• Guy l'enfant (15 juin)

     
     

    Guy l'enfant

    Fête : 15 juin

     

    Guy l'enfant (15 juin)

     

    Pourquoi l'invoquer ?

    - Contre la chorée, ou danse de saint guy.

    - Contre les maux de dents et les abcès dentaires.

    - Contre la somnolence.

     

    Prière :

    † Petit saint Guy,

    Juste d'entre les justes,

    Donne-moi de ton innocence,

    Pour apaiser mes souffrances,

    Guéris-moi du mal qui m'afflige et me tourmente,

    au nom de l'Enfant-Jésus,

    dont tu avais les vertus et au nom duquel tu mourus.

    † Que le mal quitte mon corps, et n'y entre plus jamais.

    † Amen.

     

    1) La vie de saint Guy  

     

     

              Le martyr du saint est mentionnée pour la première fois dans le martyrologe hiéronimien. La plus ancienne mention annonce à la date du 15 juin : "In Lucania Viti", mais à la même date on trouve une seconde mention qui semble bien être une addition postérieure :"In Sicilia Viti, Modesti et Crescentiae". Seul Guy se révèle être un authentique martyr dont le culte est très ancien. Mais on ignore tout de son histoire réelle qui a été embellie au fil du temps par des récits fabuleux où il est associé à un précepteur,  saint Modeste, et à une nourrice Crescence et qui placent ses origines en Sicile4.

     

            D'après la légende, telle que la rapporte Jacques de Voragine, Guy, enfant distingué et fidèle, n'avait que 12 ans lorsqu'il fut martyrisé en Sicile. Son père, Hylas, avait coutume de le frapper car il refusait d'adorer les idoles. Le gouverneur de Sicile, Valérien, en fut informé. Il convoqua l'enfant et le fit flageller pour qu'il renie sa foi. Mais aussitôt les bras du bourreau et la main du gouverneur furent frappés de paralysie. Sur la prière de Guy, le gouverneur retrouva l'usage de sa main. Il enjoignit pourtant au père de l'enfant de le faire changer de religion. L'enfant fut ramené chez lui et son père s'efforça de changer son coeur par la musique, la compagnie de jeunes filles et par toutes sortes de plaisirs. Puis il l'enferma dans une chambre. Une merveilleuse odeur en émana et embauma son père et toute sa famille. Alors Hylas regarda par le trou de la serrure et vit sept anges auprès de son fils. A cette vision il devint aussitôt aveugle. Il fut conduit au temple de Jupiter et promit, s'il recouvrait la vue, d'offrir un taureau avec des cornes dorées. Comme il n'obtenait rien, il implora son fils de le guérir. Grâce aux prières de son enfant, il recouvra la vue. Un ange apparut alors à Modeste, le précepteur de l'enfant, et lui ordonna de le faire monter dans un bateau pour le conduire vers une autre terre (l'Italie). Dans ce nouveau pays, un aigle les nourrissait et ils accomplissaient de nombreux miracles. Bientôt il fut appelé par Dioclétien afin de guérir son fils qui était possédé par un démon. Celui-ci avait déclaré qu'il ne s'en irait point si l'on ne faisait venir Guy de Lucanie. L'enfant imposa ses mains sur le possédé et, aussitôt, le démon s'enfuit. Malgré ce miracle, l'empereur voulut le forcer à sacrifier aux dieux. Guy refusa et fut jeté en prison avec son précepteur. Mais leur chaînes tombèrent et leur cachot s'emplit d'une lumière admirable. Apprenant cela, l'empereur fit jeter le saint dans une fournaise ardente, mais il en ressortit intact. On le livra ensuite à un lion féroce qui s'adoucit devant la foi de l'enfant. Dioclétien ordonna alors qu'on le suspende à un chevalet avec son précepteur Modeste et sa nourrice Crescence qui l'avait toujours accompagné. Soudain l'air se troubla, le tonnerre gronda, la terre trembla et les temples des idoles s'écroulèrent, écrasant de nombreuses personnes. L'empereur épouvanté et frappé par cette malédiction s'enfuit. Un ange ramena les trois martyrs aux bords d'un fleuve (en Lucanie) et là, après s'être arrêtés quelque temps et avoir prié, ils rendirent leur âme au Seigneur. Leurs corps, gardés par des aigles, furent retrouvés par une pieuse femme, Florence, à qui saint Guy était apparu. Elle prit les corps et les ensevelit avec solennité.

     

    2) Le culte de saint Guy   

     

            Nous savons par les lettres de saint  Grégoire le Grand qu'il y avait déjà au VIème siècle en Sicile et en Sardaigne un monastère placé sous le patronage de saint Guy . A Rome, au temps du pape Gélase (+ 496), une église lui était dédiée. Au VIIème siècle, les marchands de l'Italie du Sud apportèrent son culte à Rome. Il devint bientôt le patron d'une diaconie (Saint-Vit in Macello).

     

            Dès le VIIIème siècle il est inscrit dans les livres liturgiques. Le sacramentaire gélasien contient des oraisons pour sa fête que l'on retrouve dans le sacramentaire grégorien. Il est marqué dans le martyrologe de Bède.

     

           Il était invoqué en Italie contre la morsure de chiens enragés ou celle de la tarentule (en Sicile) et contre les piqûres de serpents. Ses reliques passaient pour guérir spécialement les maladies d'origine démoniaque.

     

            Au VIIIème siècle la vénération du saint martyr fut diffusée en France. Fulrad, prieur de Saint-Denis voulut se procurer pour son monastère des reliques de saints. Accompagné de parents, il se rendit à Rome et réussit à ramener le corps du martyr.

     

            En 836, l'abbé Hilduin le céda au monastère de Corvey fondé en Saxe, terre qui venait d'être christianisée. Les reliques de saint Guy furent solennellement transférées en Saxe. Cette translation fut marquée par de nombreux miracles. De là, le culte se répandit dans toute l'Allemagne et devint si populaire que saint Guy fut placé au nombre des 14 saints auxiliateurs comme protecteur des épileptiques et des malades souffrant de ce qu'on appela "la danse de saint Guy ".

     

            Le culte du saint se répandit également dans les régions de l'Europe de l'Est où la divinité principale était le dieu soleil Svantovit.

     

            Sans doute pour tirer parti de la similarité des noms, les moines de Corvey introduisirent le culte de saint Vit dans l'île slave de Rügen qui était le foyer principal du culte de Svantovit.

     

           Le saint fut particulièrement honoré en Bohême. La cathédrale de Prague fut consacrée à saint Guy par Charles IV. Saint Guy fut aussi proclamé saint patron de la Bohême par cet empereur.

     

            Plusieurs patronages ont encore accru sa popularité. Il fut choisi comme patron par la corporation des chaudronniers, en raison du chaudron d'huile bouillante dans lequel il avait été supplicié. Il devint aussi le patron des danseurs en raison de la "danse de saint Guy ".

     

    Source : http://webcache.googleusercontent.com/search?q=cache:knvT3QE54BcJ:cehm.toulouse.free.fr/fichier/T401.doc+Saint+guy+ou+saint+gui+ou+saint+vit&cd=3&hl=fr&ct=clnk&gl=fr

     

     

     

     ← Retour (Les saints guérisseurs)