• La famine

     
     
    La famine


    La famine s'étendit sur toute la terre, le blé manqua dans le pays de Chanaan.

    Jacob envoya ses fils en Égypte pour y acheter du blé, ne conservant auprès de lui que Benjamin, le plus jeune.

    Lorsque les 10 frères arrivèrent devant Joseph, ils le saluèrent avec respect sans le reconnaître.

    La famine

     
    Mais Joseph les reconnut et leur demanda avec une feinte rudesse : "D'où venez-vous ?"

    Ils répondirent : "Nous sommes du pays de Chanaan et nous venons ici pour acheter du blé."

    Joseph reprit : "Je ne vous crois pas. Vous venez espionner ce qui se passe en Égypte."

    "Oh ! non, Seigneur, dirent-ils ; nous sommes 12 frères, l'un de nous est resté auprès de notre père, l'autre n'est plus. Nous n'avons d'autre intention que celle d'acheter du blé."

    Joseph ajouta : "Je saurai si vous dites la vérité car je vais conserver l'un de vous jusqu'à ce que vous m'ayez amené votre plus jeune frère."

    Ils furent tous consternés et ils se dirent entre eux : "Dieu nous punit, parce que nous avons été bien coupables envers notre frère."
    Ils ne craignaient pas d'être compris de Joseph qui pour éviter de se faire reconnaître, n'avait parlé qu'en égyptien et s'était servi d'un interprète.

    En les entendant, Joseph ne put retenir ses larmes. Il se retourna pour n'être pas vus par eux, car son intention était de leur faire beaucoup de bien ; il voulait seulement s'assurer si rien de fâcheux n'était arrivé à Benjamin.

    Il choisit Siméon comme otage et faisant approcher ses serviteurs, il leur commanda de mettre l'argent dans chacun des sacs après les avoir remplis de blé.

    Les fils de Jacob partirent partirent pleins de tristesse.
    En arrivant, ils vidèrent leurs sacs et s'aperçurent avec effroi que l'argent était resté.

    Ils racontèrent à leur père ce qui s'était passé.

    En apprenant ces choses, Jacob s'écria avec amertume : "Joseph n'est plus, Siméon est retenu en prison et vous voulez m'ôter Benjamin !
    Non, mon fils n'ira pas en Égypte car s'il lui arrivait quelque mal, je mourrais de douleur."

    La peine du père était encore aussi vive et il pleurait toujours son fils chéri qui lui avait été enlevé.
     
    ← Retour (La Bible)