• Catéchisme : Le baptême

     
     

    Le baptême

     

     

     

    Au commencement de l'Évangile, il y a le Jourdain, il y a le Baptême de Notre Seigneur avec la révélation du  Père, du Fils et du Saint Esprit.

    Au commencement de la vie chrétienne, il y a aussi le Baptême. En passant par les eaux, Jésus a sanctifié par sa présence et par sa grâce tous ceux qui y passeraient après lui, sur son ordre, au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit.

    Le Baptême, qui est au début de l'Évangile, en représente aussi à l'avance la fin ; car le Sauveur devait être couvert de son propre sang pendant la passion, il devait mourir et être enseveli dans un tombeau comme il avait été plongé dans les eaux du Jourdain. Et de ce tombeau, il devait sortir ressuscité, comme nous sortons vivants, purifiés et éclairés, des fonts baptismaux.

    Le premier et le plus nécessaire de tous les sacrement est le baptême.

    Le baptême est le premier des sacrements, parce qu'il donne le droit de recevoir les autres.

    Le baptême est le plus nécessaire des sacrements car Jésus Christ nous a dit que sans le baptême personne n'entrerait dans le royaume des cieux.

    Le baptême est un sacrement qui nous donne la grâce sanctifiante, efface le péché originel et nous fait chrétiens, enfants de Dieu et de l'Église.

    Le baptême efface encore dans les adultes tous les péchés commis avant qu'on le reçoive et il remet toutes les peines temporelles encourues pour ces péchés.

    Lorsqu'on ne peut recevoir le baptême, il peut être remplacé par le martyre qu'on appelle baptême de sang, ou par un acte d'amour parfait pour Dieu qu'on appelle baptême de désir.

    Les parents sont obligés de faire baptiser les enfants le plus tôt possible après leur naissance et ils commettraient un péché grave en les exposant à mourir sans être baptisés.

    Dans les cas ordinaires, les prêtres seuls peuvent donner le baptême, en cas de nécessité, toute personne peut et doit baptiser.

    Pour baptiser, le prêtre se sert d'une eau naturelle bénite à cet effet ; en cas de nécessité, on peut se servir d'une eau naturelle non bénite.

    Pour donner le baptême, il faut que celui qui baptise :

    - ait l'intention de baptiser comme le veut et comme le fait l'église.

    - verse lui-même l'eau sur la tête de celui qu'il baptise.

    - dise en même temps les paroles : "Je te baptise au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit".

    On donne un parrain et une marraine à celui qu'on baptise pour qu'ils puissent faire en son nom les promesses du baptême et veiller sur son âme.

    En recevant le baptême, nous avons promis de renoncer à Satan, et à ses œuvres, et de vivre selon les maximes et les exemples de Jésus Christ.

    L'église donne au baptisé le nom d'un saint pour qu'il ait au ciel un protecteur et un modèle.

    Pensée à retenir :

    "Vous êtes tous fils de Dieu par la foi dans le Christ Jésus. Vous tous en effet qui avez été baptisés dans le Christ, vous avez revêtu le Christ". (Gal, III, 26-27)

    Le baptême de saint Jean le précurseur : Luc, III, 3-16

    Le baptême de Notre Seigneur : Matth, III, 13-17

    La grâce du baptême : Matth, XXVIII, 18-19 ; Marc, XVI, 16

    La pratique du baptême : Act, II, 38-41 ; XIX, 3-5

     

    Source : Livre "Catéchisme des diocèses de France à l'usage du diocèse de Lille"

     

     

    En savoir plus sur :

    Le baptême

     

    ← Retour (Catéchisme)