• Le chemin du Ciel

     

     

    Le chemin du Ciel

     

     

     

    PETIT RÈGLEMENT

     

    Le lever

    Tous les matins à mon réveil, ma première pensée sera pour Dieu, puis je ferai pieusement le signe de la croix et je baiserai mon crucifix ou ma médaille.

    Mes premières paroles seront : " O mon Dieu, je me donne à vous et tout ce que j'ai vous appartient, par Marie, ma mère."

    Je m'habillerai vite et décemment, mais simplement. La modestie sur mon front, la pureté dans mon regard, la douceur sur mes lèvres, voilà ma plus belle parure. En m'habillant j'aurai de pieuses pensées. Une journée commencée avec Dieu et Marie sera Sainte, se passera dans l'humble petit devoir de chaque jour et comptera pour l'éternité.

    La prière

    Pendant ma prière, je baisserai les yeux. Dieu se penche alors amoureusement vers moi pour me bénir.

    Oh ! heureux moment de la prière !

    Si dans les familles où le nom de Jésus n'est jamais prononcé, où l'on ne prie ni le matin, ni le soir, il se trouve un enfant qui sache prier, tôt ou tard la mère s'agenouillera près de lui et joindra les mains ; le père inclinera la tête pour adorer Dieu qui protège le foyer chrétien.

    La sainte messe

    J'assisterai à la sainte messe toutes les fois que mes occupations me le permettent.

    J'irai donc à Jésus. Avec Madeleine, je pencherai ma tête sur les pieds du divin Crucifié. Je supplierai Jésus, de laisser tomber une goutte de son sang sur mon front, afin que mon âme soit purifiée. Je lui dirai : "Jésus, mon unique amour, je désire vous recevoir dans mon âme. Venez vite, ne tardez pas, bon Sauveur. Venez à moi, votre pauvre enfant a faim et soif de vous, de vous qui êtes le pain de vie !"

    Le travail

    Il faut que je travaille. Le travail est le châtiment du péché et un puissant préservatif contre le mal.

    En soumettant mon esprit et mon cœur aux fatigues d'un travail incessant, je fais pénitence pour mes fautes.

    Le travail sauvegarde la vertu et l'honneur. Le démon profite des heures d'oisiveté pour nous tenter.

    Le repas

    Je prendrai mes repas sous le regard de Jésus et me représenterai souvent Jésus abreuvé de vinaigre. Je ne quitterai jamais la table sans m'être imposé un petit sacrifice.

    Récréation

    J'emploierai le temps de la récréation à être joyeux et gai ; mais toujours de manière à ce que Jésus et Marie puissent s'y plaire.

    Mes visites à Jésus

    Dans la sainte Eucharistie, Jésus est souvent tout seul. Je serais bien ingrat si je ne le visitais pas de temps en temps !

    Je m'empresserai le soir d'aller à Lui. Il m'aime tant ! Il est là impatient de me voir près de Lui. Il me sourit dès que j'ouvre la porte de l'église.

    J'irai m'agenouiller aussi près de Lui que possible : et malgré les bruits du dehors, malgré les tempêtes, je me recueillerai dans l'oraison. Uni avec Marie et les anges, j'adorerai Jésus. Mes lèvres et mon front reposeront sur ses pieds sacrés et de mon cœur, pareil à l'encens, s'élèvera la prière ! Après avoir adoré Jésus, je contemplerai ses mains percées, son cœur blessé et ouvert, son front couronné d'épines ; je pleurerai sur mes péchés, cause de tant de douleurs. Puis je Lui parlerai de mes faiblesses, de mes tentations, de mes craintes, de l'avenir.

    Là, aux pieds de Jésus, je donnerai rendez-vous aux êtres chers, qui vivent loin de moi.

    Avec eux, pour eux je prierai.

    Avant de quitter l'église, je déposerai aux pieds de Jésus mon esprit et mon cœur. Comme la petite lampe qui veille et brille devant le tabernacle, ainsi mon cœur veillera et brûlera d'amour jour et nuit pour mon bon Sauveur.

    Ma dévotion à Marie

    "Marie est ma mère". Ces mots font tressaillir mon cœur comme le son d'une voix bien-aimée ! Ils sont mon cantique de chaque jour, ils sont une harmonie céleste !

    "Marie est ma mère ! ". Toujours, je l'invoquerai et je l'aimerai. J'ai une Mère au ciel ; la meilleure de toutes les mères ; avec elle je suis sûr de ne pas me perdre. Quel bonheur quand le soir, aux pieds de la sainte Madone, je puis épancher mon cœur dans le cœur de Marie, lui confier mes souffrances, mes désirs, mes espérances !

    Alors, Marie se penche vers moi et me remplit d'une joie céleste ! Elle parle, et ses paroles produisent de doux mouvements dans mon âme.

    Près d'elle, je ressens les joies du ciel, j'oublie les douleurs de ma misère, je ne suis plus de ce monde. Je repose dans les bras de la meilleure des mères. Elle parle, et ses paroles m'animent davantage à combattre le monde et le démon. Elle m'explique le charme de la vertu, les délices de l'innocence, toutes les joies d'un cœur pur. Et alors je me donne tout à Marie.

    "Marie est mon refuge et ma médiatrice". Près d'elle je chercherai du secours. Elle connait mes faiblesses. Elle a pleuré sur moi lorsque j'ai péché. O larmes de ma Mère ! Marie, je ne veux plus jamais contrister ma mère.

    Elle m'a vu triste, privé de la grâce, esclave du démon. Elle a eu pitié de moi ; Elle m'a ramené, moi, pauvre enfant égaré, à Celui qui pardonne au cœur repentant.

    Ah, je m'en souviens encore de ces heures où le remord torturait mon âme et où je n'osais plus prier... J'ai entendu une voix qui m'appelait, c'était la voix de Marie, la voix d'une mère qui cherche son enfant perdu.

    Ces mouvements du cœur vers le bien, ce désir d'une vie meilleure, ce regret des fautes, oh ! je le comprends, c'est Marie qui me les a inspirés.

    Tombé, elle m'a relevé ; chancelant, elle m'a soutenu ; fidèle et persévérant, elle m'a encouragé.

    O Marie, quelle reconnaissance je vous dois ! Guidez-moi encore et toujours ! Protégez votre pauvre enfant, si faible, malgré tout !

    "Marie est mon modèle". Je veux imiter ses vertus. Je suis l'enfant de celle, qui sur terre fut douce, humble et pure. Il faut que je marche sur ses traces, que j'imite ses vertus : telle mère, tel enfant !

    Mon chapelet

    Tous les jours, je réciterai mon chapelet ou au moins une dizaine.

    Il sera ma guirlande de fleurs tressée en l'honneur de Marie. Je prononcerai distinctement les paroles de l'Ave Maria, et je méditerai les saints mystères.

    Chaque samedi, je renouvellerai au pied de l'image de Marie mon acte de consécration. J'aimerai toutes ses fêtes. Je les célébrerai par de pieuses communions spirituelles jusqu'à ce que j'aie le bonheur de recevoir réellement mon Sauveur.

    Le soir

    Voici la fin du jour. Pendant ma prière du soir je nourrirai mon âme de pensées pieuses. Je règlerai les affaires de ma conscience par un examen sérieux de toutes les actions du jour.

    Avec une grande dévotion je ferai un acte de contrition et en signe d'humilité je baiserai la terre.

    Heureux jour que celui où en saluant le divin Crucifié, je peux dire : "Je lui suis resté fidèle ; aucun souffle n'a terni ma couronne de lys et de roses... j'ai rempli mes devoirs... j'ai un peu souffert pour le bon Dieu !"

    Si ma conscience me reproche une faute, je tomberai à genoux et je dirai : "Mon Jésus, pardon et miséricorde ! de nouveau, je vous ai offensé ; demain je m'efforcerai de faire mieux, de vous aimer plus parfaitement." Je me coucherai en baisant mon crucifix ou ma médaille ; j'aspergerai mon lit avec de l'eau bénite et je m'endormirai avec la bénédiction de Marie et sous la protection de mon ange gardien.

    Je consacrerai à mon Jésus chaque battement de mon cœur car mon cœur ne se repose pas. Il doit sans cesse veiller pour Jésus et l'aimer.

    Si pendant la nuit je ne puis dormir, je me tournerai quelques instants vers l'église, pour y saluer le divin Prisonnier.

    Ainsi, avec la grâce de Dieu, mes journées seront bien remplies et mes nuits se passeront saintes et pures.

    Prière du matin

    Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

    Mon Dieu, je vous adore avec un profond respect ; je vous remercie de toutes les grâces que vous m'avez accordées, spécialement de la bonté avec laquelle vous m'avez gardé durant cette nuit.

    Je vous consacre mon corps et mon âme, tout ce que je suis et tout ce que j'ai.

    Je vous offre toutes mes pensées, mes paroles et mes actions, et je forme l'intention de tout faire en ce jour pour l'amour de vous, et pour l'accomplissement de votre sainte volonté.

    Accordez-moi pour cela votre sainte grâce.

    Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour moi !

    Saint Joseph, priez pour moi !

    Saint(e) ..... mon patron (ma patronne), priez pour moi !

    Mon bon ange, protégez-moi !

    Notre Père, qui êtes aux cieux, que votre nom soit sanctifié, que votre règne arrive, que votre volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donnez-nous aujourd'hui notre pain de chaque jour ; pardonnez-nous nos offenses, comme nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés ; et ne nous laissez pas succomber à la tentation, mais délivrez-nous du mal. Ainsi soit-il.

    Je vous salue, Marie, pleine de grâce ; le Seigneur est avec vous. Vous êtes bénie entre toutes les femmes, et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l'heure de notre mort. Ainsi soit-il.

    Je crois en Dieu, le Père tout-puissant, créateur du ciel et de la terre, et en Jésus-Christ, son Fils unique, Notre-Seigneur ; qui a été conçu du Saint-Esprit, est né de la Vierge Marie, a souffert sous Ponce Pilate, a été crucifié, est mort, a été enseveli ; est descendu aux enfers, le troisième jour est ressuscité des morts, est monté aux cieux, est assis à la droite de Dieu le Père tout-puissant, d'où il viendra juger les vivants et les morts. Je crois au Saint-Esprit, à la sainte église catholique, à la communion des saints, à la rémission des péchés, à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. Ainsi soit-il.

    Que le Seigneur me bénisse ; qu'il me garde de tout mal ; qu'il protège mes parents et mes bienfaiteurs, et que, par sa miséricorde, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix. Ainsi soit-il.

    Trois "Je vous salue Marie" ; Marie, ma Mère, préservez-moi aujourd'hui de tout péché mortel. (300 j. d'ind.)

    Prière du soir

    Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

    Mon Dieu, je vous adore avec le respect le plus profond ! je vous remercie de toutes les grâces que vous m'avez accordées, spécialement de la bonté avec laquelle vous m'avez gardé durant ce jour. Protégez-moi, je vous prie, durant cette nuit et accordez-moi un véritable repentir des fautes que j'ai commises aujourd'hui.

    (Examinez votre conscience et dites ensuite l'acte de contrition, les actes de foi, d'espérance et de charité).

    Acte de contrition

    Mon Dieu, je me repens de tout mon cœur de vous avoir offensé, parce que vous êtes infiniment bon et infiniment aimable, et que le péché vous déplait ; je fais un ferme propos, moyennant votre sainte grâce, de ne plus vous offenser, d'en éviter les occasions et de faire pénitence.

    Acte de foi

    Mon Dieu, je crois en vous, parce que vous êtes la vérité même.

    Acte d'espérance

    Mon Dieu, j'espère en vous, parce que vous êtes la miséricorde infinie.

    Acte de charité

    Mon Dieu, je vous aime de tout mon cœur, parce que vous êtes souverainement aimable.

    Sainte Marie, mère de Dieu, priez pour moi !

    Saint Joseph, priez pour moi !

    Saint(e).... mon patron (ma patronne), priez pour moi !

    Mon bon ange, protégez-moi !

    Notre Père - Je vous salue Marie - Je crois en Dieu.

    Que le Seigneur me bénisse ; qu'il me garde de tout mal ; qu'il protège mes parents et mes bienfaiteurs, et que, par sa miséricorde, les âmes des fidèles trépassés reposent en paix.

    O Cœur agonisant de Jésus, ayez pitié des mourants. (100 j. d'ind.)

    Trois "Je vous salue Marie" ;

    Marie, ma Mère, préservez-moi aujourd'hui de tout péché mortel. (300 j. d'ind.)

    Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Ainsi soit-il.

     

    O ma Souveraine et ma Mère

    O ma Souveraine et ma Mère, je m'offre tout à vous , pour vous prouver mon dévouement, je vous consacre aujourd'hui mes yeux, mes oreilles, ma bouche, mon cœur, ma personne toute entière.

    Puisque je vous appartiens, ô ma bonne Mère, gardez-moi, défendez-moi comme votre bien et votre propriété.

    Doux cœur de Marie, soyez mon salut ! (300 j. d'ind.)

     

     

    L'enfant devant le Saint Tabernacle

    Le chemin du Ciel

    La sainte messe