• Cluny, fontaine des Croix ou de Sainte Radegonde

     
     
    Cluny
    fontaine des Croix ou de Sainte Radegonde


    La fontaine-des-Croix ou de Sainte-Radegonde, est située dans le bois de Bourcier, entre la croix Montmain et la Mutte sur la montagne de Montmain.

     

    L’eau de cette source passait pour donner la mort.

    Le jour de l'Ascension, les jeunes filles désireuses de se marier dans l’année allaient y planter des petites croix en bois faites avec des branchettes prises aux arbres d’alentour.

    Sa légende nous a été rapportée en chanson par Florian Lacour, qui la tenait lui-même d'Amistia M. ; cette femme lui avait confié avoir trouvé son époux grâce à cette Fontaine, où les fées ont élu domicile... Un lieu fort célèbre pour cela, vers 1930, dans les écoles d' institutrices de la région !  
     
    Tout près de là se trouvaient également une chapelle et un ermitage, aujourd'hui disparus, mais qui existaient encore au XVI e siècle. 
     
        
     
    La Légende   
     
    Les jeunes filles se rendent à la Fontaine des Croix en secret ou en pèlerinage. Au pied du hêtre d'où jaillit la source, elles plantent une petite croix de bois faite avec des branchettes trouvées aux alentours. Dans l'année même, assure la légende transmise de bouche à oreille, elles trouveront le grand amour ! 
     
        
    La Fontaine des Croix est une « fontaine de femmes », dans le sens où elle entretient un rapport privilégié avec elles. 
     
    Le pèlerinage qui avait lieu chaque année au printemps, le jour de l'Ascension, signait la clôture des fêtes du muguet, accompagnant les dévotions, et recréant la solidarité collective. 
     
    En amont, mais aussi en marge de ces pèlerinages, on parle d'une pratique cachée, car certains rites doivent être suivis avec la plus grande attention pour être efficaces, et surtout sans témoins. Les jeunes filles s'y rendaient donc en secret pour y planter leur croix. 
     
    Boire l'eau de cette fontaine passait pour donner la mort. Cette réputation pourrait tenir à la présence de bourdaine, Rhamnus frangula, dont l'écorce est fortement purgative, ou bien à cette volonté de l'Église, depuis le concile d'Arles de 451, d'éradiquer les lieux de cultes païens.
     

    En savoir plus :

    http://blogs.myspace.com/index.cfm?fuseaction=blog.view&friendId=230185417&blogId=535903737

    ← Retour (Les sources miraculeuses)