    O Corps précieux de mon aimable Sauveur, qui étiez l'admiration des hommes et des Anges, à cause de votre charmante beauté ! hélas, en quel, état êtes-vous réduit à présent ! ces yeux sacrés qui ont converti tant de pécheurs par leurs regards amoureux, sont à présent fermés ; cette bouche qui n'a proféré que des paroles de miséricorde, est muette, ce côte et ce cœur tout divin, qui a toujours brûlé d'amour et de charité pour Dieu et pour le prochain, est ouvert, ces mains adorables qui ont guéri tant de malades et ressuscité tant de morts ; ces pieds sacrés, qui ont tant fait de pas sur la terre pour le salut des hommes, ont été percés à jour avec de gros clous, le plus beau de tous les corps, est tout couvert de sang, et meurtri de blessures.

    C'est votre grand amour, ô mon aimable Jésus qui a opéré ces effets si surprenants.

    Hélas ! imprimez vivement dans mon âme, les sentiments que je dois avoir de votre sainte Mort et Passion ; accordez-moi la grâce de persévérer avec courage dans les souffrances ; et ne permettez pas que je me détache jamais de ma Croix pendant ma vie.

     

    Résolutions

    De persévérer avec courage jusqu'à la mort dans nos croix, de nous plaire dans l'état où Dieu nous a mis, et d'en supporter patiemment toutes les peines, sans y jamais nous impatienter, à l'exemple de Jésus. 

     

    Jésus descendant de la Croix,

    Attachez-nous à ce saint bois.