• Gaétan de Thienne

     
     

    Saint Gaétan de Thienne

     

    Gaetano de Thienne

     

    Gaétan de Thiene, ou Cajetan de Thiene ou saint Gaétan, est né en 1480 à Vicence et mort à Naples en 1547.

    C'est un saint catholique fêté le 7 août  .

    Biographie 

    Gaétan est né à Vicence, qui faisait alors partie de la République de Venise.

    Ses parents étaient Gaspar, comte de Thiene, et Maria Porto.

    Sa mère, très pieuse, l'encouragea dans cette voie.

    Il partit pour Padoue pour étudier le droit, et acheva ses études à l'âge de 24 ans, avec un diplôme de droit civil et de droit canon.

    En 1506, il travailla comme diplomate à la cour du Pape Jules II, où il aida à la réconciliation avec la République de Venise.

    A la suite du décès de sa mère, il fut rappelé à Vicence où il fonda un hôpital pour les incurables. Il était alors tout autant préoccupé par le soin des âmes que par celui des corps.

    Il décida de regrouper des personnes qui seraient décidées à partager un idéal monastique avec un ministère actif.

    La mort du Pape Jules II, en 1513, lui permit de quitter la cour pontificale et de fonder un ordre basé sur ces idéaux : l'Oratoire de l'Amour Divin.

     

    Gaetano de Thienne

     

    Gaétan ne fut ordonné prêtre qu'en 1516.

    Cette nouvelle congrétation fut approuvée par Clément VII en 1524.

    L'un de ses compagnons, Giovanni Pietro Carafa, futur pape sous le nom de Paul IV et alors évêque de Chieti qui se dit Theate en latin, qui en fut le premier supérieur, est à l'origine du nom que la congrégation a porté par la suite.

    L'Ordre des Théatins prit les apôtres comme modèle et contribua puissamment à la réforme des mœurs au XVIe siècle.

    Les premières maisons de la congrégation furent fondées à Naples en 1533 et à Venise en 1540.

    Après avoir subi de nombreuses difficultés en dépit du succès de ses fondations, il meurt à Naples le 7 août 1547.

    Béatification - Canonisation 

    • Gaétan de Thiene a été béatifié en 1629 par le Pape Urbain VIII.
    • Et canonisé le 12 avril 1671 par le Pape Clément X, en même temps que Sainte Rose de Lima, François Borgia, Louis Bertrand et Philippe Benizi.
    Saint patron : de la congrégation desThéatins et des chômeurs.
     
    Attributs : Un cœur ailé.

    Source 

     

    Gaetano de Thienne

     

    Saint Gaétan, né à Vicence, de race illustre, fut consacré à Marie dès le sein de sa mère, puis ensuite à sa naissance.

    On lui donna le nom de Gaétan, pour conserver un célèbre nom familial; mais on y ajouta le nom de Marie, pour marquer sa consécration à la Reine du Ciel.

    Gaétan de Sainte-Marie montra de bonne heure un grand amour pour les pauvres ; ce fut là, du reste, un des beaux caractères de toute sa vie. Son cœur d'enfant, tendre et délicat, le faisait pleurer souvent à la vue des misères qui s'offraient à lui ; les pauvres, qui le connaissaient tous, l'appelait leur petit ami, en attendant qu'il fût leur père.

    L'enfant leur rendait mille petits services, et lorsqu'il recevait quelque argent de ses parents à titre de récompense, il n'avait rien de plus pressé que de le distribuer à ses chers mendiants.

    La petite somme était toujours vite épuisée ; alors Gaétan mettait en mouvement tous les ressorts de sa jeune politique, et il finissait toujours par reconstituer son petit trésor.

    À bout d'expédients, il demandait l'aumône à ses parents pour l'amour de Dieu.

    Devenu prêtre, il bâtit une église dans ses domaines pour y exercer le saint ministère.

    Comme il était très simple et même négligé dans ses vêtements, son père se fâchait souvent et l'accusait de déshonorer son nom en se mêlant aux mendiants.

    Le plus souvent Gaétan répondait à ce reproche par son silence.

    Il s'occupa avec zèle des ouvriers, ce qui lui attira la persécution de ses proches, puis l'admiration de tous, quand on vit son ministère opérer de grands fruits de sanctification.

    Partout où il allait, sa première visite était pour les pauvres et les malades.

    Un jour de Noël, Notre-Seigneur lui apparut sous la forme d'un petit enfant ; il Le prit dans ses bras et Le caressa longtemps, pendant que son coeur se fondait d'amour.

    A Rome, Gaétan, plein du désir de donner au clergé des modèles à imiter, fonda, de concert avec quelques saints prêtres, la congrégation des Théatins.

    La confiance absolue en Dieu valait plus pour lui que tous les conseils de la prudence humaine, et nulle part la Providence ne le laissa manquer du nécessaire.

    Le Saint était déjà âgé quand il tomba malade, à Naples ; il refusa un matelas et voulut mourir sur la cendre et le cilice ; il refusa aussi un médecin extraordinaire, disant :

    "Je suis un pauvre religieux, qui ne vaut pas la peine d'être assisté."

    Marie vint Elle-même chercher son âme.

    Il laissa la réputation d'un séraphin à l'autel et d'un apôtre en chaire.

    Abbé L. Jaud, Vie des Saints pour tous les jours de l'année, Tours, Mame, 1950.

    Source

    L'apparition de l'Enfant Jésus

     

    Saint Cajétan de Thienne venait tout récemment de célébrer sa première messe à Rome.

    Jugeant qu'il n'avait pas traité ces mystères sacrés avec toute l'humilité et la ferveur requises, il s'appliquait à avancer dans les voies de la vertu, en employant les moyens qui sont familiers aux saints.

    La vigile de Noël étant venue, il crut qu'il ne devait point perdre une si belle occasion d'obtenir du saint Enfant la grâce qu'il désirait.

    Il alla donc cette nuit là à Sainte Marie-Majeure, où l'on conserve encore de nos jours la sainte crèche de Bethléem.

    Là, recueilli en lui-même, il se mit à contempler la charité et les abaissements du Dieu Enfant.

    Tout à coup, il voit devant lui saint Jérôme, dont le corps repose dans la même basilique, et il remarque que le saint docteur, prosterné devant la très-sainte Vierge, la conjurait de lui accorder le divin Enfant pour quelques moments, et de le déposer entre ses bras.

    L'auguste Reine consentit avec bienveillance à cette requête, et prenant dans la crèche le petit Jésus, elle le porta à Cajétan et le mit entre ses bras.

    Celui-ci, tenant dans son sein Celui qui était son trésor et son tout, se sentait comme tout embrasé d'amour ; il le serrait contre son cœur et lui baisait les pieds.

    Oh ! de quelles larmes de tendresse il les mouillait ! Il n'eut alors qu'un regret, ce fut de ne pas mourir d'amour, comme il l'eût désiré.

    Dans la suite, quand cette pensée lui revenait, il avait coutume de dire qu'il devait être plus dur que la pierre et le diamant, pour avoir résisté à ce spectacle sans mourir.

     

    Cependant la faveur que lui avait faite le divin Enfant resta profondément gravée dans son cœur.

    Il quitta la cour pontificale, dont il faisait partie en qualité de prélat domestique du pape Jules III, et il ne songea plus désormais qu'à procurer la gloire du Seigneur, en vivant dans l'humilité et la pratique de la pauvreté apostolique.

    Source : Livre "Le mois de janvier consacré à l'Enfant Jésus" par Hallès

    L'apparition de la Vierge Marie

    Le jour de Noël 1547, il voit la Vierge Marie dans la basilique Sainte Marie Majeure à Rome au cours d'une extase.

     

    En savoir plus :

    http://www.introibo.fr/07-08-St-Gaetan-de-Thienne

    http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2007/08/07/7-aout-saint-gaetan-de-thiene-fondateurs-des-clercs-regulier.html

      

     

    ← Retour (Les serviteurs de Dieu)