• L'épiphanie

     
     

    L'épiphanie

    L'épiphanie




     

    L'Épiphanie, ou fête des rois.

    Le terme "épiphanie" est issu du grec et signifie "apparition".

    L'Épiphanie désigne aujourd'hui une fête chrétienne qui célèbre le Messie venu et incarné dans le monde et recevant la visite et l'hommage des rois-mages.

    Elle a lieu le 6 janvier. En France et en Belgique, puisque ce jour n'est pas férié, elle est célébrée le deuxième dimanche suivant Noël.

    Cette fête commémore la visite des trois rois mages : Melchior, Gaspard et Balthazar venus apporter des présents à l'enfant Jésus : de la myrrhe, de l’encens et de l’or.

    Les rois mages

     

    L'épiphanie

     

    Venus d'Orient, trois rois se mirent en route en suivant la lumière d'une étoile plus brillante que toutes les autres (l'étoile du berger) qui les guide jusqu'à Bethléem. Ils y trouvèrent l'enfant Jésus, qu'ils appelèrent "Le nouveau roi des juifs".

    Quand ils le découvrirent dans l'étable, près de ses parents (Marie et Joseph), ils s'agenouillèrent devant lui en signe de respect et lui apportèrent de l'or, de la myrrhe et de l'encens.

     

    L'épiphanie

     

    La symbolique des cadeaux des rois mages

    - L'or de Melchior célébrait la royauté,

    - L'encens de Balthazar célébrait la divinité,

    - La myrrhe de Gaspard annonçait la souffrance que Jésus allait subir plus tard.

     

    Les origines de la fève et de la galette

     

    L'épiphanie

     

    La fève dans la galette des rois remonte au temps des romains. C'était une fève blanche ou noire qui était déposée pour les scrutins. Au début de janvier, les Saturnales de Rome élisaient le roi du festin au moyen d'une fête.

    Si la tradition est d'origine religieuse, elle est devenue une tradition familiale où l'on se rassemble pour découper la galette.

     

    L'épiphanie

     

    La tradition veut que le jour des rois, on partage une galette dans laquelle est dissimulée une fève.

    Celui qui trouvera la fève sera couronné et choisira son roi ou sa reine.

     

    La galette

     

    L'épiphanie

     

    La coutume veut que le plus jeune de la famille se glisse sous la table pour désigner qui aura quelle part. Ainsi, personne ne peut tricher.

     

     

    Quelle est l'origine  de la fête de l'Épiphanie, l'origine de la fête chrétienne ?

    La fête de l'Épiphanie le 6 janvier, qui célèbre la manifestation du fils de Dieu parmi les hommes, est apparu dans des lieux différents avec un contenu différent : la naissance de Jésus, l'adoration des mages, le baptême de Jésus dans le Jourdain et le miracle des noces de Cana.

    Elle existait au IVème siècle et elle est probablement plus ancienne.

    L'origine de la fête de l'Épiphanie, ainsi que sa signification,  est donc complexe.

    Constantinople, elle a commencée à célébrer à la fois la nativité et le baptême de Jésus, puis elle n'a célébré que le baptême, lorsque Constantinople a adopté en 379 la fête de Noël le 25 décembre. C'est alors qu'elle devient un jour baptismal. La bénédiction de l'eau a lieu la veille de la fête et elle est distribuée aux fidèles le jour de l'Épiphanie.

    Jérusalem en 384, elle célébrait la nativité de Jésus, jusqu'a ce que Jérusalem ait adopté la fête du 25 décembre dans le courant du Vème siècle.

    En Égypte, elle célébrait le baptême du Christ. Le miracle de Cana était fêté peu après. On bénissait l'eau du Nil et on puisait cette eau bénite pour asperger les bateaux. Cette fête  devint  un jour de célébration de baptême. 

    En Gaule sous l'influence orientale, elle est apparue en 361. Elle célébrait la nativité de Jésus jusqu'à ce que la Gaule ait adopté la fête du 25 décembre au début du Vème siècle. Alors elle a célébrée les mages, le baptême du Christ et le miracle de Cana.  

    Source

    La fête liturgique de l'Épiphanie en Occident

    Cette fête se célèbre le 6 janvier, et dans les pays, comme en France depuis le concordat, où elle n'est pas obligatoire, la solennité en est renvoyée au dimanche suivant. 

    Quatrième des cinq grandes fêtes de l'année liturgique nommées "Fêtes cardinales" (après Pâques, Noël et la Pentecôte et avant l'Ascension), elle n'est pourtant plus jour férié en France.

    Les dimanches situés entre l'Épiphanie et la Septuagésime sont appelés "dimanches après l'Épiphanie".

    Leur nombre change selon la date de Pâques : il y en a toujours au moins deux et jamais plus de six.

    Ceux qui sont omis à cette époque se place entre le 23ème et le dernier dimanche après la Pentecôte.

    La couleur liturgique de ces dimanches est le vert. 

    MESSE DE LA FÊTE  DE L'ÉPIPHANIE 

    1. Célébration de la messe de l'Épiphanie

    Dans la liturgie occidentale, le jour de la fête, on lit l'évangile de la visite des mages à Jésus. (Mt 2/1-12).

    En première lecture, le texte d'Isaïe (60/1-6) évoque les gens de Saba qui viendront à Jérusalem en apportant l'or et l'encens et dit que les nations marcheront vers la lumière et les rois vers la clarté. 

    Le missel prévoit d'employer l'encens à plusieurs reprises pendant la messe.

    Il propose une belle bénédiction solennelle.

    La couleur liturgique est le blanc au rite romain.

    2. Date de l'Épiphanie

    La date de l'Épiphanie est le 6 janvier, elle a lieu 12 jours après Noël.

    Cette date de l'Épiphanie vient d'une fête pré-chrétienne du 6 janvier qui était en liaison avec le solstice d'hiver.

    C'est la date de la Fête des rois. En France, puisque ce jour n'est pas férié, la date de l'Épiphanie est souvent reportée au dimanche suivant ou anticipée au dimanche précédent.

    Source

     

     

     

    ← Retour (Vie religieuse)