• Bienheureux Réginald, Doyen de la collégiale Saint Aignan d'Orléans († 1220)

     
     

    Bienheureux Réginald († 1220)

    Doyen de la collégiale Saint Aignan d'Orléans 

     

    Image illustrative de l’article Réginald d'Orléans

     

    Réginald d'Orléans prenant l'habit dominicain, Florence, Santa Maria Novella, Grand Cloître

     

     

    Réginald (Orléans, 1180 - Paris, février 1220) est un frère dominicain, vénéré comme bienheureux par l'Église catholique.

    Il est un des proches collaborateurs de Saint Dominique.

    Biographie

    Après avoir été professeur de droit canonique à la Sorbonne à Paris pendant de nombreuses années, Réginald devient doyen de la collégiale Saint-Agnan d'Orléans.

    En 1216, il décide de suivre l'évêque Manassès de Seignelay qui doit rencontrer le pape Honorius III à Rome, avant de faire un pèlerinage à Jérusalem.

    À Rome, il rencontre le cardinal Hugolin d'Agnani, qui deviendra plus tard le pape Grégoire IX.

    Ce dernier lui présente Dominique de Guzmán, dont les idéaux sur la pauvreté le fascinent. Pendant son séjour à Rome, Il tombe gravement malade, Dominique lui rend visite, Réginald lui promet que s'il se rétablit, il entrera dans l'Ordre des Dominicains.

    Alors qu'il est malade, la Vierge serait apparue à Réginald, elle lui présente l'habit blanc dominicain et l'invite à le porter. Réginald guérit et prononce ses vœux religieux devant Dominique, qui lui demande de le suivre à Bologne.

    À l'université de Bologne, de nombreux étudiants et professeurs sont profondément impressionnés par la prédication de Réginald, notamment le Maestro Moneta et Roland de Crémone, qui se précipitent chez les frères un Mercredi des Cendres pour leur demander d'entrer dans l'Ordre dominicain.

    Une jeune noble bolognaise, Diane d'Andalo, liée d'amitié avec Réginald, fait don aux frères dominicains de l'église de San Niccolò delle Vigne (aujourd'hui la Basilique San Domenico (Bologne)) et de son grand terrain attenant afin qu'ils puissent y construire un couvent. Elle prononce ses vœux dominicains et devient ensuite prieure du couvent de Sant'Agnese de Bologne, que Dominique et Réginald bénirent.

    Réginald reste près d'un an à Bologne en tant que prieur du couvent dominicain, tandis que Dominique est en Espagne et en France.

    À son retour, il envoie Réginald à Paris où l'Ordre a besoin de sa présence.

    À Paris également, Réginald devient prieur du couvent dominicain de Saint-Jacques et, par ses sermons, il enthousiasme de nombreux professeurs de la Sorbonne ainsi que de nombreux étudiants, parmi lesquels se trouvent deux Allemands, Henri, et Jourdain de Saxe, qui sera le successeur de Dominique dans l'Ordre.

    Malgré ses problèmes de santé, Réginald souhaite continuer à mener un train de vie austère, marquée par des pénitences continues, qu'il considérait comme un plaisir, il disait :

    « On ne peut pas suivre Jésus sans croix ! Je ne pense pas avoir acquis un mérite particulier en entrant dans l'Ordre, car j'y ai toujours été très heureux ».

    Le deuxième maître de l'Ordre Dominicain, Jourdain de Saxe, dit de lui : « Son éloquence était fougueuse et sa parole, comme une torche enflammée, enflammait le cœur des auditeurs, très peu avaient le cœur endurci au point de résister à la chaleur de ce feu. On aurait dit un deuxième Élie ».

    Il meurt en février 1220. Les Dominicains n'ayant pas encore de cimetière à Paris, Réginald est enterré au cimetière bénédictin de Notre-Dame-des-Champs.

     Vénération

    Il est béatifié par le pape Pie IX en 1875.

    Le martyrologe romain fixe sa fête au 1er février, tandis que les communautés dominicaines le fêtent le 12 février.

    Source :

    https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9ginald_d%27Orl%C3%A9ans

     

    Originaire de Saint-Gilles du Gard, il fit ses études puis enseigna le droit canonique à l'Université de Paris, de 1206 à 1211.

    Nommé doyen de la collégiale Saint Aignan d'Orléans, il rencontra saint Dominique lors d'un séjour à Rome et il en devint l'un de ses plus fervents disciples.

    Il contribua à l'établissement des Dominicains à Bologne et à Paris. Son culte fut confirmé en 1877. 

    Fête le 1er février.

     

     

     

    ← Retour (Les saints par ordre alphabétique) 

    ← Retour (Le calendrier des saints)