• Chartreuse de la Verne

     

     

    Chartreuse de la Verne

     

     

     

     

    L’ancienne chartreuse de la Verne, fondée en 1170, est située sur la commune de Collobrières, au cœur du massif des Maures, à la limite des diocèses de Fréjus et Toulon. 

    Étymologie

    Plusieurs hypothèses : le mot latin verna signifie esclave ; le mot aulnes en latin populaire, vernium, évoque son environnement (D'où la traduction N-D des Aulnes ou de l'Aulnaie. En Provençal verno, arbre courant dans cette contrée), une déesse païenne Laverna qui aurait eu un temple, enfin ce mot était utilisé pour désigner les descendants des Sarrasins de Fraxinet (La Garde Freinet). enfin une colline toscane chère à saint François d'Assise porte ce nom de La Verna (ou Mont Alverne)

    Historique

     

     

     

    Plusieurs actes du cartulaire de la Verne, tous datés entre 1204 et 1244, contiennent les donations faites à la chartreuse par la famille "de Felgueriis" et par d'autres coseigneurs de Collobrières de terres et de droits situés "ad locum ou in territorio quod dicitur Felgueiras".

    C’est vers 1170 que Pierre Isnard, évêque de Toulon et Frédol d’Anduze, évêque de Fréjus, décident de fonder un monastère pour le vocable de la Vierge et choisissent l’ordre des Chartreux déjà présent à Montrieux, dans le diocèse de Marseille. La première église romane fut consacrée le 3 octobre 1174. Elle fut détruite par un incendie et reconstruite, mais fut pillée en 1416 par les seigneurs de Bormes. Le monastère subsista jusqu'au départ des Chartreux en Italie, à la révolution.

    Le 2 novembre 1789 l'Assemblée constituante décrétait la confiscation des biens de La Verne et l'inventaire des biens en juin 1790 indiquait que la communauté se composait alors de 16 membres, onze pères et 5 converts.

    De la période romane, il reste très peu d’éléments: le mur nord de l’église ainsi qu’une partie de l’abside.

    La cloche d’origine du XVIIe siècle a été placée sur un socle dans le grand vestibule d’entrée de la mairie de Collobrières.

    La cloche d'appel ou tintenelle a, elle, été classée au titre des objets mobiliers le 26 juin 1982.

    Les prieurs de La Verne

    Les chartreuses qui n'ont pas le titre d'abbaye, sont soumises à l'autorité d'un prieur.

    • Didier, évêque de Toulon, premier prieur.
    • Étienne, autre évêque de Toulon.
    • Bertrand de Correns, prieur en 1190.
    • Joseph-Claude de Geoffroy, né à Draguignan le 14 janvier 1730, prieur de la Verne de 1775 à 1777.

    Les restaurations

    La Chartreuse fut incendiée en 1214, 1271 et 1318. Le feu détruisit tous les bâtiments sauf l'église. Reconstruite à plusieurs reprises, la Chartreuse eut un grand rayonnement spirituel jusqu'à la Révolution.

    En effet, en 1790, tous les biens ont été mis sous séquestre, puis en 1792, après le départ des chartreux, les bâtiments et terrains sont vendus comme biens nationaux. Le 1er mars 1961, le service des Eaux et Forêts devenait affectataire des lieux.

    Les bâtiments actuels sont essentiellement de la fin du XVIIe siècle et au XVIIIe siècle. On employa pour cette restauration, notamment pour les parties monumentales (portails, frontons, arcatures...) la serpentine des Maures, pierre dure de couleur verte mettant en valeur les encadrements des ouvertures.

    Les ruines de l'ancienne Chartreuse de la Verne ont été classées au titre de la loi du 31 décembre 1913 sur les monuments par décret du 18 janvier 1921, et arrêté du 22 octobre 1976.

    Le service des Eaux et forêts, devenu propriétaire du site le 1er mars 1961, contribua aux premiers travaux d'entretien pour permettre l'hébergement de son personnel.

    Une restauration, précédée d'une étude préalable d’ensemble, réalisée par Dominique Larpin architecte en chef des monuments historiques, puis un repérage précis, effectué d'une part par l'association des Amis de la Verne créée en août 1968 et qui était devenue locataire le 15 janvier 1968, et d'autre part du Groupement "R.E.M.P.ART" de toutes les pierres découvertes dans les ruines environnantes, et enfin une maîtrise d'œuvre réalisée par Francesco Flavigny architecte en chef des monuments historiques, ont permis une restauration / restitution et réutilisation de grande qualité.

    Compte tenu de la dégradation permanente de la piste forestière, le Conseil général du Var a procédé à l'aménagement du revêtement de la route facilitant l'accès au site dans de bonnes conditions de sécurité.

    Renaissance de la vie monastique

    Depuis 1983, l’ancienne chartreuse abrite une communauté de moniales de Bethléem, qui lui a permis de retrouver sa vocation monastique, tout en maintenant le monument ouvert au public. L'ancien maître-autel de la chartreuse de la Verne se trouve dans la Chartreuse de Montrieux.

     

     

    Exemple de cellule

     

     

    L'accueil

     

    Restauration des maçonneries

     

    Le petit cloître

     

    Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Chartreuse_de_la_Verne

    En savoir plus : http://la.verne.free.fr/

     

     

     

    Chartreuse de la Verne

     

    Chartreuse de la Verne

     

    Chartreuse de la Verne

     

    Chartreuse de la Verne