• Cécile (22 novembre)

     
     

    Cécile

    Fête : 22 novembre

     

    Cécile (22 novembre)

     

    Pourquoi l'invoquer ?

    - Pour préserver sa chasteté ou celle d'un proche.

    - Pour conserver sa voix.

     

    Prières :

     

    - Pour préserver la chasteté

     

    † Sainte Cécile,

    Toi qui sus convaincre saint Valérien,

    protège X... des mensonges et de l'orgueil soufflé par le Malin ;

    † Sainte Cécile,

    garde, par ton saint exemple, X... dans sa chasteté,

    inspire-lui des pensées pures, mélodieuses comme tes chants,

    éloigne de lui (ou elle) les tentations perverses ;

    † Car celui qui, comme toi, sainte Cécile,

    a les mains innocentes et le cœur pur,

    celui-ci recevra, comme toi,

    la bénédiction du Seigneur,

    et la miséricorde de Dieu, et son salut.

    † Amen.

     

    - Pour conserver sa voix

     

    † Sainte Cécile,

    Toi qui louais le Seigneur en chantant sa gloire,

    donne-moi la voix pour lui chanter un cantique nouveau ;

    † Que la douceur de ton âme soit le miel de mes chants,

    que la force de tes prières soit la musique de mon âme,

    et que du lever du soleil jusqu'à son coucher,

    je chante d'une voix forte et retrouvée les louanges de notre Seigneur Dieu ;

    † Avec toi, sainte Cécile, je louerai le nom du Seigneur par un cantique,

    je te glorifierai par ma louange,

    et les serviteurs de Dieu habiteront ma maison,

    comme ils habitèrent ton palais.

    † Amen.

     

    Sainte Cécile est la patronne des musiciens, parce qu'elle aimait la musique et marcha au supplice en chantant.

    Née vers 162 dans une famille de l'aristocratie romaine, Cécile, dont les parents sont chrétiens, fait le vœu de rester vierge afin de mieux se consacrer à Dieu. Cela contrarie son père qui l'a promise à Valérien, un jeune aristocrate romain, qui lui est païen.

    Cécile qui a environ 14 ans, doit se résigner et se soumettre à l'autorité paternelle.

    Le soir des noces, quand les époux se trouvèrent seuls, Cécile s'adressa doucement à Valérien :
    "Ami très cher, lui dit-elle, j'ai un secret à te confier : mais peux-tu me promettre de le garder ?"

    Ayant reçu le serment du jeune homme, elle reprit :
    "Écoute. Un Ange de Dieu veille sur moi, car j'appartiens à Dieu. S'il voit que tu m'aimes d'un mauvais amour, il me défendra, et tu mourras ; mais si tu respectes ma virginité, alors il t'aimera comme il m'aime, et sa grâce s'étendra aussi sur toi."

    Troublé, Valérien répondit:
    "Cécile, pour que je puisse croire à ta parole, fais-moi voir cet Ange.
    — Si tu crois au vrai Dieu et si tu reçois le Baptême des chrétiens, tu pourras voir l'Ange qui veille sur moi."

    Valérien accepta la condition, se rendit près de l'évêque Urbain, à trois milles de Rome, fut instruit, reçut le Baptême et revint près de Cécile. Près d'elle, il aperçut un Ange au visage lumineux, aux ailes éclatantes, qui tenait dans ses mains deux couronnes de roses et de lis, et qui posa l'une de ces couronnes sur la tête de Cécile, l'autre sur la tête de Valérien, et leur dit :
    "Je vous apporte ces fleurs des jardins du Ciel."

    Valérien avait un frère nommé Tiburce ; au récit de ces merveilles, il abjura les idoles et se fit chrétien.

    Les deux frères furent bientôt dénoncés, demeurèrent invincibles dans la confession et leur foi et eurent la tête tranchée.

    Quant à Cécile, elle comparut elle-même devant le tribunal du préfet de Rome :
    "Quel est ton nom et quelle est ta condition ? lui dit-il.
    — Devant les hommes, je m'appelle Cécile ; mais chrétienne est mon plus beau nom.
    — Sacrifie aux dieux!
    — Tes dieux ne sont que des pierres, de l'airain ou du plomb."

    Le préfet la fit reconduire chez elle et ordonna de la laisser mourir dans la salle de bains embrasée de vapeurs.

    Dieu renouvela pour elle le miracle des Hébreux dans la fournaise. Le bourreau vint pour lui trancher la tête ; il brandit son glaive mais, impressionné par sa victime, doit s'y reprendre à 3 fois (la loi romaine interdit de donner un quatrième coup) avant de l'abandonner, encore vivante, baignant dans son sang.

    Des fidèles viennent la soutenir dans son agonie.

    Elle meurt le 16 septembre 178 et est inhumée dans les Catacombes.

    Au neuvième siècle, le pape Pascal 1er ayant retrouvé ses restes, fait élever en son honneur une basilique.

    C'est à partir du 15ème siècle qu'on a commencé à représenter sainte Cécile avec un instrument de musique, généralement un orgue.

     

    ← Retour (Les saint guérisseurs)